En 2030, les ré­seaux élec­triques sud-co­réens se­ront in­tel­li­gents

La Tribune Hebdomadaire - - TER­RI­TOIRES / IN­TER­NA­TIO­NAL - FRÉ­DÉ­RIC OJAR­DIAS

La Co­rée du Sud veut conver­tir tous ses ré­seaux élec­triques au un en­semble de tech­no­lo­gies qui visent à op­ti­mi­ser la pro­duc­tion, la dis­tri­bu­tion et la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té. Alors que le pre­mier test gran­deur na­ture vient de se ter­mi­ner, les en­tre­prises en­ga­gées dans l’ex­pé­rience ex­priment des ré­serves.

est un en­droit ra­vis­sant mais im­pro­bable qu’a choi­si la Co­rée du Sud pour sa pre­mière ex­pé­rience gran­deur na­ture de smart grid : son île vol­ca­nique de Je­ju, si­tuée à l’ex­trême sud de la pé­nin­sule. Dans ses pe­tits vil­lages cô­tiers, où les femmes conti­nuent de pra­ti­quer la pêche aux co­quillages en apnée, 2!000"foyers ont été connec­tés à ces ré­seaux élec­triques dits « in­tel­li­gents ».

« C’est la plus grande ex­pé­rience de smart grid au monde pour le nombre de tech­no­lo­gies ras­sem­blées » , s’en­thou­siasme Lee So-yun, l’une des res­pon­sables du pro­jet de Je­ju, qui a dé­bu­té en 2009 et s’est conclu en mai"2013. Pour les uti­li­sa­teurs, le prin­cipe est simple : le prix de l’élec­tri­ci­té change toutes les cinq mi­nutes en fonc­tion de la de­mande. Un comp­teur « in­tel­li­gent » et une in­ter­face de type ta­blette, ins­tal­lés dans les foyers, per­mettent d’adap- ter la consom­ma­tion de chaque ap­pa­reil élec­tro­mé­na­ger. Ain­si, quand le prix de l’élec­tri­ci­té dé­passe un cer­tain seuil, un fri­go passe en mode éco­no­mie et cesse, par exemple, d’être éclai­ré, tan­dis qu’une « smart-ma­chine à la­ver » ne fonc­tion­ne­ra pas tant que le prix ne se­ra pas re­des­cen­du. Le prin­cipe de ces tech­no­lo­gies est de rendre les consom­ma­teurs plus res­pon­sables, en leur don­nant ac­cès, en temps réel, à la consom­ma­tion de cha­cun de leurs ap­pa­reils. Le contrôle peut être réa­li­sé à dis­tance, par l’in­ter­mé­diaire d’un té­lé­phone por­table.

UN MAR­CHÉ DE VENTE ET D’ACHAT EN TEMPS RÉEL

« Le smart grid, c’est vrai­ment très bien. Mes voi­sins disent avoir di­vi­sé leur fac­ture d’élec­tri­ci­té par deux!! » , as­sure Ko Seok-hun, un ha­bi­tant du vil­lage de Wol­jeong, qui re­grette de n’avoir pas été choi­si pour par­ti­ci­per à l’ex­pé­rience.

Tous les par­ti­ci­pants au pro­jet n’ont pas par­ta­gé cet en­thou­siasme. Si au­cun ré­sul­tat o#ciel n’a en­core été pu­blié, « les éva­lua­tions pré­li­mi­naires o"cieuses montrent des éco­no­mies d’éner­gie lé­gè­re­ment su­pé­rieures à 10!% » , an­nonce Jer­ry Yang, chef d’équipe au Ko­rea Smart Grid Ins­ti­tute, l’éta­blis­se­ment pu­blic char­gé de pi­lo­ter le pro­jet. « Nous avons or­ga­ni­sé des for­ma­tions pour ap­prendre à uti­li­ser ces nou­veaux ap­pa­reils, mais tout le monde n’est pas en­core prêt. »

L’ex­pé­rience de Je­ju a aus­si per­mis de tes­ter de nom­breuses autres tech­no­lo­gies de smart grid, qui per­mettent no­tam­ment de mi­ni­mi­ser les pertes le long des in­fra­struc­tures de dis­tri­bu­tion, d’in­té­grer au ré­seau di­verses sources d’éner­gies re­nou­ve­lables et de gé­rer un mar­ché de vente et d’achat d’élec­tri­ci­té en temps réel. Les comp­teurs do­mes­tiques per­mettent ain­si de re­vendre l’élec­tri­ci­té pro­duite par les mai­sons in­di­vi­duelles équi­pées de pan­neaux so­laires. Plu­sieurs mo­dèles com­mer­ciaux de mar­ché de vente et d’achat d’élec­tri­ci­té ont été mis à l’es­sai. « Nous avons tes­té 45 "bu­si­ness mo­dels et quatre sys­tèmes de ta­ri­fi­ca­tion di#érents, se fé­li­cite Lee So-yun. Le gou­ver­ne­ment choi­si­ra en­suite le­quel convient le mieux. »

La Co­rée du Sud a pré­vu d’ins­tal­ler des ré­seaux smart grid dans plu­sieurs villes à par­tir de 2014, avant de dif­fu­ser ces tech­no­lo­gies sur l’en­semble du ter­ri­toire d’ici à 2030. Le pays, qui ne dis­pose d’au­cune éner­gie fos­sile et doit im­por­ter 97!% de ses be­soins éner­gé­tiques, place de grands es­poirs dans ces tech­no­lo­gies. Séoul es­time, d’ici à 2030, pou­voir ré­duire ses im­por­ta­tions éner­gé­tiques de 31 mil­liards d’eu­ros, éco­no­mi­ser 2 mil­liards d’eu­ros sur la construc­tion de nou­velles cen­trales et créer 1"mil­lion d’em­plois. Des es­ti­ma­tions trop op­ti­mistes!? « Certes, ces chi#res semblent très éle­vés, re­con­naît Jer­ry Yang. Mais nous nous at­ten­dons à l’émer­gence de nom­breux nou­veaux bu­si­ness. »

POUR LE PRI­VÉ, QUEL RE­TOUR SUR IN­VES­TIS­SE­MENT!?

Pour réus­sir son pa­ri, le gou­ver­ne­ment de­mande le sou­tien des grandes en­tre­prises sud-co­réennes du sec­teur des NTIC. Ce sont elles qui ont fi­nan­cé la plus grande par­tie de l’ex­pé­rience de Je­ju : le pro­jet a coû­té 170 mil­lions d’eu­ros, dont 115 mil­lions ont été ap­por­tés par le sec­teur pri­vé. Cent soixan­te­huit" en­tre­prises ont par­ti­ci­pé à l’ex­pé­rience.

Or, celles-ci cachent de moins en moins leurs ré­serves. Se­lon un son­dage réa­li­sé en mai par la Ko­rea Smart Grid As­so­cia­tion, un tiers seule­ment des 122" en­tre­prises in­ter­ro­gées se disent op­ti­mistes quant à l’ave­nir du sec­teur. Au centre des in­quié­tudes : les lois et les stan­dards que de­vra adop­ter le gou­ver­ne­ment pour ré­gu­ler ces mar­chés d’élec­tri­ci­té en temps réel.

« Toutes les tech­no­lo­gies existent dé­jà. Ce dont nous avons be­soin, c’est d’un mar­ché. Mais nous ne sommes pas du tout sûrs que le gou­ver­ne­ment va adop­ter un mo­dèle com­mer­cial qui soit ren­table pour nous » , ex­plique Yoo Byung-chun, de la di­vi­sion Green Bu­si­ness du conglo­mé­rat SK Te­le­com, l’un des prin­ci­paux in­ves­tis­seurs pri­vés de l’ex­pé­rience de Je­ju. SK est le pre­mier opé­ra­teur de té­lé­pho­nie mo­bile du pays!; l’en­tre­prise es­père s’ap­puyer sur son énorme base clien­tèle et sur son sa­voir-faire en ma­tière de té­lé­com­mu­ni­ca­tions pour dé­ve­lop­per de nou­veaux mar­chés dans le do­maine des smart grids.

Or, en Co­rée du Sud, le prix de l’élec­tri­ci­té est main­te­nu ar­ti­fi­ciel­le­ment bas par l’opé­ra­teur pu­blic Kep­co, en si­tua­tion de mo­no­pole et qui ac­cu­mule les pertes. « C’est un pro­blème de vo­lon­té po­li­tique. Si le prix est trop bas, les consom­ma­teurs ne sont pas in­ci­tés à avoir re­cours à ces nou­velles tech­no­lo­gies. Nous vou­lons que le gou­ver­ne­ment ouvre le mar­ché de l’élec­tri­ci­té » , pour­suit Yoo Byung-chun.

Car le suc­cès des smart grids dé­pen­dra de l’at­ti­tude des consom­ma­teurs. Dans cette pers­pec­tive, le choix de l’île de Je­ju a été très cri­ti­qué : « C’est le pire des en­droits pour un tel test. C’est une zone ru­rale, avec une po­pu­la­tion plu­tôt âgée : leur consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té est dé­jà ex­trê­me­ment faible$» , re­grette Yoo Byung-chun, qui tem­père : «" Même si les ré­sul­tats de Je­ju sont mi­ti­gés, c’est un bon point de dé­part. Le pro­jet a per­mis d’in­té­grer des tech­no­lo­gies très va­riées.$»

[JE­JU SMART GRID TEST-BED / AFP]

L’île vol­ca­nique de Je­ju, en Co­rée du Sud, un lieu de tou­risme, de vil­lé­gia­ture et d’ex­pé­ri­men­ta­tion gran­deur na­ture de ré­seaux élec­triques «!in­tel­li­gents!».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.