Pour­quoi M. Al­mu­nia a-t-il pris des dis­po­si­tions si “ar­ran­geantes” à l’égard d’une en­tre­prise amé­ri­caine en si­tua­tion mo­no­po­lis­tique"?!»

La Tribune Hebdomadaire - - LES IDÉES -

. Ses dé­trac­teurs es­timent qu’Al­mu­nia au­rait dû en­ga­ger des pour­suites bien plus tôt, et que les en­tre­prises eu­ro­péennes du sec­teur In­ter­net ont su­bi des dom­mages ir­ré­pa­rables pen­dant qu’il pour­sui­vait ces né­go­cia­tions in­fruc­tueuses. Par ailleurs, nom­breux sont les dé­trac­teurs qui s’in­ter­rogent sur la rai­son pour la­quelle M."Al­mu­nia a pris des dis­po­si­tions si « ar­ran­geantes » à l’égard d’une en­tre­prise amé­ri­caine en si­tua­tion mo­no­po­lis­tique, en­tre­prise qui, par ailleurs, fait l’ob­jet d’en­quêtes dans plu­sieurs pays eu­ro­péens pour éva­sion fis­cale et vio­la­tion de la vie pri­vée des in­ter­nautes.

Les ac­tions de Nee­lie Kroes contre Mi­cro­soft ont per­mis d’ou­vrir le mar­ché à une nou­velle gé­né­ra­tion d’en­tre­prises du Net, au pre­mier rang des­quelles fi­gure Google. Les consom­ma­teurs eu­ro­péens ont bé­né­fi­cié de cette nou­velle concur­rence amé­ri­caine, mais il était trop tard pour qu’une en­tre­prise eu­ro­péenne puisse rat­tra­per son re­tard par rap­port à Mi­cro­soft, sur les

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.