2014!? La mon­tée des in­quié­tudes

La Tribune Hebdomadaire - - VISIONS -

an­née 2013 fi­nit en beau­té avec la 10e ité­ra­tion de LeWeb, la con­fé­rence de tech­no­lo­gies la plus im­por­tante d’Eu­rope. Une fa­bu­leuse oc­ca­sion de faire le point sur ce qui se passe dans le monde des TIC (en Eu­rope et aux États-Unis en tout cas). Et, le chiffre s’y prê­tant, le thème re­te­nu était ce­lui des « Dix pro­chaines an­nées ». Mais, la pré­vi­sion étant un art élu­sif, les ora­teurs nous ont plus par­lé de leur pro­chain pro­duit que de l’ave­nir. Même Ro­bert Scoble, qui prend sa douche avec des Google Glass et se spé­cia­lise dans la dé­tec­tion des ten­dances, s’est fait ac­com­pa­gner d’un dé­ve­lop­peur d’ap­pli­ca­tion pour iPad (Eight­ly.com), ap­pli­ca­tion sé­dui­sante mais dont on ima­gine mal qu’elle ait un grand im­pact sur le fu­tur. Il a quand même re­te­nu cinq « forces » qui, se­lon lui, marquent le mo­ment (à dé­faut des dix pro­chaines an­nées) : les cap­teurs, l’in­for­ma­tique qu’on porte sur soi, la géo­lo­ca­li­sa­tion, le « so­cial » qui conti­nue à croître de fa­çon « ex­po­nen­tielle » et la da­ta dont per­sonne ne parle plus sans la faire pré­cé­der du qua­li­fi­ca­tif « big ». « dé­grou­page des pro­duits et des ser­vices » . Ils ne sont plus ven­dus en pa­quets (comme les mor­ceaux de mu­sique dans les CD d’hier) mais un par un. Même les banques com­mencent à être tou­chées et leurs ser­vices dé­cons­truits. Troi­sième ten­dance!: tous connec­tés entre nous par nos smart­phones, nous sommes des « nodes », des points sur les ré­seaux. Hai­lo, par exemple, une ap­pli­ca­tion bri­tan­nique pour trou­ver les taxis, connecte un uti­li­sa­teur avec un chauf­feur de taxi. Science Ex­change, un mar­ché on­line de la col­la­bo­ra­tion scien­ti­fique, montre que ça af­fecte même la recherche. Comme dans toutes les dis­cus­sions sur les ten­dances, on a par­lé à LeWeb de l’Internet des ob­jets, des im­pri­mantes 3D et du big da­ta. L’im­por­tant avec Bit­coin, la mon­naie vir­tuelle qui a fait l’ob­jet d’une dis­cus­sion, n’est pas sa va­leur du mo­ment ou sa pos­si­bi­li­té de réus­site. Re­te­nons que c’est une plate-forme adap­tée à l’Internet que per­sonne ne peut contrô­ler et, comme le fait re­mar­quer un ré­cent ar­ticle du New York Times, qu’il s’agit en fait d’une idéo­lo­gie… vi­sant à ré­vo­lu­tion­ner les mon­naies et le contrôle qu’exercent sur elles les banques. En de­hors de la con­fé­rence, j’ai été frap­pé par l’achat de l’en­tre­prise de ro­bots mi­li­taires Bos­ton Dy­na­mics par Google, qui a dé­jà des voi­tures sans chauf­feur et des ro­bots ca­pables de li­vrer des pa­quets. Ils courent plus vite que nous, peuvent nous ai­der au quo­ti­dien, faire la guerre à notre place ou prendre notre tra­vail. Ils le fe­ront de plus en plus. En 2014, il se­ra dif­fi­cile d’igno­rer que cet uni­vers mo­bile dans le­quel nous nous mou­vons se­ra de plus en plus in­fluen­cé par l’Asie et des en­tre­prises comme Ka­kao Talk, Line et WeC­hat. Mais ce qui man­quait peut-être le plus dans cette grand-messe qu’est LeWeb, c’est la mon­tée des in­quié­tudes face aux consé­quences de nos uti­li­sa­tions des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion. Je ren­contre de plus en plus de tech­no­philes qu’in­quiètent le manque de res­pect de la NSA et le contrôle sans par­tage de Google ou de Fa­ce­book sur nos don­nées per­son­nelles. Ni les gou­ver­ne­ments, ni les grandes en­tre­prises ne pour­ront l’igno­rer long­temps. C’est, en tout cas, ce que nous pou­vons sou­hai­ter, exi­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.