Paie­ments élec­tro­niques : qui va mou­rir!?

Mas­tercard doit dé­ployer son por­te­feuille nu­mé­rique en France, d’ici à la fin de l’an­née. Mais les concur­rents sont dé­jà lé­gion sur ce jeune mar­ché, au point que le ca­bi­net Xer­fi pré­dit un « taux de mor­ta­li­té éle­vé à l’ho­ri­zon 2020 ».

La Tribune Hebdomadaire - - ENTREPRISE­S - PAR CH­RIS­TINE LE­JOUX @ChLe­joux

De­puis l’au­tomne, la ten­dance est aux por­te­feuilles élec­tro­niques, ces so­lu­tions per­met­tant aux in­ter­nautes de ré­gler leurs achats de­puis un or­di­na­teur, une ta­blette ou un smart­phone, et ce, sans avoir à sai­sir leurs co­or­don­nées ban­caires lors de chaque tran­sac­tion, à l’image du cé­lèbre Pay­pal d’eBay. Mas­tercard de­vrait en ef­fet dé­ployer son por­te­feuille di­gi­tal, Mas­terpass, en France d’ici à la fin de l’an­née. L’amé­ri­cain a été pré­cé­dé par son concur­rent Vi­sa, qui a lan­cé V.me dans l’Hexa­gone à la fin de no­vembre, en par­te­na­riat avec l es banques BPCE et LCL. Deux mois plus tôt, BNP Pa­ri­bas, la So­cié­té gé­né­rale et la Banque pos­tale avaient por­té Pay­lib sur les fonts bap­tis­maux. Il se dit par ailleurs que le groupe Cré­dit mu­tuel-CIC met la der­nière touche à Blue­mium, le nom de code de son pro­jet de por­te­feuille nu­mé­rique. Et il ne s’agit là que des ini­tia­tives du sec­teur ban­caire, aux­quelles il convient d’ajou­ter « Paie­ment Flash », la so­lu­tion de paie­ment sur mo­bile dé­voi­lée le 13 dé­cembre par le dis­tri­bu­teur E.Le­clerc, ou bien en­core le ser­vice ré­cem­ment lan­cé par Ama­zon pour per­mettre à ses clients de payer sur d’autres sites de com­merce élec­tro­nique via leur compte Ama­zon. Ac­teurs de la banque, de la grande dis­tri­bu­tion ou de l’Internet, tous convoitent un mar­ché du paie­ment par mo­bile ap­pe­lé à grim­per de 35"% par an d’ici à 2017, ho­ri­zon au­quel il de­vrait pe­ser 721 mil­liards de dol­lars à l’échelle mon­diale, se­lon le ca­bi­net Gart­ner. Pour au­tant, « le mar­ché ne pour­ra pas ab­sor­ber toutes les offres de nou­veaux moyens de paie­ment. Le très grand nombre d’ac­teurs pré­sents per­met d’an­ti­ci­per un taux de mor­ta­li­té éle­vé dans le sec­teur à l’ho­ri­zon 2020. Ceux qui n’au­ront pas at­teint la taille cri­tique ou qui n’au­ront pas con­quis une niche ren­table se­ront en très grande dif­fi­cul­té » , pré­vient Sam­shad Ra­su­lam, char­gée d’études au sein du ca­bi­net Xer­fi, au­teur d’un ar­ticle sur le su­jet, pu­blié le 28 oc­tobre der­nier dans La Re­vue Banque. Dif­fi­cile, en ef­fet, d’ima­gi­ner qu’un site de com­merce élec­tro­nique per­mette à une mul­ti­tude de « bou­tons » de co­exis­ter dans sa ru­brique « moyens de paie­ment ». D’abord parce que ce­la ris­que­rait de plon­ger les in­ter­nautes dans une per­plexi­té et un aga­ce­ment sus­cep­tibles de les faire fuir vers un autre site, moins com­plexe. En­suite, parce que l’in­té­gra­tion de ces dif­fé­rents moyens de paie­ment a un coût pour le site, qui pré­fé­re­ra donc ne re­te­nir que ceux gé­né­rant l es pl us f orts vo­lumes de tran­sac­tions. L’IN­CON­TES­TABLE AVANCE DE PAY­PAL Or, se­lon Sam­shad Ra­su­lam, « a prio­ri, les banques ne sont pas en po­si­tion de force, mal­gré leurs nom­breux atouts : sa­voirf ai re dans la mo­né­tique, confiance des clients, ca­pa­ci­tés d’in­ves­tis­se­ments im­por­tantes, puis­sance du réseau de dis­tri­bu­tion et large vi­vier de clien­tèle » . Leurs han­di­caps"? Un « manque d’agi­li­té » et le « poids des conven­tions et des sché­mas men­taux sur la fa­çon d’ap­pré­hen­der les moyens de paie­ment de de­main » , ana­lyse l’ex­perte. Et de fait, jus­qu’à pré­sent, leurs ini­tia­tives dans les moyens de paie­ment n’ont connu pour l’heure que des suc­cès mi­ti­gés, loin de l’in­dis­pen­sable taille cri­tique. Kwixo, par exemple, le por­te­feuille élec­tro­nique lan­cé il y a deux ans par le Cré­dit agri­cole, n’a pas ren­con­tré le suc­cès es­pé­ré. Il to­ta­lise 450"000 uti­li­sa­teurs ac­tifs, alors que le groupe en es­pé­rait 5 à 6 mil­lions en quatre ou cinq$ ans. Et si Kwixo est ré­fé­ren­cé par 1"200$ sites de com­merce élec­tro­nique, au­cun d’entre eux ne fait par­tie des 15 plus gros sites fi­gu­rant dans le clas­se­ment Fe­vad-Mé­dia­mé­trie. En oc­tobre der­nier, le Cré­dit agri­cole a d’ailleurs dé­ci­dé de do­ter Kwixo d’un relais de crois­sance, en l’élar­gis­sant aux as­so­cia­tions ca­ri­ta­tives, au-de­là des seuls sites de com­merce en ligne. Quid de Pay­lib, lan­cé le 24 sep­tembre der­nier"? Le por­te­feuille élec­tro­nique com­mun à BNP Pa­ri­bas, à la Banque pos­tale et à la So­cié­té gé­né­rale – et qui a donc 23 mil­lions d’uti­li­sa­teurs po­ten­tiels – « a dé­jà at­ti­ré 120"000 sous­crip­teurs par­ti­cu­liers » , s’est fé­li­ci­tée la banque au lo­go rouge et noir, le 4 dé­cembre der­nier. Cô­té sites mar­chands, ils sont une cin­quan­taine à avoir adhé­ré à Pay­lib, mais, là en­core, quatre seule­ment – Vente Pri­vée, Le­roy Mer­lin, Pri­ceMi­nis­ter et Voya­gessncf – fi­gurent par­mi les 15$pre­miers sites fran­çais, d’après le clas­se­ment pu­blié le 22 no­vembre par la Fe­vad et Mé­dia­mé­trie. C’est que, dans ce do­maine, « Pay­pal a dé­jà une bonne lon­gueur d’avance » , rap­pelle Sam­shad Ra­su­lam. De fait, la fi­liale d’eBay ne compte pas moins de 193 mil­lions de clients dans le monde, dont 8 mil­lions en France. « Une avance qu’il se­ra dif­fi­cile de contes­ter sans re­nou­ve­ler com­plè­te­ment la pro­messe de va­leur des por­te­feuilles élec­tro­niques » , es­time Sam­shad Ra­su­lam. Or, pour l’heure, qu’elles émanent des banques, des ac­teurs de l’Internet ou de la grande dis­tri­bu­tion, « les pro­messes de va­leur sont trop peu dif­fé­rentes les unes des autres » , ana­lyse la char­gée d’études de Xer­fi. Dans ces condi­tions, com­ment ne pas son­ger dé­jà à une conso­li­da­tion du jeune mar­ché du por­te­feuille élec­tro­nique"? In­ter­ro­gé lors d’une con­fé­rence de presse, en oc­tobre, sur un éven­tuel ados­se­ment de Kwixo à Mas­terpass, Bru­no de Laage, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué de Cré­dit agri­cole SA – l’en­ti­té co­tée de la banque verte –, a ré­pon­du que « tout [était] pos­sible$».

© MEI­GNEUX/SIPA

Pay­lib, la plate-forme de paie­ment en ligne lan­cée en com­mun par trois banques fran­çaises, en sep­tembre der­nier, a at­ti­ré à ce jour 120000 sous­crip­teurs par­ti­cu­liers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.