Au pays du li­bé­ra­lisme… d’État!!

La Tribune Hebdomadaire - - TENDANCES - PAR PHI­LIPPE MA­BILLE @phma­bille

F!ran­çois Hol­lande a don­né les clés du ca­mion au pa­tro­nat et nous de­mande de mon­ter dans la re­morque », JeanC­laude Mailly, FO. « Par­fois, il y a peu de dif­fé­rence entre Hol­lande et Sar­ko­zy », Thier­ry Le­paon, CGT… À lire ces réac­tions syn­di­cales, on se dit que le « pacte de res­pon­sa­bi­li­té » a du plomb dans l’aile (gauche). Ajou­tez à ce­la la une de l’Hu­ma­ni­té de mer­cre­di 15 jan­vier, bro­car­dant l’ana­phore cé­lèbre du can­di­dat Hol­lande – « Moi, com­mis du pa­tro­nat » – et, pour un peu, on don­ne­rait du cré­dit aux at­taques de la droite qui, bien em­bar­ras­sée par ce « vi­rage so­cial li­bé­ral », af­firme que le pré­sident de la Ré­pu­blique ne pour­ra pas ap­pli­quer son grand com­pro­mis so­cial dans un pays aus­si di­vi­sé. En France, ce n’est pas le moindre des pa­ra­doxes, le li­bé­ra­lisme ne peut ve­nir que de l’État. C’est ain­si, on peut s’en fé­li­ci­ter ou le dé­plo­rer, mais il est le seul ac­teur à même de se po­ser en ar­bitre des dif­fé­rences. On le voit sur le pacte de res­pon­sa­bi­li­té, mais aus­si, sur un tout autre su­jet, avec son en­trée aux cô­tés du chi­nois Dong­feng au ca­pi­tal de PSA Peu­geot Ci­tröen. Par un sub­til équi­libre ca­pi­ta­lis­tique, le construc­teur au­to­mo­bile va avoir dé­sor­mais pour ac­tion­naires un trium­vi­rat com­po­sé à pa­ri­té (à hau­teur de 14$% cha­cun) de l’État fran­çais, d’un as­sem­bleur d’au­to­mo­biles fon­dé en 1968 sous Mao, et de la fa­mille Peu­geot qui se voit di­luée et «!pu­nie!». Un lion à trois têtes, en quelque sorte… Avec cette opé­ra­tion, cen­sée ou­vrir en­fin à Peu­geot et Ci­troën un peu plus grandes les portes de l’im­mense mar­ché chi­nois, l’État fran­çais se­ra l’ac­tion­naire stable des deux prin­ci­paux construc­teurs au­to­mo­biles na­tio­naux. Si­tua­tion in­édite dans le monde, et qui montre la fra­gi­li­té de notre in­dus­trie. Sans l’État, Peu­geot au­rait ris­qué de se re­trou­ver sous l’em­prise du construc­teur chi­nois. Sans l’État à leur ca­pi­tal, d’ailleurs, de nom­breuses en­tre­prises tri­co­lores pour­raient bas­cu­ler dans des mains étran­gères. Fai­sons le lien avec le pacte de res­pon­sa­bi­li­té… Pour ras­su­rer la gauche, le pré­sident de la Ré­pu­blique a concé­dé la créa­tion d’un ubuesque « ob­ser­va­toire des contre­par­ties », dont la mis­sion se­ra de veiller à ce que les en­tre­prises n’uti­lisent pas les al­lé­ge­ments de charges sup­plé­men­taires pour aug­men­ter les sa­laires des di­ri­geants (comme Dexia$!) ou les di­vi­dendes des ac­tion­naires. Mais bien pour créer des em­plois en France. La pré­cau­tion n’est pas illé­gi­time. De­puis vingt!ans que, avec les ac­cords Ro­bien sous la droite puis les 35 heures sous la gauche, l’État mène une po­li­tique mas­sive d’al­lé­ge­ment des co­ti­sa­tions so­ciales sur les bas sa­laires, les ré­sul­tats sur l’em­ploi ne sont pas vrai­ment au ren­dez-vous. Certes, les ex­perts de Ber­cy as­surent que sans ce­la, la si­tua­tion de l’em­ploi, en par­ti­cu­lier non qua­li­fié, se­rait pire. Mais, si l’on fait les ad­di­tions, on me­sure avec ef­froi que la France de 2017 dé­pen­se­ra, y com­pris les 30 mil­liards an­non­cés par Fran­çois Hol­lande, près de 50 mil­liards d’eu­ros pour sub­ven­tion­ner l’em­ploi. Sans doute est-il temps, plus que temps, de de­man­der au Me­def de jouer le jeu pour que cette fois, le don­nant soit vrai­ment don­né… Mais il ne faut pas se trom­per dans l’ordre des fac­teurs. Le pacte de res­pon­sa­bi­li­té vise à am­pli­fier un peu la baisse du coût du tra­vail afin que les en­tre­prises puissent res­tau­rer leurs marges, re­con­qué­rir des parts de mar­ché à l’ex­por­ta­tion et, in fine, em­bau­cher. L’État, ac­tion­naire de PSA, mais aus­si de Re­nault, de GDF-Suez, d’EADS, de Thales, de Sa­fran, d’Orange, d’Air France-KLM, est bien pla­cé pour savoir que les contre­par­ties en em­plois ne sont ni mé­ca­niques ni quan­ti­ta­tives. Mais re­posent sur un double pa­ri en­core ha­sar­deux!: le re­tour de la confiance et ce­lui de la crois­sance.!

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.