Chi­nese way of life

La Tribune Hebdomadaire - - TENDANCES - Reste que la fraude, la cor­rup­tion et la pol­lu­tion,

Le 9 sep­tembre 2003, Le Monde ti­trait sur « La Chine, ate­lier du monde ». Et dans le non-dit, on li­sait : « Nous pen­sons, ils fa­briquent ». Dix ans plus tard, le PIB chi­nois est multiplié par cinq et le pays n’est plus « ul­tra-low cost », car les sa­laires y ont été mul­ti­pliés par 5,5. Il sous-traite à ses voi­sins ou à l’Afrique, forme et at­tire in­gé­nieurs et cher­cheurs qu’il paie à des sa­laires oc­ci­den­taux. Le « Chi­nese way of life » se construit. De­puis 2005, la part mon­diale de dé­po­sants chi­nois de bre­vets a plus que dou­blé. L’élec­tro­nique grand pu­blic, l’Internet, les jeux vi­déo concentren­t une im­por­tante par­tie de l’in­no­va­tion. Comme la phar­ma­cie, la mé­de­cine. De toute évi­dence, de grandes en­tre­prises chi­noises de plu­sieurs do­maines s’ins­tallent par­mi les pre­mières au monde. Toute grande en­tre­prise mon­diale non chi­noise se doit d’avoir un ou plu­sieurs la­bo­ra­toires de recherche en Chine. Et la Chine est de­ve­nue sou­vent le pre­mier mar­ché de ces mêmes en­tre­prises.

bien qu’of­fi­ciel­le­ment com­bat­tues, sont très pré­sentes. En juin 2013, une opé­ra­tion dans 23 ports afri­cains a per­mis de sai­sir 559 mil­lions de doses de faux mé­di­ca­ments : 59 % ve­naient de Chine, 23 % des Émi­rats arabes unis, 9 % d’Inde. Dans un ar­ticle pa­ru dans Science du 29 no­vembre 2013, Ma­ra Hvis­ten­dahl a ré­vé­lé que l’étude scien­ti­fique est un ba­nal ob­jet com­mer­cial qui se mon­naye (90000 yuans, soit 11000 eu­ros en­vi­ron, pour être pre­mier co­au­teur par exemple, et 1600 à 26300 $ pour une fausse étude). En 2012, la Chine est de­ve­nue le deuxième pro­duc­teur mon­dial d’ar­ticles scien­ti­fiques, der­rière les États-Unis. En jan­vier 2013, Pé­kin a at­teint l’in­dice de mi­cro­par­ti­cules dans l’air de 728 mi­cro­grammes par mètre cube, alors que la cote 500 est consi­dé­rée à Pé­kin comme ir­res­pi­rable, contre 25 à Pa­ris (mé­tro­lo­gie PM 2,5). Il a fal­lu au mi­ni­mum in­ter­dire aux vé­hi­cules of­fi­ciels de rou­ler et in­ci­ter les in­dus­triels à moins pro­duire. En outre, la Chine est un pays na­tio­na­liste. Sa zone de dé­fense aé­rienne éta­blie en no­vembre 2013 en­globe des ter­ri­toires contes­tés, no­tam­ment avec la Co­rée du Sud et le Ja­pon. Ce­ci en­tre­tient une ten­sion vive dans le Pa­ci­fique avec l’en­semble de ses voi­sins. Le « Chi­nese way of life » s’ins­talle avec des sou­bre­sauts bru­taux. Des pro­tes­ta­tions in­ternes se font en­tendre contre la fraude, la cor­rup­tion, la pol­lu­tion et les in­éga­li­tés. Ja­mais un pays de cette im­por­tance n’avait connu une crois­sance aus­si ra­pide. Le grand huit chi­nois n’a pas fi­ni de nous pla­cer au bord de la rup­ture, entre l’ad­mi­ra­tion la plus pro­fonde et les craintes les plus puis­santes. Je re­pars en plon­gée. Ren­dez-vous la semaine pro­chaine… pour dé­mon­trer l’in­verse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.