L’atout fran­çais ma­jeur

La Tribune Hebdomadaire - - TENDANCES - J’ai dé­mon­tré en son temps que nous sor­tions de l’an­thro­po­cène Ces exemples dé­crivent par­fai­te­ment les forces et les fai­blesses fran­çaises.

(le temps où l’homme do­mine la na­ture) pour al­ler dans le ro­bot­cène (le temps ou la ma­chine do­mine l’homme). Dans ce temps en marche, nous pas­sons de la gé­né­ra­tion Y (ou Eras­mus) à la gé­né­ra­tion Al­pha. La gé­né­ra­tion Al­pha a gran­di, est née avec ces nou­veaux ro­bots, les smart­phones, les ta­blettes, les ro­bots hu­ma­noïdes qui se mul­ti­plient. La France a des atouts ma­jeurs face au ro­bot­cène qui in­quiète. Dans la France aux 365 fro­mages – si­gnal fort s’il en est d’une très grande sub­ti­li­té des sens –, les en­fants et les étu­diants nour­rissent une cul­ture unique de la nuance et un es­prit cri­tique sans com­pa­rai­son. Voi­ci trois exemples de cette sen­si­bi­li­té, re­con­nue mon­dia­le­ment. Le pre­mier est Al­de­ba­ran Ro­bo­tics, so­cié­té em­blé­ma­tique de la ro­bo­tique fran­çaise, qui dé­ve­loppe pour Soft­bank (opé­ra­teur té­lé­pho­nique mo­bile ja­po­nais, pro­prié­taire de Al­de­ba­ran R. de­puis peu) un ro­bot hu­ma­noïde blanc qui in­ter­agit et dé­crypte les émo­tions des clients; une évo­lu­tion constante des ro­bots hu­ma­noïdes dont le Ja­pon est friand. Le deuxième exemple est le ci­né­ma d’ani­ma­tion et les créa­teurs de jeu vi­déo. Mi­nus­cule, la val­lée des four­mis per­dues, Moi, moche et mé­chant (1 et 2), ou Ubi­soft, tout comme An­gou­lême et Mon­treuil sym­bo­lisent la créa­ti­vi­té et le sé­rieux des stu­dios fran­çais. Troi­sième exemple, les ar­chi­tectes. Sym­bo­li­que­ment, re­te­nons Ch­ris­tian de Port­zam­parc et Jean Nou­vel, prix Pritz­ker 1994 et 2008… Et bien d’autres créa­teurs ont at­teint un stade « in­dus­triel » in­ter­na­tio­nal, comme le groupe de mu­sique élec­tro­nique Daft Punk (pri­més aux Gram­my Awards 2014). Luc Bes­son (réa­li­sa­teur et pro­duc­teur de ci­né­ma), et d’autres en­core.

Les forces sont dans la créa­ti­vi­té, l’émo­tion, la sen­si­bi­li­té ex­pri­mées et ty­pi­que­ment fran­çaises, et dans la ca­pa­ci­té de les tra­duire en avance sur son mar­ché, car dans cha­cun de ces mar­chés la concur­rence in­ter­na­tio­nale est vive. Cette avance fran­çaise est non seu­le­ment créa­tive, elle est aus­si tech­no­lo­gique. Une dua­li­té rare dans le monde. La France est cultu­rel­le­ment apte à conser­ver son avance dans le ro­bot­cène! La fai­blesse est éco­no­mique et fi­nan­cière. La French touch est une réa­li­té, comme la French tech. Reste que nos gou­ver­nants manquent cruel­le­ment de vision et s’in­té­ressent plus aux mou­rants qu’aux nais­sants. Je re­pars en plon­gée. Ren­dez-vous la se­maine pro­chaine … pour dé­mon­trer l’in­verse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.