Mexi­co va-t-elle ga­gner contre la pol­lu­tion?

La Tribune Hebdomadaire - - MÉTROPOLES -

Chaque di­manche à Mexi­co, on en­tend les oi­seaux sur l’élé­gante ave­nue Re­for­ma. Le maire, Miguel An­gel Man­ce­ra (2012-2018), tombe vo­lon­tiers la veste, ce jour-là, pour pé­da­ler aux cô­tés de mil­liers de cy­clistes le long d’un par­cours d’une ving­taine de ki­lo­mètres, in­ter­dit aux voi­tures. Quel contraste avec les rues ha­bi­tuel­le­ment en­com­brées et pol­luées de cette mé­ga­lo­pole de 24 mil­lions d’ha­bi­tants! Qui au­rait pu ima­gi­ner, voi­ci à peine dix ans, que Mexi­co dis­po­se­rait de 55 km de pistes cy­clables et de 3600 Eco­bi­cis, bi­cy­clettes en libre-ser­vice sur le mo­dèle des Ve­lib’ pa­ri­siens? D’au­tant que le nombre de ces der­nières de­vrait dou­bler d’ici à 2018. Le dé­ve­lop­pe­ment des transports non mo­to­ri­sés est une des me­sures phares de l’am­bi­tieux « pro­gramme d’ac­tions cli­ma­tiques 2014-2020 », an­non­cé en juin par le maire. Avec 69 autres ac­tions éco­lo­giques ju­me­lées, la mai­rie joue les fers de lance de la lutte contre la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique au ni­veau mon­dial. tions res­pi­ra­toires ou car­dio­vas­cu­laires, dus à la pol­lu­tion, se­lon une étude du Clean Air Ins­ti­tute. La plu­part ha­bitent Mexi­co. Pour re­dres­ser la barre, l’an­cien maire Mar­ce­lo Ebrard (2006-2012) a lan­cé en 2007 un pre­mier « plan vert » contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, vi­sant à réduire la pol­lu­tion de sept mil­lions de tonnes de CO2 d’ici à la fin de son man­dat. Pa­ri ga­gné six ans plus tard et même dé­pas­sé de 10 %! Ce qui lui a va­lu d’être élu, en 2010, « meilleur maire du monde » par la fon­da­tion in­ter­na­tio­nale, City Mayors. Le pro­gramme éco­lo­gique de son suc­ces­seur va plus loin, vi­sant une baisse de 10 mil­lions de tonnes de CO2 d’ici à 2020. « Re­prendre les rues aux voi­tures est notre prio­ri­té » , sou­ligne Ta­nya Mül­ler, maire ad­jointe char­gée de l’en­vi­ron­ne­ment. De­puis le 1er juillet, les véhicules de plus de 15 ans d’an­cien­ne­té ne peuvent plus cir­cu­ler le sa­me­di dans toute l’ag­glo­mé­ra­tion. Cette ini­tia­tive ren­force le pro­gramme « Hoy no cir­cu­la » (au­jourd’hui, on ne cir­cule pas) qui, de­puis 1989, in­ter­dit leur cir­cu­la­tion un jour par se­maine. Quant aux voi­tures de 9 à 15 ans, elles sont pros­crites un jour par se­maine et deux sa­me­dis par mois. Se­lon la mai­rie, la me­sure a dé­jà ré­duit de 14,3 tonnes par jour les émis­sions de di­oxyde de car­bone. Mais elle a pro­vo­qué des ma­ni­fes­ta­tions d’au­to­mo­bi­listes mé­con­tents, taxis et com­mer­çants en tête, qui ont blo­qué des rues de la ca­pi­tale, bas­tion de la gauche de­puis 1997. Pour cal­mer les es­prits, la mai­rie a ar­ron­di les angles. Les com­mer­çants concer­nés peuvent dé­sor­mais cir­cu­ler le sa­me­di avant 8 heures et après 20 heures La ca­pi­tale et l’État voi­sin de Mexi­co ont of­fert 1600 pots ca­ta­ly­tiques aux pro­prié­taires de vieilles voi­tures pour leur per­mettre de cir­cu­ler deux sa­me­dis par se­maine. Le 14 juillet, Miguel An­gel Man­ce­ra a aus­si an­non­cé cinq cou­loirs de bus sup­plé­men­taires et une nouvelle ligne zé­ro émis­sion. D’ici à 2018, les 21000 mi­ni­bus brin­que­ba­lants se­ront rem­pla­cés par des au­to­bus neufs, ve­nant ren­for­cer les 12 lignes de mé­tro. Quant au nou­veau dis­po­si­tif d’au­to­par­tage, Ca­rott, ins­pi­ré de l’Au­to­lib’ pa­ri­sien, ce ser­vice de­vrait comp­ter une cen­taine de voi­tures élec­triques et hybrides re­char­geables d’ici à la fin de l’an­née. 1 MIL­LION D’ARBRES RE­PLAN­TÉS D’ICI À 2018 Ce­la suf­fi­ra-t-il? Sans doute pas dans une ag­glo­mé­ra­tion qui pro­duit plus de 12000 tonnes d’or­dures par jour! Pour re­le­ver cet autre dé­fi éco­lo­gique, la mai­rie a fer­mé, en décembre 2012, le Bor­do Po­niente, une des plus grandes dé­chet­te­ries à ciel ou­vert du monde. Ses 70 mil­lions de tonnes de dé­chets, ac­cu­mu­lés de­puis plus de vingt ans, re­pré­sentent en­core 20 % des gaz à ef­fet de serre gé­né­rés par la ville. De­puis, sept dé­chet­te­ries plus pe­tites, si­tuées dans les États voi­sins de Mexi­co et de Mo­re­los, ont pris le re­lais. La ville s’est équi­pée de technologi­es de pointe dans la ré­cu­pé­ra­tion du bio­gaz dé­ri­vé de la dé­com­po­si­tion des dé­chets, mais aus­si dans le re­cy­clage et le com­pos­tage, pour four­nir de l’élec­tri­ci­té, des com­bus­tibles et des en­grais pour les es­paces verts. Cer­tains jar­dins sont sus­pen­dus à des di­zaines de mètres du sol. « Man­quant de place, nous avons eu l’idée de construire des es­paces verts en hau­teur » , ex­plique Mme Mül­ler. De­puis 2007, le pro­gramme « Azo­teas verdes » (toits verts) compte des di­zaines de mil­liers de mètres car­rés de ver­dure sur les toits plats de la mai­rie et d’autres bâ­ti­ments pu­blics. Des jar­dins ont aus­si pous­sé sur les ter­rasses des sièges d’en­tre­prises, dont ce­lui de Wal-Mart Mexi­co. Se­lon Ta­nya Mül­ler, « ces es­paces verts créent un mi­cro­cli­mat qui fait bais­ser la tem­pé­ra­ture am­biante mais aus­si un mi­cro-ha­bi­tat ani­mal qui amé­liore la qua­li­té de vie des ha­bi­tants. » Sans comp­ter l’am­bi­tieux pro­gramme de re­fo­res­ta­tion des aires na­tu­relles pro­té­gées de la ca­pi­tale. Plus d’1 mil­lion d’arbres de­vraient être re­plan­tés d’ici à 2018 sur une sur­face de 970 hec­tares. Mais pour Mme Mül­ler, « la so­lu­tion passe par l’édu­ca­tion des ad­mi­nis­trés ». La mai­rie dif­fuse no­tam­ment des ma­nuels de bonnes pra­tiques dans les écoles et via In­ter­net. La po­pu­la­tion est aus­si in­vi­tée à par­ti­ci­per aux opé­ra­tions de ra­mas­sage de dé­chets et de re­fo­res­ta­tion. L’ini­tia­tive la plus in­no­vante : le « mer­ca­do de trueque » (mar­ché du troc) qui in­vite, de­puis 2012, les ha­bi­tants à échan­ger leurs dé­tri­tus contre des fruits et lé­gumes frais. Un di­manche par mois, des di­zaines d’em­ployés mu­ni­ci­paux col­lectent les dé­chets, les trient puis les pèsent, dans un parc de la ville. En re­tour, les par­ti­ci­pants ont des « points verts » en forme de billets de banque qu’ils échangent en­suite dans la zone mar­chande. Près de 2000 per­sonnes par­ti­cipent à cha­cune des éditions iti­né­rantes. « Les gens prennent ain­si conscience de la va­leur des dé­chets » , se fé­li­cite l’ad­jointe. L’en­jeu est de taille. Chaque jour, l’exode ru­ral, l’émer­gence des classes moyennes et la jeu­nesse de la po­pu­la­tion mexicaine, am­pli­fient le dé­fi éco­lo­gique. Se­lon les es­ti­ma­tions de la mai­rie, près de deux mil­lions de voi­tures sup­plé­men­taires cir­cu­le­ront dans ses rues en 2020.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.