LA MUTATION NU­MÉ­RIQUE DE PÔLE EM­PLOI

Ser­vices 100 % Web, ap­pli­ca­tions mo­biles dé­diées, en­tre­tiens avec les conseiller­s par chats et vi­sio­con­fé­rences, or­ga­ni­sa­tion de sa­lons vir­tuels… Jean Bas­sères, pa­tron de Pôle Em­ploi de­puis décembre 2011, fait le point sur la stra­té­gie nu­mé­rique ré­so­lue d

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR SYLVAIN ROL­LAND ET PIERRE MA­NIÈRE @SylvRol­land @pma­niere

Dé­jà 240 000 offres dis­po­nibles sur po­leem­ploi.fr. En­tre­tien avec Jean Bas­sères, son di­rec­teur gé­né­ral.

Nom­mé sous Ni­co­las Sar­ko­zy et très pro­ba­ble­ment re­con­duit pro­chai­ne­ment par Fran­çois Hol­lande à la tête de Pôle Em­ploi, cet ins­pec­teur des fi­nances dy­na­mique qui a conduit à Ber­cy la fu­sion des deux di­rec­tions clés du mi­nis­tère des Fi­nances, celle des im­pôts et celle de la comp­ta­bi­li­té pu­blique, pi­lote de­puis trois ans un ser­vice pu­blic de l’em­ploi en pleine ex­plo­sion du chô­mage. Is­su du rap­pro­che­ment en 2008 des As­se­dic et de l’ANPE, Pôle Em­ploi fait front, dans une pé­riode de tran­si­tion éco­no­mique sans pré­cé­dent, et réa­lise sa mue nu­mé­rique à vi­tesse grand V.

LA TRI­BUNE – Votre re­con­duc­tion pour trois nou­velles an­nées en tant que di­rec­teur gé­né­ral de Pôle Em­ploi est qua­si­ment ac­tée. Quelles sont vos mis­sions dans un contexte de crise et de chô­mage de masse?

JEAN BAS­SÈRES – La vie de Pôle Em­ploi est ryth­mée par une conven­tion tri­par­tite, avec l’État et l’Une­dic, qui fixe les orien­ta- tions stra­té­giques pour trois ans. Dans un contexte éco­no­mique et so­cial dif­fi­cile, ma mis­sion est de pour­suivre les ef­forts en­ga­gés par le Plan stra­té­gique de trans­for­ma­tion 2012-2015 pour ac­cé­lé­rer le re­tour à l’em­ploi des chô­meurs et amé­lio­rer la sa­tis­fac­tion des de­man­deurs d’em­ploi et des en­tre­prises. Les trois pro­chaines an­nées se­ront donc consa­crées à am­pli­fier les évo­lu­tions mises en route lors de mon pre­mier man­dat. L’ob­jec­tif est de dé­ve­lop­per un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé et ren­for­cé dès le pre­mier contact avec le de­man­deur d’em­ploi. Nous avons mis en place la dif­fé­ren­cia­tion des ser­vices, qui est une évo­lu­tion ma­jeure. Il s’agit d’adap­ter notre offre de ser­vices pour mieux ai­der ceux qui en ont le plus be­soin. L’ac­com­pa­gne­ment ren­for­cé des chô­meurs les plus fra­giles concerne au­jourd’hui 3600 conseiller­s et 270000 de­man­deurs d’em­ploi. Nous de­vons l’am­pli­fier. Nous avons aus­si si­gné des par­te­na­riats avec une ving­taine de conseils gé­né­raux pour dé­ve­lop­per l’ac­com­pa­gne­ment glo­bal pour les chô­meurs qui pré­sentent des dif­fi­cul­tés d’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle et so­ciale. Notre ob­jec­tif est d’étendre cette dé­marche à une soixan­taine de départemen­ts ra­pi­de­ment. En­fin, le dé­ve­lop­pe­ment des ou­tils numériques doit per­mettre d’amé­lio­rer nos ser­vices à des­ti­na­tion des de­man­deurs d’em­ploi et des en­tre­prises.

Jus­te­ment, Pôle Em­ploi s’est lan­cé dans le dé­ve­lop­pe­ment du té­lé­tra­vail et des ser­vices 100% Web, confor­mé­ment au plan de Thier­ry Man­don, le se­cré­taire d’État en charge de la sim­pli­fi­ca­tion nu­mé­rique. Que re­pré­sente le vi­rage du nu­mé­rique pour Pôle Em­ploi?

Au­jourd’hui, plus de 85% des foyers sont équi­pés d’In­ter­net, et 40% de la po­pu­la­tion ac­tive est née après 1980 et a gran­di avec les nou­velles technologi­es. On note aus­si que neuf DRH sur dix uti­lisent le Web dans leurs opé­ra­tions de re­cru­te­ment (lire page 16). Prendre le vi­rage du nu­mé­rique est donc in­dis­pen­sable pour amé­lio­rer la qua­li­té du ser­vice.

Vous avez tes­té une dé­marche 100% Web, qui de­vrait être gé­né­ra­li­sée à l’en­semble des ré­gions d’ici à mars 2015. En quoi la dé­ma­té­ria­li­sa­tion est-elle bé­né­fique pour les de­man­deurs d’em­plois?

Cette ex­pé­ri­men­ta­tion 100% Web a mo­bi­li­sé une cen­taine de conseiller­s dans sept ré­gions et a concer­né 8000 de­man­deurs d’em­plois vo­lon­taires. Il s’agit de créer une re­la­tion en­tiè­re­ment dé­ma­té­ria­li­sée entre le conseiller Pôle Em­ploi et le de­man­deur. Les ren­dez­vous phy­siques sont rem­pla­cés par des chats et des web­cams. Con­trai­re­ment à l’idée re­çue, ce­la crée un ser­vice plus per­son­na­li­sé, plé­bis­ci­té par les uti­li­sa­teurs. Le dia­logue par web­cam per­met de l’in­ter­ac­ti­vi­té. Par exemple, les deux per­sonnes vont cli­quer en­semble sur un site Web, dis­cu­ter plus fa­ci­le­ment, le de­man­deur pose da­van­tage de ques­tions. En outre, ce­la sim­pli­fie les dé­marches. L’ab­sen­téisme à des en­tre­tiens en ligne est beau­coup moins im­por­tant, car les contrainte­s liées au déplacemen­t peuvent être évi­tées. Nous avons aus­si mis en place des ser­vices en ligne pour amé­lio­rer l’ef­fi­ca­ci­té de la re­cherche d’em­ploi. Par exemple, des vi­déos d’ap­pren­tis­sage en ligne et des ate-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.