RE­NAIS­SANCE

Fré­dé­ric Rose, DG de Tech­ni­co­lor, dé­taille la stra­té­gie de re­con­quête de l’ex-Thom­son. En­tre­tien.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE -

LA TRI­BUNE – Tech­ni­co­lor se re­lève, après plu­sieurs an­nées de re­struc­tu­ra­tion. C’est l’his­toire d’une ré­sur­rec­tion, comme l’a ti­tré un journal?

FRÉ­DÉ­RIC ROSE – Tech­ni­co­lor est le fruit de la réunion de trois so­cié­tés his­to­riques : Thom­son dans l’élec­tro­nique, Tech­ni­co­lor dans les médias, et RCA, l’in­ven­teur de la té­lé­vi­sion cou­leur. L’his­toire est im­por­tante, car elle ex­plique d’où l’on vient, mais les technologi­es et les mar­chés bougent tel­le­ment vite que ce­la ne peut suf­fire à com­prendre où l’on va. Ce n’est pas parce que nous avons in­ven­té avec RCA la té­lé cou­leur que nous pou­vons vivre sur nos ac­quis. Dans les mar­chés, au­jourd’hui, il faut sans cesse dé­mon­trer que l’on peut ap­por­ter quelque chose de nou­veau. Quand on dit ré­or­ga­ni­sa­tion, on pense d’abord aux di­mi­nu­tions d’ef­fec­tifs. Or, c’est aus­si une pé­riode de grande trans­for­ma­tion de l’en­tre­prise, de ses ou­tils et de ses ef­fec­tifs. On est dans une industrie où les cycles sont dé­sor­mais de moins de dix-huit mois. Croire qu’on peut avoir une sta­bi­li­té dans un monde qui change à toute vi­tesse, c’est im­pen­sable.

Où en est votre ré­or­ga­ni­sa­tion?

On a connu une re­struc­tu­ra­tion en 2009 et 2010, pour des rai­sons fi­nan­cières. Cette étape-là est dé­sor­mais der­rière nous. Nous sommes dans une trans­for­ma­tion constante. Il faut être prêt à évo­luer en ré­ponse à l’évo­lu­tion de notre en­vi­ron­ne­ment. Ce­la de­mande une vraie flexi­bi­li­té de la part de l’en­tre­prise et de ses sa­la­riés. Par exemple, nos équipes de R&D tra­vaillent sur des pro­jets à dix-huit ou vingt-quatre mois en moyenne, mais nous n’hé­si­tons pas à chan­ger de prio­ri­té et à lan­cer un nou­veau projet pour an­ti­ci­per une rup­ture tech­no­lo­gique avant nos concur­rents, ou mieux ser­vir nos clients dans un en­vi­ron­ne­ment en trans­for­ma­tion. Nous de­vons avoir une vision, mais il faut aus­si sa­voir s’adap­ter en temps réel.

Vous avez as­si­gné votre ac­tion­naire Vec­tor Ca­pi­tal en justice pour mettre fin à l’ac­cord de gou­ver­nance qui vous lie. Pour­quoi cette dé­ci­sion ra­di­cale?

Cette dé­ci­sion est mo­ti­vée par un désac­cord pro­fond sur la stra­té­gie du groupe, sur le mo­dèle de Tech­ni­co­lor en fait. Alors que Vec­tor a sou­te­nu à maintes re­prises pu­bli­que­ment cette stra­té­gie, ils cherchent main­te­nant à im­po­ser un dé­man­tè­le­ment de l’en­tre­prise. Nous sou­hai­tons cla­ri­fier la si­tua­tion et per­mettre au ma­na­ge­ment et au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de se concen­trer sur la pro­chaine phase de dé­ve­lop­pe­ment. C’est en gar­dant ce cap que le groupe a réus­si son re­dres­se­ment. D’ailleurs, c’est ce projet stra­té­gique qui a été pré­sen­té à l’en­semble du mar­ché et sur le­quel les in­ves­tis­seurs se sont po­si­tion­nés. Le ma­na­ge­ment et tous les autres ad­mi­nis­tra­teurs ont la convic­tion que ce sont les technologi­es dé­ve­lop­pées au tra­vers de ce mo­dèle, al­liant ac­ti­vi­tés opé­ra­tion­nelles et ex­per­tise en re­cherche et pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, qui per­met­tront de maxi­mi­ser la va­leur de nos ac­tifs. Vec­tor n’a pas réus­si à convaincre et ne peut pas for­cer un chan­ge­ment ra­di­cal de stra­té­gie par la voie de la dé­sta­bi­li­sa­tion.

Quelle est votre vision d’ave­nir?

Nous vou­lons res­ter un ac­teur clé dans les technologi­es de l’image et du son. C’est-àdire être un lea­der des technologi­es d’im­mer­sion vi­suelles et au­di­tives qui vont faire la pro­chaine ré­vo­lu­tion au­dio­vi­suelle. On est pas­sé de la té­lé­vi­sion noir et blanc à la té­lé cou­leur, puis de la SD à la HD. De­main, votre écran va énor­mé­ment évo­luer pour at­teindre l’UHD (ul­tra haute dé­fi­ni­tion), puis le HDR. Nous al­lons donc vivre des cycles suc­ces­sifs de re­nou­vel­le­ment très ra­pide des ma­té­riels. Dans l’image, le pa­ri que nous fai­sons, c’est qu’en 2018, l’ex­pé­rience im­mer­sive à la mai­son se­ra plus riche en­core que celle que l’on peut avoir au ci­né­ma. Les pre­miers écrans 4K qui ar­rivent dans les ma­ga­sins ne sont qu’une étape. 4K, ce­la veut dire quatre fois plus de pixels que la HD. La pro­chaine étape, c’est le HDR, le « High Dy­na­mic Range » , que l’on trouve dé­jà sur cer­tains ap­pa­reils pho­to. Le HDR aug­mente la lu­mi­no­si­té et le contraste de l’image pour se rap­pro­cher de la réa­li­té. En­suite ce se­ra le « wide co­lor ga­mut » , l’ex­ten­sion de la gamme de cou­leurs. Les écrans ac­tuels donnent 20% des cou­leurs que votre cer­veau sait dis­tin­guer. L’ob­jec­tif est de dou­bler la per­for­mance à 40% des cou­leurs pos­sibles. En­fin, l’im­mer­sif ar­rive aus­si avec les nou­veaux casques à réa­li­té vir­tuelle. Nous tra­vaillons avec Sam­sung sur la tech­no­lo­gie im­mer­sive d’Ocu­lus et les ré­sul­tats sont vrai­ment ex­tra­or­di­naires.

Ça va être char­mant les dî­ners en fa­mille… Cha­cun son smart­phone, sa ta­blette et son casque vir­tuel…

D’ici à dix ans, les ta­blettes au­ront été rem­pla­cées par les casques et les lu­nettes. On parle de mar­chés grand pu­blic. Qu’on le veuille ou non, ce­la va ar­ri­ver. Après, ce se­ra à cha­cun de s’ap­pro­prier ces nou­veaux ou­tils et d’ap­prendre à vivre avec ces pro­grès, en fa­mille ou en col­lec­ti­vi­té.

L’image évo­lue, mais le son éga­le­ment…

Oui, et là aus­si on va vers une ex­pé­rience aus­si im­mer­sive, voire meilleure, qu’au ci­né­ma, et nous consom­me­rons sur ces nou­veaux ou­tils de nou­veaux types de conte­nu, plus courts, avec plus d’im­pact. Le nou­veau stan­dard de son im­mer­sif s’ap­pelle le Mpeg H. L’ob­jec­tif, c’est de faire coïn­ci­der les deux technologi­es : ce­la ne sert à rien d’avoir une image im­mer­sive de très haute qua­li­té si le son ne suit pas. Pour sen­tir la dif­fé­rence, il faut com­bi­ner les deux sens.

Est-ce que les conte­nus vont suivre ces nou­veaux stan­dards?

Nous tra­vaillons aus­si sur les technologi­es de pro­duc­tion. Nous in­ter­ve­nons dé­jà sur des films cap­tu­rés en 4K mais nous sa­vons éga­le­ment pro­duire des films en HDR et

PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PHI­LIPPE MABILLE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.