« Réap­pre­nons le sens du mot amour »

La Tribune Hebdomadaire - - 30 VISIONS D’AVENIR -

Nous sommes à un tour­nant. Un grand tour­nant qui s’opère avec l’avè­ne­ment de la mo­der­ni­té, for­mi­dable mou­ve­ment d’éman­ci­pa­tion. Car la mo­der­ni­té est une double éman­ci­pa­tion, à l’égard du po­li­tique d’une part et du re­li­gieux d’autre part. Mais cette éman­ci­pa­tion s’opère aus­si vis-à-vis de la na­ture, de la pla­nète. En même temps qu’on largue la na­ture, on se dé­gage de tout dis­cer­ne­ment sur la na­ture des ac­ti­vi­tés, en termes de bé­né­fices et de pertes gé­né­rés. Pour­tant nous connais­sons les risques qu’elles com­portent et les dé­gâts qu’elles pro­voquent. Mais les forces d’ad­dic­tion qui s’op­posent à la vé­ri­table prise en compte des en­jeux éco­lo­giques et en­vi­ron­ne­men­taux sont bien réelles. Nous ne sommes plus dans un rap­port de Terre-mère, rap­port de fi­lia­tion, où les êtres hu­mains ne sont pas dans la na­ture, mais bel et bien de la na­ture. Nous sommes le peuple de la terre, vul­né­rable sur une pla­nète elle-même vul­né­rable. Il faut donc se tour­ner vers le concept d’éner­gie po­si­tive et en­tendre vé­ri­ta­ble­ment le sens du mot amour. Nous souf­frons d’ad­dic­tions fortes, pro­fondes : de l’ar­gent, du pé­trole et de la vi­tesse, qui rem­plissent des fonc­tions émo­tion­nelles très im­por­tantes, car elles sont des fonc­tions d’ex­ci­ta­tion qui donnent le sen­ti­ment d’être vi­vants. On ne peut ré­pondre à ces ad­dic­tions que par une éner­gie au moins égale et de pré­fé­rence su­pé­rieure. Cette éner­gie se trouve dans l’amour et la joie de vivre, dans la vie po­si­tive. Ce qui ca­rac­té­rise la joie de vivre est un couple for­mé par l’in­ten­si­té et la sé­ré­ni­té, op­po­sé à ce­lui for­mé par l’ex­ci­ta­tion et la dé­pres­sion qui tra­verse les uni­vers po­li­tique, mé­dia­tique, fi­nan­cier et même spor­tif. Il s’agit de construire un ima­gi­naire po­si­tif au­tour de la so­brié­té heu­reuse dé­ve­lop­pée par Pierre Rabhi. L’en­jeu ré­side dans le bien-vivre, dans la qua­li­té d’être in­di­vi­duelle et col­lec­tive su­pé­rieure. Il nous faut donc dé­ve­lop­per une éner­gie créa­trice suf­fi­sante pour s’op­po­ser aux forces d’ad­dic­tions dont nous souf­frons. Il n’y a de pos­si­bi­li­té de mieux ai­mer cette pla­nète que si la fa­mille hu­maine ap­prend dans le même temps à mieux s’ai­mer elle-même. Il existe un rap­port étroit entre le mal-être et la dé­me­sure sur le plan so­cié­tal. La so­cié­té ne semble connaître que deux sen­ti­ments : l’eu­pho­rie et la pa­nique, symp­tômes de la psy­chose ma­nia­co-dé­pres­sive. Les ac­teurs so­cio-éco­no­miques perdent alors tout contact avec la réa­li­té. Il faut que la re­pré­sen­ta­tion du dé­sir de la trans­for­ma­tion soit su­pé­rieure au sta­tu quo. C’est seu­le­ment si l’hu­ma­ni­té ap­prend à mieux s’ai­mer elle-même qu’elle peut com­prendre qu’elle se doit de mieux ai­mer les éco­sys­tèmes nour­ri­ciers sans les­quels elle se sau­rait sur­vivre. Mais si elle de­meure dans la dé­tes­ta­tion d’elle-même, elle est au pire dans un rap­port de dé­tes­ta­tion, au mieux de cho­si­fi­ca­tion, de pur contrôle, de pure maî­trise de la na­ture et de la pla­nète. De la bonne ges­tion de notre mai­son ter­rienne dé­pend notre sur­vie. Il n’y a donc d’ave­nir pour notre éco­no­mie que si on la ré­in­tègre à l’éco­lo­gie d’une part, et dans l’éthique d’autre part. Il faut re­faire de l’éco­no­mie une science mo­rale et re­po­ser la ques­tion fon­da­men­tale sur la na­ture de nos ac­ti­vi­tés. Sont-elles bé­né­fiques ou nui­sibles pour les hu­mains et leur en­vi­ron­ne­ment ? Il faut aus­si ré­in­ven­ter des in­di­ca­teurs de ri­chesse qui posent la ques­tion des bé­né­fices et des nui­sances. Et en­vi­sa­ger la pro­blé­ma­tique so­ciale que ques­tionne notre dé­ve­lop­pe­ment, en lien avec les su­jets éco­no­miques et éco­lo­giques consub­stan­tiels. » « Le couple in­ten­si­té-sé­ré­ni­té doit s’im­po­ser à ce­lui de l’ex­ci­ta­tion­dé­pres­sion qui tra­verse les uni­vers po­li­tique, mé­dia­tique, fi­nan­cier et spor­tif. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.