FU­TUR EN SEINE

À Pa­ris, jus­qu’au 21 juin, le festival de l’in­no­va­tion nu­mé­rique.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - PAR JEANPIERRE GONGUET

« Toutes les li­brai­ries vont bien­tôt com­mer­cia­li­ser des ta­blettes nu­mé­riques et, a prio­ri, elles ont tout à y ga­gner. » Af­fir­ma­tion sur­pre­nante ? Oui. D’au­tant qu’elle ne vient pas de Jeff Be­zos, mais de De­nis Mol­lat, pa­tron à Bor­deaux de la plus grande li­brai­rie in­dé­pen­dante fran­çaise. Peu de sec­teurs in­dus­triels pa­rais­saient au­tant me­na­cés par les Ga­fa que l’édi­tion et la dis­tri­bu­tion de livres. Mais, re­tour­ne­ment de l’his­toire, en juin 2015, c’est Ama­zon qui, cette fois, re­garde d’un oeil très mé­fiant la créa­tion, à Pa­ris, dans les lo­caux de Cap Di­gi­tal, d’une struc­ture de développem­ent d’une di­zaine de per­sonnes. Leur mis­sion : dé­ve­lop­per l’ap­pli­ca­tion Rea­dium pour l’édi­tion fran­çaise et européenne et mettre sur pied en peu de temps la pla­te­forme et les ou­tils qui vont per­mettre de lire n’im­porte quel livre nu­mé­rique sur n’im­porte quel sup­port. Rea­dium, créé par l’as­so­cia­tion amé­ri­caine In­ter­na­tio­nal Di­gi­tal Pu­bli­shing Fo­rum (IDPF), est un ou­til qui per­met de dé­ve­lop­per des for­mats epub dans tous les mé­tiers de l’écrit, du livre aux ma­ga­zines. C’est sur­tout un ou­til neutre, n’ap­par­te­nant à au­cun Ga­fa et to­ta­le­ment in­ter­opé­rable. Fi­ni la dé­pen­dance aux sys­tèmes pro­prié­taires : un livre ache­té sur Ama­zon se­ra lu sans li­seuse Kindle, chez Apple sans iPad ou sans Ko­bo à la Fnac. Cha­cun achè­te­ra sans se sou­cier du sup­port ni du ven­deur : Mol­lat à Bor­deaux et De­citre à Lyon se­ront sur Rea­dium. « Sur le livre, l’Eu­rope est une des terres de ba­taille cri­tiques vi­sant à évi­ter la do­mi­na­tion des so­cié­tés tech­no­lo­giques uti­li­sant des for­mats pro­prié­taires, ex­plique Pierre Da­net, di­rec­teur in­no­va­tion et tech­no­lo­gie nu­mé­rique de Ha­chette Livre et vice-pré­sident de Cap Di­gi­tal. Nous ne vou­lions pas vivre les mêmes ex­pé­riences que dans la mu­sique ou la presse. Sur­tout, nous re­fu­sons de pro­duire des for­mats en fonc­tion de chaque in­ter­ve­nant. C’est, de toute fa­çon, beau­coup trop cher; de nom­breux édi­teurs n’ar­rivent pas à suivre fi­nan­ciè­re­ment et il fal­lait évi­ter une crise dans le sec­teur. Il nous fal­lait ab­so­lu­ment un for­mat unique peu coû­teux. » REA­DIUM COÛTE CINQ FOIS MOINS CHER QU’ADOBE Pos­sé­der les com­pé­tences tech­niques pour édi­ter un livre nu­mé­rique en fonc­tion de tous les for­mats du mar­ché est de­ve­nu d’au­tant plus dif­fi­cile que l’ou­til qua­si hé­gé­mo­nique dans l’édi­tion, Adobe eBook Plat­form, a aug­men­té ses prix au fur et à me­sure de sa main­mise sur le mar­ché de l’édi­tion. Rea­dium coûte au moins cinq fois moins cher qu’Adobe, il est plus per­for­mant, et il est en code source ou­vert ( open source). Le rêve. Res­tait à convaincre les Amé­ri­cains de l’IDPF et son pa­tron Bill Mac Coy. « Nous lais­sons trop sou­vent la gou­ver­nance des as­so­cia­tions in­ter­na­tio­nales aux Amé­ri­cains, es­time Pierre Da­net. Bill Mac Coy a com­pris, il y a un an, que ce­la ne pou­vait pas res­ter un ins­tru­ment to­ta­le­ment amé­ri­cain et qu’il fal­lait le dé­ve­lop­per avec des gou­ver­nances propres en Eu­rope ou en Asie. Il en a dis­cu­té à Ma­ti­gnon, a hé­si­té entre Londres et Pa­ris, mais nous l’avons em­por­té. » Les Fren­chies, ins­tal­lés dans Cap Di­gi­tal, vont donc tra­vailler sur la sé­cu­ri­sa­tion des conte­nus et les fonc­tion­na­li­tés, et « évan­gé­li­ser » l’Eu­rope. Mais nul ne se voile la face, c’est une guerre éco­no­mique, en par­ti­cu­lier contre Ama­zon, qui se joue. Google et Fa­ce­book ont dé­jà com­pris et ont re­joint Rea­dium. Il est d’ailleurs dis­po­nible dans Google Ch­rome. Adobe lui-même a re­joint le mou­ve­ment open source : « On est un peu tom­bés du pla­card quand ils sont ar­ri­vés, se rap­pelle Pierre Da­net, mais ce sont des en­tre­prises tel­le­ment mo­biles qu’elles pré­fèrent tou­jours co­opé­rer que res­ter à l’ex­té­rieur. Or là, je pense que ceux qui res­te­ront à l’ex­té­rieur vont souf­frir. » Apple, Cis­co, Mi­cro­soft, IBM ont tous mis un pre­mier pied dans Rea­dium. Apple comme Ama­zon a investi des mil­liards dans ses propres sys­tèmes, mais la firme à la pomme semble pré­fé­rer la co­opé­ra­tion et l’open source à la guerre fron­tale. Pa­trick Coc­quet, le di­rec­teur gé­né­ral de Cap Di­gi­tal, l’un des pré­cur­seurs du pro­jet, ne cache pas que Rea­dium est « une arme an­ti-Ga­fa, car seul l’open source per­met de ne pas se faire man­ger par les Ga­fa » . Et sur­tout, il est content d’avoir convain­cu Bill Mac Coy : « C’est la pre­mière fois que des Amé­ri­cains vont créer, dans le monde nu­mé­rique, une struc­ture nou­velle qui ne soit pas une fi­liale en de­hors de leur ter­ri­toire. Et en plus, ils ont com­pris que c’est à Pa­ris que ce­la se pas­sait : 40 % des membres eu­ro­péens de Rea­dium sont des Fran­çais et plus de la moi­tié d’entre eux sont à Cap Di­gi­tal ! » LE MAR­CHÉ DES LI­SEUSES SUR LA LIGNE DE DÉ­PART Tout est en place pour que l’édi­tion fran­çaise réus­sisse sa trans­for­ma­tion nu­mé­rique. Pour l’ins­tant, la part du nu­mé­rique dans la vente de livres est in­fi­ni­té­si­male

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.