LE COAVIONNAG­E, UN DÉ­FI COLLABORAT­IF DANS L’AIR DU TEMPS

Les éner­gies re­nou­ve­lables gagnent du ter­rain au Moyen Orient et en Afrique du Nord, y com­pris dans les pays pro­duc­teurs de pé­trole.

La Tribune Hebdomadaire - - TEMPS FORTS -

Faut-il donc au­to­ri­ser « le vol à frais par­ta­gés », qui est au trans­port par pe­tits avions ce que Bla­bla­car est à la SNCF ? Sur ce su­jet aus­si, la France marche à re­cu­lons…

Alors que les pays membres de l’ONU né­go­cient de­puis bien­tôt deux se­maines à Bonn sur les mo­da­li­tés de mise en oeuvre de l’Ac­cord de Pa­ris qu’ils ont adop­té en dé­cembre, la tran­si­tion éner­gé­tique ap­pa­raît plus que ja­mais comme le prin­ci­pal le­vier de la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Y com­pris dans les pays arabes, lar­ge­ment me­na­cés par ses consé­quences, comme l’a mon­tré le col­loque or­ga­ni­sé à Pa­ris par l’Ins­ti­tut du Monde arabe, en par­te­na­riat avec La Tri­bune, le 18 mai der­nier. On ne s’éton­ne­ra guère que des pays im­por­ta­teurs d’éner­gie, comme la Jor­da­nie ou le Ma­roc, cherchent à se dé­faire de cette dé­pen­dance. Aux bou­le­ver­se­ments cli­ma­tiques per­çus par leurs po­pu­la­tions, qui me­nacent jus­qu’à leur pa­tri­moine cultu­rel, s’ajoute la vo­lon­té de sé­cu­ri­ser leur ap­pro­vi­sion­ne­ment et d’amé­lio­rer leur ba­lance com­mer­ciale… Le Ma­roc, pays hôte de la COP 22, a op­té pour une po­li­tique éner­gé­tique am­bi­tieuse, qui vise 42% d’éner­gies re­nou­ve­lables en 2020 (52% en 2030). Pour ce faire, il s’est no­tam­ment do­té d’une struc­ture, l’agence so­laire ma­ro­caine Ma­sen, qui prend en charge l’or­ga­ni­sa­tion des pro­jets et jus­qu’à leur fi­nan­ce­ment. Un bon point sup­plé­men­taire pour at­ti­rer les pro­jets étran­gers, en plus de la sta­bi­li­té po­li­tique et du cadre ré­gle­men­taire qui ont no­tam­ment sé­duit le saou­dien Ac­wa Po­wer, lau­réat des trois tranches de la mé­ga­cen­trale so­laire à concen­tra­tion Noor, inau­gu­rée il y a quelques se­maines. Le Ma­roc in­nove aus­si sur le plan ré­gle­men­taire. Confor­mé­ment à la loi 13.09 de 2011, l’au­to­ri­sa­tion de contrats entre ac­teurs pri­vés a ou­vert un nou­veau mar­ché. Les pro­duc­teurs d’élec­tri­ci­té peuvent dé­sor­mais vendre di­rec­te­ment leur pro­duc­tion à des in­dus­triels, comme le fait le ma­ro­cain Na­re­va avec La­farge, Ar­ce­lor ou Air Li­quide. Plus sur­pre­nante, « Vi­sion 2030 », la feuille de route an­non­cée fin avril par l’Ara­bie saou­dite pour s’af­fran­chir de sa dé­pen­dance à l’or noir (70% de ses re­ve­nus) à l’ho­ri­zon 2030, voire plus tôt en­core. On s’en sou­vient, comme d’autres pays pro­duc­teurs de pé­trole, le royaume wah­ha­bite ne s’était pas mon­tré très al­lant lors de la COP 21. Certes, le pays s’est fixé des ob­jec­tifs am­bi­tieux : 41 GW de so­laire et 9 GW d’éo­lien ini­tia­le­ment pré­vus pour 2032. À court de ren­trées pé­tro­lières, il a dû re­pous­ser l’échéance en 2040, mais pour­ra no­tam­ment comp­ter sur la mise en Bourse d’une par­tie du pé­tro­lier na­tio­nal Aram­co pour fi­nan­cer le pro­gramme. L’ef­fon­dre­ment du prix du ba­ril de­puis la mi-2014 a for­te­ment af­fec­té son bud­get et illus­tré sa vul­né­ra­bi­li­té à la vo­la­ti­li­té des cours. Les sub­ven­tions à la consom­ma­tion d’éner­gie fos­sile, his­to­ri­que­ment très éle­vées, se ré­duisent comme peau de cha­grin, et les coûts de pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té à par­tir de pé­trole, pour ali­men­ter cli­ma­ti­sa­tion et usines de des­sa­le­ment d’eau, se rap­prochent des coûts réels, pro­hi­bi­tifs. DES ÉNER­GIES DE PLUS EN PLUS COMPÉTITIV­ES Dans le même temps, les coûts des éner­gies re­nou­ve­lables, eux, ne cessent de bais­ser, et de fa­çon par­ti­cu­liè­re­ment spec­ta­cu­laire dans la ré­gion MENA (Middle-East/North-Afri­ca). Au Ma­roc, grâce aux condi­tions ex­cep­tion­nelles de la côte at­lan­tique, Na­re­va a pu of­frir un ta­rif in­fé­rieur à 30 $ le mé­ga­watt­heure (MWh), ja­mais at­teint, pour l’ap­pel d’offres éo­lien « in­té­gré » d’une puis­sance to­tale de 850 MW, dont il est lau­réat aux cô­tés de Sie­mens et Enel. Dans le so­laire, les chiffres sont plus frap­pants en­core. Près d’un an après Ac­wa Po­wer, qui avait dé­frayé la chro­nique avec son offre à 5,84 US cents/kWh pour 200 MW, écra­sant le pré­cé­dent re­cord bré­si­lien de 8 cents, c’est un consor­tium re­grou­pant l’en­tre­prise d’Abou Dha­bi Mas­dar et le saou­dien Ab­dul La­tif Ja­meel qui vient de pro­po­ser un ta­rif à peine croyable de 2,99 cents/kWh pour 800 MW. Ces ap­pels d’offres s’ins­crivent dans un pro­jet glo­bal de 5 GW d’ici à 2030 pour les Émi­rats arabes unis, qui doit leur per­mettre d’at­teindre leur ob­jec­tif de 15% d’éner­gie re­nou­ve­lable en 2030 (7% en 2020). Outre la qua­li­té de la res­source, la maî­trise opé­ra­tion­nelle et l’in­gé­nie­rie fi­nan­cière contri­buent à cette com­pé­ti­ti­vi­té. Ce­pen­dant, dans l’état ac­tuel des choses, ce ta­rif n’est pas du­pli­cable. Comme le sou­ligne Ro­ber­to de Die­go Aro­za­me­na, qui di­rige la di­vi­sion « Éner­gie » d’Ab­dul La­tif Ja­meel, il ré­sulte de condi­tions ex­cep­tion­nelles, de­puis le prix du ter­rain au coût du fi­nan­ce­ment, en pas­sant par les éco­no­mies d’échelle sur les équi­pe­ments. En met­tant le prix du so­laire en des­sous de ce­lui du char­bon, le si­gnal adres­sé au monde de l’éner­gie n’en reste pas moins fort. Ces en­tre­prises lo­cales (ou leurs di­vi­sions spé­cia­li­sées dans les éner­gies re­nou­ve­lables) dont pas une seule n’était née au dé­but des an­nées 2000, pros­pèrent à la fa­veur de ce bas­cu­le­ment. Au sein même d’Ac­wa Po­wer, qui, par la voix de son PDG Pad­dy Pad­ma­na­than se re­ven­dique « ag­nos­tique en termes de tech­no­lo­gie » , les re­nou­ve­lables gagnent du ter­rain. La mul­ti­pli­ca­tion des pro­jets sus­cite bien des convoi­tises. Ain­si, le der­nier ap­pel d’offres pour une cen­trale pho­to­vol­taïque de 350 MW, à Abou Dha­bi, a at­ti­ré pas moins de 90 can­di­dats, dont les Fran­çais EDF EN et En­gie, ain­si que To­tal, avec SunPo­wer.¡

Inau­gu­rée ré­cem­ment, la cen­trale so­laire Noor, au Ma­roc, est la plus grande d’Afrique et sym­bo­lise l’am­bi­tion du Royaume en ma­tière d’éner­gies re­nou­ve­lables. © DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.