Le « big da­ta » éli­mi­né dès le pre­mier tour

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO -

Le « match dans le match » entre le big da­ta et les son­dages, entre la tech­no­lo­gie et la bonne vieille mé­thode de me­sure des in­ten­tions de vote, a tour­né en fa­veur des son­deurs au soir du pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Les spé­cia­listes du big da­ta, pour­tant au­réo­lés par leurs pré­cé­dents suc­cès (Brexit et Trump) là où les son­dages n’avaient rien vu ve­nir, re­partent la queue entre les jambes. Fil­te­ris, Pre­dict my pre­sident et Vi­gi­globe, en se fon­dant sur des mé­tho­do­lo­gies dif­fé­rentes d’ana­lyse du Web et des ré­seaux so­ciaux, mi­saient sur la qua­li­fi­ca­tion de Fran­çois Fillon au se­cond tour. Mais le Sar­thois a ter­mi­né troi­sième. De leur cô­té, les son­dages ont su iden­ti­fier l’ordre du

car­ré de tête et don­ner une es­ti­ma­tion des voix conforme aux ré­sul­tats. « Les son­dages res­tent l’ou­til le plus ef­fi­cace pour me­su­rer l’état de l’opi­nion. […] L’élec­tion pré­si­den­tielle est la plus fa­cile à pré­dire pour nous, car la par­ti­ci­pa­tion y est plus forte, donc l’im­pré

ci­sion est moindre » , ex­plique à La Tri­bune Bru­no Jean­bart, DG ad­joint de l’ins­ti­tut Opi­nion Way. À l’in­verse, Fil­te­ris fait amende ho­no­rable mais

re­la­ti­vise en rap­pe­lant que « les ana­lyses is­sues du big da­ta [...] ap­portent des éclai­rages per­ti­nents et per­mettent de dé­tec­ter des ten­dances, comme ce fut le cas pour Jean-Luc Mé­len­chon » , dont la re­mon­tée a été dé­tec­tée sur In­ter­net avant d’être prise en compte par les son­dages.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.