QUAND LES PRO­MO­TEURS IN­VENTENT LA VILLE DE DE­MAIN

Aux cô­tés d’une ving­taine de « ma­jors » de la pro­mo­tion im­mo­bi­lière, une mul­ti­tude d’ac­teurs mènent des opé­ra­tions im­mo­bi­lières de toutes tailles dans cette pé­riode d’ef­fer­ves­cence. Avec une forte ten­dance à de grands pro­jets pen­sés dans leur glo­ba­li­té en

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - ISABELLE BOUCQ @Kel­loucq

L’en­jeu au­jourd’hui est la mé­tro­po­li­sa­tion heu­reuse. On ne peut pas se conten­ter d’em­pi­ler du bé­ton. On ne peut plus construire sans créer la ville », dé­clare Alain Ta­ra­vel­la, pré­sident fon­da­teur d’Al­ta­rea Co­ge­dim. À la fois fon­cière de com­merce, pro­mo­teur de lo­ge­ments et dé­ve­lop­peur d’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise, la so­cié­té qu’il a créée en 1994 et qui em­ploie 1 400 col­la­bo­ra­teurs oc­cupe une place sur le po­dium fran­çais de ces trois ac­ti­vi­tés. Gi­se­ment de crois­sance par ex­cel­lence, les mé­tro­poles ne peuvent se dé­ve­lop­per sans les pro­mo­teurs, af­firme-t-il. Construire des lo­ge­ments, créer la vie, fa­vo­ri­ser le lien, par­ti­ci­per à la créa­tion de la ville fait par­tie des mis­sions de son en­tre­prise et de sa pro­fes­sion. Pour exemple, il cite l’opé­ra­tion Place du Grand Ouest à Massy (Es­sonne), un projet de 100 000 m2 qui se­ra li­vré en fin d’an­née : au­tour des gares RER et TGV de Massy, 800 lo­ge­ments, une école, des com­merces, un hô­tel, un ci­né­ma mul­ti­plex, un centre de congrès. Sans comp­ter un concierge de quar­tier qui fa­ci­li­te­ra la vie quo­ti­dienne pour les li­vrai­sons, la garde d’en­fants ou les ré­ser­va­tions de res­tau­rants. « Il s’agit d’un des pre­miers en­sembles du Grand Pa­ris. Nous en sommes l’opé­ra­teur unique. Les pro­mo­teurs pen­saient ver­ti­cal, avec les bu­reaux, les lo­ge­ments et les com­merces. Là, nous pen­sons trans­ver­sal avec l’in­té­gra­tion des usages. C’est le sens de l’his­toire. » Spé­cia­li­sée à ses dé­buts dans le dé­ve­lop­pe­ment et la ges­tion de centres com­mer­ciaux – on doit no­tam­ment à Alain Ta­ra­vel­la le concept de com­mer­ce­loi­sirs exem­pli­fié par Ber­cy Vil­lage à Pa­ris –, Al­ta­rea Co­ge­dim s’est donc di­ver­si­fiée dans les lo­ge­ments et les bu­reaux. Alain Ta­ra­vel­la peut mul­ti­plier les exemples de cette nou­velle ap­proche. À Is­sy-les-Mou­li­neaux (Hauts-de-Seine), un an­cien centre de re­cherche d’Orange va de­ve­nir le quar­tier « Is­sy Coeur de ville » : plus de 100 000 m2 au­tour d’un parc ur­bain, de com­merces, de lo­ge­ments, de bu­reaux, dont un centre des­ti­né à ac­cueillir des en­tre­prises is­sues de l’éco­no­mie nu­mé­rique. Ce nou­vel éco­quar­tier se­ra bar­dé de la­bel­li­sa­tions en­vi­ron­ne­men­tales bien en­ten­du, mais aus­si des la­bels Well, qui s’in­té­resse au bien-être des usa­gers, et Bio­di­verCi­ty, qui fait la part belle au vé­gé­tal et à l’ani­mal dans la ville. Une opé­ra­tion d’amé­na­ge­ment dont le coût de­vrait s’éle­ver à 600 mil­lions d’eu­ros et s’ache­ver en 2021. Même chose à Bo­bi­gny (Seine-SaintDe­nis), où Al­ta­rea Co­ge­dim va ra­ser le centre com­mer­cial Bo­bi­gny 2 pour construire des îlots de lo­ge­ments et de bu­reaux avec des com­merces en pied d’im­meuble au­tour d’une grande place cen­trale. L’en­semble de 100000 m2 de­vrait être li­vré en 2024. Adieu construc­tion sur dalle et centre com­mer­cial clas­sique, bon­jour com­merces de proxi­mi­té et centre-ville in­té­gré.

L’ÈRE DES ENSEMBLIER­S UR­BAINS

Le titre d’en­sem­blier ur­bain, Frédéric Car­rère le re­ven­dique plei­ne­ment. À la tête de Go­tham et de sa marque de lo­ge­ments Groupe Car­rère, ce Tou­lou­sain met en avant sa ca­pa­ci­té à créer « des en­sembles qui pré­sentent de la mixi­té fonc­tion­nelle avec des lo­ge­ments, des bu­reaux et des com­merces en pied d’im­meuble. C’est une ten­dance forte de­puis une di­zaine d’an­nées pour ré­pondre à des concours d’amé­na­ge­ment pour une ville mixte. » Une mixi­té fonc­tion­nelle et tem­po­relle, puisque les quar­tiers vivent ain­si 24 heures sur 24 et facilitent les dé­pla­ce­ments doux et les ren­contres. « Pour avoir une vi­sion glo­bale, il faut acheter tout l’ap­pa­reil com­mer­cial et adop­ter une ap­proche fi­nan­cière avec une pé­réqua­tion des loyers adap­tés se­lon les com­merces. Il faut ac­com­pa­gner les com­mer­çants sur en­vi­ron trois ans, et les col­lec­ti­vi­tés nous de­mandent d’ailleurs de gar­der l’ap­pa­reil com­mer­cial pen­dant cinq à dix ans. Pour ce­la, nous avons créé une fon­cière de com­merce. » En 2013, Go­tham po­sait la pre­mière pierre du nou­veau quar­tier Ma­la­koff à Nantes (6 300 m2 de lo­ge­ments, 4 300 m2 de bu­reaux et 3 200 m2 de com­merces) en face du pont Ta­bar­ly. « Nous avons ré­pon­du à un concours de Nantes Mé­tro­pole que nous avons ga­gné avec la Caisse des Dé­pôts et E Ca­pi­tal. Nous avons mi­li­té pour un ma­croî­lot qui est de­ve­nu un cas d’école de la mixi­té d’usages. Ce quar­tier qui avait un dé­fi­cit d’image a été mé­ta­mor­pho­sé », ra­conte Frédéric Car­rère. Il est en train d’ap­pli­quer une lo­gique si­mi­laire à la ré­no­va­tion du quar­tier Em­pa­lot à Tou­louse, une ci­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.