S’EST RAP­PRO­CHÉE DE LA RUS­SIE

La Tribune Hebdomadaire - - DÉFENSE -

Le rap­pro­che­ment de l’Ara­bie saou­dite et de la Rus­sie re­bat les cartes dans la ré­gion du Golfe. Et au-de­là…

Quand le roi Sal­mane ben Ab­de­la­ziz Al Saoud a fou­lé dé­but oc­tobre pour la pre­mière fois le sol russe, l’Ara­bie saou­dite a lan­cé un si­gnal très fort à l’en­semble du monde, et no­tam­ment aux ÉtatsU­nis. Car la vi­site en Rus­sie du sou­ve­rain d’Ara­bie saou­dite est his­to­rique à plus d’un titre. Ain­si, si l’Union so­vié­tique avait été le pre­mier État à re­con­naître l’Ara­bie saou­dite en 1926, au­cun di­ri­geant saou­dien ne s’était en­core ren­du en URSS, puis en Rus­sie. Ces der­nières an­nées, les deux pays en­tre­te­naient des re­la­tions conflic­tuelles ; ils se sont no­tam­ment op­po­sés sur la Sy­rie comme sur le conflit au Yé­men. Mos­cou, qui sou­tient le ré­gime de Ba­char al-As­sad et Ryad, l’op­po­si­tion, font par­tie des prin­ci­paux ac­teurs du conflit en Sy­rie. À l’oc­ca­sion de cette pre­mière vi­site d’un sou­ve­rain saou­dien en Rus­sie, Vla­di­mir Pou­tine et le roi Sal­mane d’Ara­bie saou­dite, al­lié tra­di­tion­nel de Washington, ont donc scel­lé leur rap­pro­che­ment en si­gnant d’im­por­tants ac­cords mi­li­taires et éner­gé­tiques. L’un d’entre eux ouvre la voie à l’achat du re­dou­table sys­tème russe de dé­fense an­ti­aé­rienne S-400 ain­si qu’à sa pro­duc­tion dans le royaume saou­dien, qui a éga­le­ment com­man­dé le sys­tème mis­sile an­ti­mis­sile amé­ri­cain THAAD. Un ac­cord pré­voit éga­le­ment l’achat de sys­tèmes an­ti­chars Kor­net-EM, de lance-ro­quettes TOS-1A, de lance-gre­nades AGS-30 et de fu­sils d’as­saut Ka­lach­ni­kov AK-103. Ces ventes s’ac­com­pagnent de trans­fert de tech­no­lo­gie pour les Kor­net-EM, TOS-1A et AGS-30. Ces ac­cords « per­mettent d’éle­ver le par­te­na­riat rus­so-saou­dien à un ni­veau in­édit », avait alors es­ti­mé le chef de la di­plo­ma­tie russe, Ser­gueï La­vrov, à l’is­sue de ces né­go­cia­tions. Ces achats de la part de Ryad, à condi­tion qu’ils soient confir­més – ce dont doutent des ob­ser­va­teurs in­ter­ro­gés par La Tri­bune –, ré­pondent à deux ob­jec­tifs bien pré­cis. D’abord, conte­nir le bloc Iran-Irak-Sy­rieHez­bol­lah, dont l’al­lié tra­di­tion­nel est la Rus­sie. Si Ryad est par­ve­nu à la conclu­sion qu’elle ne pour­ra ja­mais di­vi­ser cette

Le roi Sal­mane ben Ab­de­la­ziz Al Saoud et Vla­di­mir Pou­tine, le 5 oc­tobre au Krem­lin. C’est la pre­mière fois qu’un sou­ve­rain saou­dien se rend en Rus­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.