Les villes en pre­mière ligne

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO -

Si les villes ne fi­gu­raient ex­pli­ci­te­ment qu’à l’un des pa­nels du One Pla­net Summit, in­ti­tu­lé « Ac­cé­lé­rer l’ac­tion lo­cale et ré­gio­nale en fa­veur du cli­mat » et pré­si­dé par Anne Hi­dal­go, en fi­li­grane elles ont été très pré­sentes. À la fois vic­times et clés de la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, elles sont ap­pa­rues de plus en plus clai­re­ment dans le pay­sage de­puis la COP21. Cette confé­rence cli­mat or­ga­ni­sée par l’ONU en 2015 était en ef­fet la pre­mière à ac­cor­der une place aus­si im­por­tante aux ac­teurs non éta­tiques. En outre, Anne Hi­dal­go avait pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour or­ga­ni­ser à l’Hô­tel de Ville de Pa­ris une réu­nion bap­ti­sée « Som­met des 1000 maires » dont plu­sieurs in­ter­ve­nants af­firment, deux ans plus tard, qu’elle a fait naître une dy­na­mique sur la­quelle ils conti­nuent de sur­fer. Rien d’éton­nant si les plus dé­ter­mi­nés, aux cô­tés de la pré­si­dente du ré­seau C40 – qui a pré­dit que « la fraî­cheur, l’ombre et l’air pur en ville de­vien­dront bien­tôt aus­si pré­cieux que l’or » – ont été les maires ou gou­ver­neurs d’États amé­ri­cains. Nombre d’entre eux sont en ef­fet en­trés en croi­sade ces der­niers mois contre Do­nald Trump et no­tam­ment sa dé­ci­sion de sor­tir de l’ac­cord de Pa­ris. Le pré­sident amé­ri­cain a d’ailleurs fait l’ob­jet de cri­tiques sys­té­ma­tiques de la part de toutes les per­son­na­li­tés amé­ri­caines pré­sentes, condam­nant une dé­ci­sion « sans au­cun fon­de­ment scien­ti­fique et qui se­ra sé­vè­re­ment ju­gée par l’his­toire » . Dans « Regional & Lo­cal Go­vern­ments – Eu­rope: Cli­mate change will pose in­crea­sing cre­dit chal­lenges for ci­ties », une nou­velle étude pu­bliée le 12 dé­cembre, Moo­dy’s sou­ligne une ex­po­si­tion crois­sante des villes eu­ro­péennes aux chan­ge­ments cli­ma­tiques, qui pour­rait pe­ser sur leur pro­fil de cré­dit. « Si le chan­ge­ment cli­ma­tique n’est pas un fac­teur de risque de cré­dit ex­pli­ci­te­ment pris en compte dans la mé­tho­do­lo­gie de no­ta­tion Moo­dy’s ap­pli­cable aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, les no­ta­tions ont néan­moins vo­ca­tion à ap­pré­hen­der de ma­nière pros­pec­tive tous les pa­ra­mètres sus­cep­tibles d’af­fec­ter sen­si­ble­ment la qua­li­té de cré­dit d’un sec­teur ou émet­teur don­né » , peut-on lire dans le com­mu­ni­qué ac­com­pa­gnant l’étude. « Face à la mon­tée du risque cli­ma­tique, le de­gré de pré­pa­ra­tion et la fa­cul­té d’adap­ta­tion des villes sont des­ti­nés à re­vê­tir, de fait, une im­por­tance crois­sante dans notre ana­lyse » , conclut l’agence de no­ta­tion. Plu­sieurs an­nonces faites lors du One Pla­net Summit doivent pré­ci­sé­ment per­mettre d’ac­croître les moyens, no­tam­ment fi­nan­ciers, à dis­po­si­tion des villes, tout à la fois pour at­té­nuer leur im­pact né­ga­tif en ma­tière d’émis­sions de gaz à ef­fet de serre et pour qu’elles de­viennent plus ré­si­lientes face aux ef­fets du chan­ge­ment cli­ma­tique. Sous l’im­pul­sion de la Banque eu­ro­péenne pour la Re­cons­truc­tion et le Dé­ve­lop­pe­ment (Berd), la Con­ven­tion des maires pour l’éner­gie et le cli­mat – qui re­groupe quelque 7500 villes et gou­ver­ne­ments ter­ri­to­riaux –, la Com­mis­sion eu­ro­péenne et la Banque eu­ro­péenne d’in­ves­tis­se­ment, le pro­gramme « Glo­bal Ur­bis » (« Ur­ban in­vest­ment sup­port ») doit per­mettre aux villes et aux ré­gions eu­ro­péennes et du bas­sin mé­di­ter­ra­néen d’ac­cé­der plus fa­ci­le­ment à des fonds pu­blics et pri­vés pour mettre en oeuvre leur plan Cli­mat et de­ve­nir plus ra­pi­de­ment des villes du­rables. Cette ini­tia­tive doit ai­der les villes à pla­ni­fier et mettre en oeuvre leurs stra­té­gies d’in­ves­tis­se­ment en amé­lio­rant leur qua­li­té et leur via­bi­li­té fi­nan­cière. Elle leur offre un point d’en­trée simple et unique pour ac­cé­der aux com­pé­tences tech­niques et fi­nan­cières de la banque eu­ro­péenne d’in­ves­tis­se­ment (BEI) et s’orien­ter par­mi les fonds et pro­grammes exis­tants pour trou­ver la so­lu­tion de fi­nan­ce­ment la plus in­no­vante et la mieux ap­pro­priée à chaque si­tua­tion. Le pré­sident de la Berd, Su­ma Cha­kra­bar­ti, a éga­le­ment dé­voi­lé l’ini­tia­tive bap­ti­sée « Green Ci­ties Cli­mate Fi­nance Ac­ce­le­ra- tor », lan­cée en par­te­na­riat avec la Con­ven­tion des maires. Il s’agit d’ac­com­pa­gner les ini­tia­tives d’une soixan­taine de villes, dont une ma­jo­ri­té n’avait bé­né­fi­cié jus­qu’ici d’au­cun sou­tien par­ti­cu­lier en ma­tière de cli­mat. À par­tir d’une mise ini­tiale de 500 mil­lions de dol­lars, les par­te­naires es­pèrent mo­bi­li­ser au­près de tiers 1,5 mil­liard de dol­lars consa­crés au dé­ve­lop­pe­ment et à la mise en oeuvre de pro­jets ur­bains. La Con­ven­tion des maires et la Banque mon­diale ont par ailleurs an­non­cé un nou­veau par­te­na­riat des­ti­né à sou­te­nir les pro­grammes cli­mat de 150 villes dans le monde. L’in­ves­tis­se­ment de la Banque mon­diale sous l’égide de son pro­gramme CRP (Ci­ty Re­si­lience Pro­gram), d’un mon­tant de 4,5 mil­liards sur les trois pro­chaines an­nées, doit ga­ran­tir que les villes dis­posent des fonds suf­fi­sants pour mettre en oeuvre des ini­tia­tives en ma­tière de sou­te­na­bi­li­té et de ré­si­lience face au chan­ge­ment cli­ma­tique. Il s’agit éga­le­ment de leur per­mettre de faire le­vier sur la fi­nance pri­vée en éla­bo­rant des mo­dèles éco­no­miques viables, en struc­tu­rant des par­te­na­riats pu­blic-pri­vé, et en met­tant en oeuvre des mé­ca­nismes per­met­tant au sec­teur pri­vé de fi­nan­cer les villes. Le pro­gramme est ou­vert à tous les types d’in­ves­tis­seurs, banques de dé­ve­lop­pe­ment mul­til a t é r a l es, ins­ti­tu­tions fi­nan­cières in­ter­na­tio­nales, in­ves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels, in­ves­tis­seurs pri­vés et banques com­mer­ciales lo­cales. En outre, le C40, La Con­ven­tion des maires pour l’éner­gie et le cli­mat, les ré­seaux CGLU (Ci­tés et gou­ver­ne­ments lo­caux unis) et ICLEI (In­ter­na­tio­nal Coun­cil for Lo­cal En­vi­ron­men­tal Ini­tia­tives) s’al­lient pour lan­cer des com­mandes pu­bliques vertes (in­fra­struc­tures du­rables, mo­bi­li­té verte, lo­ge­ment zé­ro émis­sion, ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique, etc.), dans un cadre concer­té et créer ain­si un mar­ché d’en­ver­gure pour les tech­no­lo­gies bas car­bone. Comme l’a rap­pe­lé John Ker­ry, an­cien se­cré­taire d’État de Ba­rack Oba­ma, ce mar­ché de l’éco­no­mie dé­car­bo­née, qui compte au­jourd’hui plus de six (et bien­tôt neuf ) mil­liards d’usa­gers, est le plus im­por­tant au monde. « Sur tous ces pro­duits et ser­vices, il y a de l’ar­gent à ga­gner », a-t-il mar­te­lé. Et au­cun be­soin de re­non­cer à quelque confort ou qua­li­té de vie que ce soit. » Par ailleurs, Anne Hi­dal­go, en tant que pré­si­dente du ré­seau de villes C40, a an­non­cé conjoin­te­ment avec le maire de Bue­nos Aires, Ho­ra­cio Ro­drí­guez Lar­re­ta, le lan­ce­ment de l’ini­tia­tive d’Ur­ban 20 (U20). Cette nou­velle ini­tia­tive di­plo­ma­tique s’ins­crit dans l’en­ga­ge­ment des villes aux Na­tions unies me­née par ICLEI et CGLU et surfe sur l’élan ac­quis lors des pré­cé­dents G20 en Chine en 2016 puis en Al­le­magne en 2017. Les maires de nom­breuses villes du C40 avaient alors pu­blié des lettres ou­vertes ap­pe­lant les pays du G20 à se mon­trer plus ac­tifs dans la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique. U20 a vo­ca­tion à sen­si­bi­li­ser l’opi­nion aux pro­blé­ma­tiques propres aux villes via des mes­sages col­lec­tifs et à en sou­li­gner le rôle dans le cadre du G20. Le pre­mier U20 Mayors Summit se tien­dra en oc­tobre 2018 en Ar­gen­tine, en amont du pro­chain G20 dont le pays as­sure la pré­si­dence. L’ini­tia­tive re­groupe de nom­breuses villes dont 30 mé­tro­poles si­tuées dans des pays du G20. « Une grande par­tie du pou­voir éco­no­mique, so­cial et di­plo­ma­tique dont dis­posent au­jourd’hui les pays du G20 ré­sulte des réus­sites de leurs villes, a rap­pe­lé Anne Hi­dal­go. Grâce à leur col­la­bo­ra­tion dans des ré­seaux comme le C40, les maires ré­pondent pro­gres­si­ve­ment aux prin­ci­paux dé­fis aux­quels nos villes font face, comme le chan­ge­ment cli­ma­tique, la ques­tion des ré­fu­giés et les in­éga­li­tés. Il est nor­mal que les voix des villes soient en­ten­dues du G20. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.