« Deep tech » : pour­quoi l’In­ria fait son en­trée à Sta­tion F

La Tribune Hebdomadaire - - SOMAIRE - SYL­VAIN ROL­LAND @SylvRol­land

L’Ins­ti­tut na­tio­nal de re­cherche en in­for­ma­tique et en au­to­ma­tique s’ins­talle à son tour à Sta­tion F, au sein de l’es­pace French Tech Cen­tral, pour dé­ve­lop­per les in­ter­ac­tions entre le mi­lieu de la re­cherche, très pro­li­fique en in­no­va­tions de rup­ture, et ce­lui des en­tre­pre­neurs. L’ob­jec­tif : fa­vo­ri­ser les trans­ferts de tech­no­lo­gie pour ren­for­cer la « deep tech » fran­çaise.

La deep tech se rap­proche de l’éco­sys­tème des star­tups. Lun­di 19 fé­vrier, la French Tech a pré­sen­té à Sta­tion F, le centre né­vral­gique de l’in­no­va­tion fran­çaise créé par Xa­vier Niel, un nou­veau par­te­naire: l’Ins­ti­tut na­tio­nal de re­cherche en in­for­ma­tique et en au­to­ma­tique (In­ria). Au sein de l’es­pace bap­ti­sé French Tech Cen­tral, qui re­groupe l’en­semble des ser­vices pu­blics mis à la dis­po­si­tion des star­tups, l’In­ria se­ra char­gé de « faire le pont » entre deux mi­lieux qui, jus­qu’à ré­cem­ment, se re­gar­daient en chiens de faïence: ce­lui des cher­cheurs, qui créent au sein des la­bo­ra­toires de nom­breuses in­no­va­tions de rup­ture trop sou­vent vouées à res­ter dans les ti­roirs, et ce­lui des star­tups, qui tentent d’ex­ploi­ter le po­ten­tiel des nou­velles tech­no­lo­gies, mais se concentren­t trop sur les in­no­va­tions d’usage à faible va­leur ajou­tée tech­no­lo­gique. DÉ­MONS­TRA­TIONS DE TECH­NO­LO­GIES Le rap­pro­che­ment entre l’In­ria et la French Tech vise au­tant à créer le dé­sir d’en­tre­prendre chez les cher­cheurs, qu’à pous­ser les en­tre­pre­neurs à s’in­té­res­ser de plus près aux in­no­va­tions de rup­ture, qui n’at­tendent qu’à être ex­ploi­tées. Pour créer ces pas­se­relles, le bu­reau French Tech Cen­tral or­ga­ni­se­ra chaque mois des tech talks, c’est-à-dire des dé­mons­tra­tions de tech­no­lo­gies, à chaque fois sur un thème dif­fé­rent. Ces tech talks ont pour mis­sion de pré­sen­ter les tech­no­lo­gies is­sues des la­bo­ra­toires de toute la re­cherche pu­blique, afin de fa­vo­ri­ser des par­te­na­riats avec les star­tups ain­si que des trans­ferts de tech­no­lo­gie. Grands groupes et en­tre­pre­neurs en herbe et confir­més y sont conviés pour dé­cou­vrir l’état de l’art de la re­cherche pu­blique fran­çaise, l’une des plus re­nom­mées au monde. De leur cô­té, les cher­cheurs au­ront l’oc­ca­sion de pré­sen­ter leurs tra­vaux et de se fa­mi­lia­ri­ser avec l’en­tre­pre­neu­riat. De quoi créer des vo­ca­tions, es­pèrent la French Tech et l’In­ria. Le pre­mier évé­ne­ment a eu lieu le 27 fé­vrier au­tour du con­sor­tium So­fa, une pla­te­forme lo­gi­cielle de si­mu­la­tion nu­mé­rique en open source, qui a per­mis de­puis dix ans la créa­tion de plu­sieurs star­tups. En plus des tech talks, deux col­la­bo­ra­teurs de l’In­ria ont po­sé leur va­lise à Sta­tion F. Leur mis­sion est de gui­der les star­tups dans les méandres de la re­cherche pu­blique. « Nous nous sommes ren­du compte que les star­tups n’ont pas fa­ci­le­ment ac­cès à la re­cherche.

Sta­tion F re­groupe au sein d’un même lieu à Pa­ris star­tups, grands groupes, puis­sance pu­blique, in­cu­ba­teurs, ac­cé­lé­ra­teurs et fonds d’in­ves­tis­se­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.