Les Ren­contres ca­pi­tales

La mé­moire au ser­vice… ou au se­cours des mu­ta­tions

La Tribune Hebdomadaire - - EDITO -

La mé­moire au ser­vice... ou au se­cours des mu­ta­tions

Sciences – pro­grès – so­cié­té: c’est au dia­logue entre ces trois com­po­santes, pi­liers du vi­vreen­semble, ou plus exac­te­ment de l’ima­gine ren­semble et du bâ­tir-en­semble, que se consacrent Les Ren­contres ca­pi­tales, dont la 5e édi­tion (7 et 8 avril) a pour théâtre l’Aca­dé­mie des sciences et pour scènes no­tam­ment la cou­pole de l’Ins­ti­tut de France. Un dia­logue qui, cette an­née, met en lu­mière l’ar­ti­cu­la­tion, cru­ciale, de la mé­moire et des mu­ta­tions. Cru­ciale, car ap­pré­hen­der de ma­nière ho­lis­tique le mou­ve­ment des mu­ta­tions et chaque mu­ta­tion qui le com­pose convoque une mé­moire com­mu­né­ment ju­gée in­dis­pen­sable, en réa­li­té du­re­ment et même dan­ge­reu­se­ment mal­me­née. D’au­cuns n’as­pirent-ils pas à la confi­ner, voire la congé­dier, afin de « li­bé­rer » la créa­tion tech­no­lo­gique, l’in­no­va­tion scien­ti­fique, le pro­grès ma­té­riel – et leurs dé­bou­chés mar­chands – de toute en­trave éthique? Car, oui, la mé­moire est dis­cer­ne­ment et émo­tion, elle est lien et conti­nuum, elle est rem­part et hu­ma­ni­té. Elle est donc éthique. Et à l’heure où la vi­tesse, phé­no­mé­nale et même ex­po­nen­tielle, des dé­cou­vertes tech­niques ques­tionne la réa­li­té et la vo­ca­tion du pro­grès – idéa­le­ment « ma­jus­cu­li­sé » par le phi­lo­sophe des sciences Étienne Klein –, met en doute la ca­pa­ci­té de l’Homme in­di­vi­duel­le­ment et de la com­mu­nau­té des hommes de le « maî­tri­ser », place l’in­tel­li­gence hu­maine et l’in­tel­li­gence tech­no­lo­gique si­non dans un duel tout au moins dans une re­la­tion voire un rap­port de force in­édits, convoque une somme in­fi­nie d’in­ter­ro­ga­tions et donc l’ave­nir même de la ci­vi­li­sa­tion, dé­fri­cher l’en­semble des mu­ta­tions in­hé­rentes aux dites dé­cou­vertes exige, plus que ja­mais, de les lire dans le prisme de la mé­moire. Les mu­ta­tions sont par­fois rup­tures, or au­cune rup­ture n’est consta­tée donc com­prise donc cir­cons­crite au mo­ment où elle in­ter­vient ; sans re­cours à la mé­moire, comment alors es­pé­rer la « gé­rer » ? Et cette mé­moire, peut-elle ré­sis­ter au flot désor­don­né même anar­chique d’in­for­ma­tions, de com­mu­ni­ca­tion, de flux, d’écrans et de sol­li­ci­ta­tions, à la dic­ta­ture de l’im­mé­dia­te­té et de la cu­pi­di­té, à un dé­fer­le­ment tous azi­muts qui tour à tour l’inondent, l’in­toxiquent et même la dé­vorent ? Oui, les mu­ta­tions dé­fient la mé­moire, or sans mé­moire toute mu­ta­tion s’ex­pose et ex­pose aux abîmes les plus ver­ti­gi­neux.

QUEL MONDE VEUT-ON ?

La mé­moire al­liée du pro­grès, la mé­moire com­plice des « bons » ar­bi­trages, la mé­moire garde-fou, la mé­moire pour désa­lié­ner, la mé­moire pour éclai­rer les plus « folles » avan­cées – et co­lo­rer l’ad­jec­tif d’at­tri­buts ver­tueux –: en dé­fi­ni­tive, in­ner­ver le sens du pro­grès du sens de la mé­moire, et pour ce­la nour­rir le dé­bat, en­semble des dé­bats in­té­rieurs aux­quels cha­cun des 5 000 spec­ta­teurs at­ten­dus ac­cepte de se sou­mettre, voi­là l’ob­jec­tif de ce week-end de ren­contres or­ches­trées dans un lieu af­fran­chi d’in­té­rêts par­ti­cu­liers et sanc­tuaire d’in­nom­brables dé­cou­vreurs. Édu­ca­tion, tra­vail, san­té, culture, pa­tri­moine, cli­mat, dé­mo­gra­phie, économie, en­tre­prises, guerres, in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, mais aus­si amour, croyances, fra­gi­li­té, créa­ti­vi­té… la va­rié­té des 15 thèmes trai­tés par les 80 pres­ti­gieux in­ter­ve­nants peut sem­bler, au pre­mier abord, hé­té­ro­gène, voire dé­cou­sue. En réa­li­té, l’en­semble des ­pla­teaux forme une ­co­hé­rence à même d’in­ter­pel­ler les spec­ta­teurs dans leur in­ti­mi­té, s e l on l e urs dif­fé­rentes contri­bu­tions – de femme et d’homme, de ci­toyen, de pa­rent, de consom­ma­teur, d’ac­teur éco­no­mique (pa­tron, en­tre­pre­neur, sa­la­rié) – à la « construc­tion » de la so­cié­té. Quel monde veut-on? Quels en­ga­ge­ments, c’est-à-dire quelle foi, quelle mo­bi­li­sa­tion mais aus­si quels sa­cri­fices, est-on dé­ter­mi­né à lui confé­rer ? De quelle hu­ma­ni­té col­lec­tive rêve-t-on, et pour ce­la quelle hu­ma­ni­té in­té­rieure est-on prêt à mo­de­ler ou à faire gran­dir? Ces 7 et 8 avril, de pré­cieuses ex­per­tises et convic­tions, de lu­mi­neux « té­moi­gnages de vie » de­vraient four­nir quelques ré­ponses pour les « can­di­dats au pro­grès ». Avant-goût dès main­te­nant, ré­vé­lé par dix d’entre eux.

Quelle mo­bi­li­sa­tion ? Mais aus­si quels sa­cri­fices ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.