10000 star­tups pour chan­ger le monde Les lau­réats du concours

La sixième édi­tion du Prix du Jeune En­tre­pre­neur La Tri­bune- BNP Pa­ri­bas, re­bap­ti­sé « 10 000 star­tups pour chan­ger le monde », s’est dé­rou­lée le 9 avril au Grand Rex, à Pa­ris, en pré­sence de Mou­nir Mah­jou­bi, se­cré­taire d’État au­près du Pre­mier mi­nistre, c

La Tribune Hebdomadaire - - SOUTIENNEN­T -

« L’

en­jeu pour La Tri­bune est de ré­duire la frac­ture ter­ri­to­riale. C’est pour­quoi nous sommes al­lés cher­cher les star­tups dans les grandes mé­tro­poles ré­gio­nales, mais aus­si dans la ru­ra­li­té, et jus­qu’en Afrique, car nous sommes le seul quo­ti­dien à avoir ou­vert une an­tenne à Ca­sa­blan­ca, au Ma­roc », a ex­pli­qué Jean-Chris­tophe Tor­to­ra, pré­sident de La Tri­bune, pour lan­cer la cé­ré­mo­nie #10000star­tups pour chan­ger le monde. Azi­liz de Vey­ri­nas, vice-pré­si­dente as­so­ciée, a rap­pe­lé les ef­forts ac­com­plis par le jour­nal dans le com­bat pour l’éga­li­té entre les femmes

et les hommes : « En 2013, il y avait 13% de femmes qui concou­raient ; en 2018, il y a 25% de can­di­dates. Ce n’est pas en­core as­sez. » En­core mi­no­ri­taires en nombre de nom­més, les en­tre­pre­neures ont néan­moins trus­té les ré­com­penses, avec pas moins de cinq jeunes femmes lau­réates pour dix tro­phées re­mis. Pour Ma­rie­Claire Ca­po­bian­co, di­rec­trice des ré­seaux France de BNP Pa­ri­bas, co-or­ga­ni­sa­teur du concours, « les star­tups sont un le­vier de crois­sance avec un an­crage ré­gio­nal très mar­qué. Elles ont en­vie de chan­ger le monde, et ça me rend op­ti

miste » . Au vu du pal­ma­rès, cette vo­lon­té est ma­ni­feste et les jeunes en­tre­pre­neurs ont été très ap­plau­dis. Un prix spé­cial de la ré­dac­tion de La Tri­bune « En­tre­pre­neur de l’an­née » a été re­mis à Em­ma­nuel Freund et Acher Criou, co­fon­da­teurs avec Sté­phane Hé­liot de Blade, star­tup qui veut ré­vo­lu­tion­ner l’in­for­ma­tique avec son pro­duit ve­dette, le Sha­dow (lire l’in­ter­view

dans La Tri­bune du 6 avril). « En­tre­prendre, c’est mon­trer que c’est pos­sible », avait dit Em­ma­nuel Ma­cron lors de sa ve­nue à la même cé­ré­mo­nie il y a deux ans, lors­qu’il était en­core mi­nistre de l’Éco­no­mie et du Nu­mé­rique. En clô­ture de la soi­rée, cette an­née, c’est le se­cré­taire d’État char­gé du nu­mé­rique, Mou­nir Mah­jou­bi – ti­tu­laire d’un CAP de cui­sine et spé­cia­liste de la tarte Bour­da-

loue –, qui est ve­nu don­ner quelques re­cettes, lui qui connaît bien les vi­cis­si­tudes du mé­tier de star­tup­per pour avoir connu quatre échecs avant de réus­sir avec La Ruche qui dit Oui! « Plus qu’un droit, il y a un de­voir de l’échec. Les échecs et tout le tra­jet réa­li­sé pour mon­ter un pro­jet, ça vous crée des ré­flexes et ça vous fait le cuir. On de­vient alors ca­pable de tra­ver­ser les mo­ments de dé­prime. C’est la même chose en po­li­tique : j’ai ga­gné [la 16e cir­cons­crip­tion de Pa­ris en tant que dé­pu­té LRM, ndlr] avec moins de 300 voix d’avance ! Il faut res­ter humble », a évo­qué Mou­nir Ma­j­hou­bi. Il a aus­si in­sis­té sur le grand dé­fi des ta­lents du nu­mé­rique et no­tam­ment ce­lui de la di­ver­si­té des re­cru­te­ments. La Mis­sion French Tech (dont le nou­veau di­rec­teur se­ra nom­mé d’ici à quelques se­maines) a lar­ge­ment contri­bué à l’es­sor de la France en tant que « Star­tup Na­tion », se­lon l’ex­pres­sion du pré­sident de la Ré­pu­blique. Mais il reste beau­coup à faire d’après Mou­nir Mah­jou­bi, qui s’est ren­du dans toute la France à la ren­contre des

jeunes pousses : « Dans le do­maine de l a san­té, par exemple, les or­ga­nismes de cer­ti­fi­ca­tion mettent six mois à au­to­ri­ser l’usage des ob­jets connec­tés : c’est trop l ong. L’autre su­jet, ce sont les com­pé­tences. Toutes les star­tups ont du mal à re­cru­ter des ta­lents, qu’ils soient fran­çais ou étran­gers. Nous ve­nons d’an­non­cer 10000 for­ma­tions pour 2018, et il en fau­dra des cen­taines de mil­liers sup­plé­men­taires. En­fin, il nous faut pas­ser de l’éclo­sion à l’en­vol, pour que plu­sieurs ­cen­taines de ces 10 000 star­tups de­viennent des grandes en­tre­prises. » Pour conclure la cé­ré­mo­nie, Jean-Chris­tophe Tor­to­ra a pris trois en­ga­ge­ments : pas­ser de 25 à 35 % de femmes can­di­dates l’an pro­chain; ou­vrir la sé­lec­tion aux quar­tiers, no­tam­ment de Seine-Saint-De­nis et de Mar­seille, pour l’édi­tion 2019; et lan­cer la pro­chaine édi­tion du Prix « 10 000 star­tups pour chan­ger le monde » de­puis le CES de Las Ve­gas. n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.