Pour ga­gner la guerre, an­nu­lons les JO !,

La Tribune Hebdomadaire - - SOUTIENNEN­T - par Laurent Alexandre

Fon­da­men­ta­le­ment, l’hy­bri­da­tion du nu­mé­rique, de la ro­bo­tique et de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA) re­met en cause le fonc­tion­ne­ment tra­di­tion­nel de l’éco­no­mie et de la géo­po­li­tique. Les en­tre­prises qui dis­posent des moyens d’in­ves­tir dans les tech­no­lo­gies les plus mo­dernes et d’at­ti­rer les cer­veaux les plus brillants du monde ont la pos­si­bi­li­té de de­ve­nir en quelques an­nées des géants mon­diaux qua­si­ment mo­no­po­lis­tiques, pro­prié­taires de mil­liards de mil­liards de don­nées. Cette éco­no­mie de l’ex­po­nen­tiel pose des dé­fis in­édits à l’Eu­rope, qui a ac­cu­mu­lé un re­tard consi­dé­rable. La géo­po­li­tique se confond avec la da­ta­po­li­tique, qui est la po­li­tique des IA. L’Eu­rope est bien­veillante et ma­ter­nante. Le pro­blème est que nous sommes en guerre. Une guerre tech­no­lo­gique plus im­pla­cable que les pré­cé­dentes. Et notre conti­nent n’a pas l’arme du mo­ment : l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Tech­no­lo­gi­que­ment, l’Eu­rope n’est pas loin d’un dé­cro­chage dé­fi­ni­tif. L’IA n’est pas un pro­gramme in­for­ma­tique ba­nal : elle s’éduque plus qu’elle ne se pro­gramme. La clé du suc­cès n’est donc plus la lon­gueur du code in­for­ma­tique, mais la taille des bases de don­nées. Avec des mil­liards de clients qui ali­mentent les leurs, les géants du nu­mé­rique amé­ri­cains et chi­nois bé­né­fi­cient d’une su­pé­rio­ri­té écra­sante. L’in­com­pé­tence tech­no­lo­gique de l’État n’est plus ac­cep­table. L’Eu­rope ne maî­trise au­jourd’hui au­cune des com­po­santes de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.