Dieu se niche dans un coin du cer­veau

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO -

Des ex­pé­riences de spi­ri­tua­li­té, tel le sen­ti­ment d’être re­lié à quelque chose de plus grand que soi (un ou des dieux, la na­ture, l’hu­ma­ni­té…), se réa­li­se­raient à par­tir d’une zone neu­ro­bio­lo­gique pré­cise, iden­ti­fiée grâce à une IRM par des cher­cheurs de Yale et de Co­lum­bia, se­lon l’étude « Cor­ré­la­tions neu­ro­nales des ex­pé­riences spi­ri­tuelles per­son­na­li­sées », pu­bliée en ligne le 29 mai sur le site Ce­re­bral Cor­tex. Les neu­ros­cien­ti­fiques ont scan­né le cer­veau de 27 jeunes adultes alors qu’ils vi­vaient des ex­pé­riences spi­ri­tuelles très dif­fé­rentes. Les ré­sul­tats montrent une ac­ti­vi­té si­mi­laire dans le cor­tex pa­rié­tal, qui traite la sen­sa­tion, l’orien­ta­tion spa­tiale et le lan­gage, et in­fluence l’at­ten­tion. Cette dé­cou­verte pour­rait ai­der à trai­ter des troubles men­taux : « Les ex­pé­riences spi­ri­tuelles sont des états ro­bustes qui peuvent avoir des im­pacts pro­fonds sur la vie des gens » , a dé­cla­ré Marc Po­ten­za, pro­fes­seur de psy­chia­trie. « Com­prendre les bases neu­rales des ex­pé­riences spi­ri­tuelles peut nous ai­der à mieux com­prendre leurs rôles dans la ré­si­lience et le ré­ta­blis­se­ment de la san­té men­tale. » Les scien­ti­fiques es­timent que culti­ver des ex­pé­riences spi­ri­tuelles per­met d’avoir une vie émo­tion­nel­le­ment plus riche et un es­prit plus ou­vert. Et comme l’étude sug­gère que l’ac­cès à la spi­ri­tua­li­té dé­pend d’une base cog­ni­tive uni­ver­selle, par op­po­si­tion à une base cultu­relle, des ob­ser­va­teurs ont conclu que les re­li­gions ne sont pas né­ces­saires à la spi­ri­tua­li­té...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.