Le grand bond en avant de l’avia­tion

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITORIAL -

L’ac­crois­se­ment des per­for­mances a pour ef­fet pa­ra­doxal d’en aug­men­ter l’ex­po­si­tion à la me­nace cy­ber

L’avia­tion du fu­tur est celle qui contri­bue­ra à créer le plus de va­leur pour tous ses ac­teurs : in­dus­tries, ser­vices, ter­ri­toires, usa­gers. Pour ce faire, l’avia­tion du fu­tur se­ra connec­tée, et c’est dé­jà une réa­li­té. Au coeur de ces mu­ta­tions : les pro­grès ren­dus pos­sibles par la ré­vo­lu­tion nu­mé­rique et ses mul­tiples ap­pli­ca­tions, qui bou­le­versent notre quo­ti­dien. Ain­si, l’In­ter­net des ob­jets, le cloud et le big da­ta sont au centre d’une trans­for­ma­tion in­dus­trielle qui s’ac­cé­lère et qui concerne tous les as­pects de nos so­cié­tés. À ce titre, pas un jour sans qu’une in­no­va­tion de la fi­lière aé­ro ne vienne amé­lio­rer le champ du pos­sible de cha­cun. Pour toutes les par­ties pre­nantes de cette fi­lière la dis­rup­tion pro­mise ailleurs est dé­jà une réa­li­té. L’uni­vers al­go­rith­mique des don­nées amé­liore per­for­mances et pro­duc­ti­vi­té. La mul­ti­pli­ca­tion des cap­teurs, ins­tal­lés sur les sys­tèmes com­plexes que l’on re­trouve par­tout dans l’aé­ro­nau­tique, per­met au­tant d’af­fi­ner les ser­vices en temps réel que de ré­gu­ler de ma­nière op­ti­male toutes les sé­quences de la pro­duc­tion. La main­te­nance pré­dic­tive per­met d’ac­croître la fia­bi­li­té et la dis­po­ni­bi­li­té des ou­tils com­po­sant la chaîne de va­leurs. Avec les sa­tel­lites et les lignes aé­riennes qui sillonnent la pla­nète, l’avia­tion a mé­ta­mor­pho­sé notre monde et la per­cep­tion que nous en avons. Lo­gi­que­ment, elle est de­ve­nue l’ob­jet de convoi­tises de tous les sys­tèmes de pro­duc­tion qui am­bi­tionnent de mo­de­ler le nou­veau siècle. L’avia­tion connec­tée ac­cé­lère le rythme des trans­for­ma­tions en cours. Mais ce­la n’est pas sans contre­par­tie. Tous les ob­jets connec­tés, bien­tôt liés aux pro­grès de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, sont au­tant de portes d’en­trée po­ten­tielles pour les at­taques nu­mé­riques. Par la lo­gique des ré­seaux, les cy­be­rat­taques peuvent conta­mi­ner par ca­pil­la­ri­té les sys­tèmes in­dus­triels comme les sys­tèmes so­ciaux ou éta­tiques les mieux éta­blis. L’ac­crois­se­ment des per­for­mances a pour ef­fet pa­ra­doxal d’en aug­men­ter l’ex­po­si­tion à la me­nace cy­ber. Le dan­ger est d’au­tant plus pris au sé­rieux que der­rière les ré­centes cy­be­rat­taques se pro­filent les ombres in­quié­tantes du crime or­ga­ni­sé ou d’États sans scru­pule. Le rythme des in­no­va­tions ain­si que leur pé­ren­ni­té re­posent lar­ge­ment sur la confiance dans les don­nées pro­duites et les sys­tèmes qui les font vivre. La sé­cu­ri­té dans le cy­be­res­pace est de­ve­nue une ques­tion ma­jeure pour la pé­ren­ni­té des États, des ter­ri­toires in­tel­li­gents, au­tant que pour celle des en­tre­prises. Un su­jet ca­pi­tal, car les pro­grès ob­te­nus par l’avia­tion connec­tée sont tels que per­sonne n’ima­gi­ne­rait un quel­conque re­tour en ar­rière. L’ac­crois­se­ment phé­no­mé­nal du tra­fic aé­rien en est la ma­ni­fes­ta­tion la plus per­cep­tible. L’émer­gence de ter­ri­toires mé­tro­po­li­tains d’un nou­veau type, agré­gés au­tour des aé­ro­ports, en est une autre ex­pres­sion. Mieux com­prendre les dé­fis de cette avia­tion connec­tée qui a dé­jà mé­ta­mor­pho­sé le xxie siècle, est un su­jet clé que dé­crypte at­ten­ti­ve­ment le Pa­ris Air Fo­rum de­puis sa créa­tion. Ma­tière vi­vante au­tour de la­quelle nous construi­sons notre édi­tion 2018 et qui nous don­ne­ra le plai­sir de nous re­trou­ver.

MAX ARMANET di­rec­teur du Pa­ris Air Fo­rum, pré­sident de Fo­rum-Me­dia

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.