LA SE­MAINE « MARSEILLAISE » DE LA TRI­BUNE

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - PAR PHI­LIPPE MABILLE DI­REC­TEUR DE LA RÉ­DAC­TION @phma­bille

Pen­dant une se­maine, la ré­dac­tion pa­ri­sienne de La Tri­bune va se « dé­cen­tra­li­ser » à Mar­seille. Ce choix, conforme à notre ligne de mé­dia des mé­tro­poles et des ter­ri­toires, se ma­té­ria­lise dès ce ven­dre­di par l’édi­tion d’un ca­hier spé­cial Ré­gion Sud Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur in­cluant le pre­mier son­dage sur les fu­tures mu­ni­ci­pales de 2020 dans la deuxième ville de France. En pa­ral­lèle, nous pu­blions un dossier com­plet sur le bi­lan des lois de dé­cen­tra­li­sa­tion de Fran­çois Hol­lande, et no­tam­ment de la nou­velle France dé­cou­pée en 13 ré­gions, alors que Ré­gions de France tient son congrès an­nuel le 27 sep­tembre à Mar­seille, avec La Tri­bune comme par­te­naire. En­fin, ven­dre­di 28 sep­tembre, notre jour­nal or­ga­nise au pa­lais du Pha­ro, face au Vieux-Port, la qua­trième édi­tion an­nuelle de son fo­rum Smart Ci­ty consa­crée cette an­née aux « Con­nec­ti­vi­tés » dans la ville in­tel­li­gente. Pen­dant une se­maine donc, les équipes de La Tri­bune se­ront pré­sentes à Mar­seille et conclu­ront cette pré­sence par une par­ti­ci­pa­tion aux fes­ti­vi­tés du pre­mier an­ni­ver­saire de the­camp, l’uni­ver­si­té du IIIe mil­lé­naire conçue par Fré­dé­ric Che­va­lier, dis­pa­ru il y a un peu plus d’un an, et aux des­ti­nées du­quel se consacre dé­sor­mais Oli­vier Ma­thiot. Un tiers-lieu in­no­vant po­sé au coeur de la na­ture près d’Aix-en-Pro­vence, et dont le rôle est de pen­ser les grands en­jeux de nos vies et de nos villes connec­tées pour les gé­né­ra­tions fu­tures. Cette « ren­trée marseillaise » marque la vo­lon­té de La Tri­bune de mon­trer à ses lec­teurs sa double di­men­sion, glo­bale et lo­cale. De­puis le dé­but de l’an­née et par­ti­cu­liè­re­ment cet été, les équipes de La Tri­bune ont tra­vaillé à ce po­si­tion­ne­ment, qui se ma­ni­feste par des choix d’in­ves­tis­se­ment im­por­tants: outre nos bu­reaux et nos sites In­ter­net de Bor­deaux, Tou­louse et Mar­seille, nous nous dé­ployons dé­sor­mais à Mont­pel­lier et à Lyon sous notre marque propre et pré­pa­rons, pour 2019, une ac­cé­lé­ra­tion de notre pré­sence dans toutes les grandes mé­tro­poles de France. Ha­sard du ca­len­drier, la se­maine « marseillaise » de La Tri­bune coïn­cide avec une ini­tia­tive in­édite qui se­ra prise en com­mun mer­cre­di pro­chain, en marge du congrès de Ré­gions de France, par tous les grands re­pré­sen­tants du monde lo­cal : le 26 sep­tembre, Gé­rard Lar­cher, pré­sident du Sé­nat – la chambre des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales –, Her­vé Mo­rin, pré­sident de Ré­gions de France, Do­mi­nique Bus­se­reau, pré­sident de l’As­so­cia­tion des dé­par­te­ments (ADF), Fran­çois Ba­roin, pré­sident de l’As­so­cia­tion des maires de France (AMF) et Re­naud Mu­se­lier, pré­sident de la Ré­gion Sud Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur, or­ga­nisent au pa­lais du Pha­ro un « Ras­sem­ble­ment pour les li­ber­tés lo­cales » qui se veut un ma­ni­feste contre « la re­cen­tra­li­sa­tion in­édite » opé­rée par l’État sous l’égide d’Em­ma­nuel Ma­cron. Une ré­vo­lu­tion? Non, Sire, mais une ré­volte, une fronde des Grands du Royaume qui, an­ti­ci­pant la pour­suite des ponc­tions de Ber­cy sur les fi­nances lo­cales lors de la pré­sen­ta­tion lun­di du pro­jet de bud­get 2019, veulent « unir leurs voix pour dé­non­cer les faux-sem­blants de la concer­ta­tion avec l’État et aler­ter l’opinion pu­blique sur le risque d’ag­gra­va­tion des frac­tures ter­ri­to­riales de notre pays » . Ce Ras­sem­ble­ment pour les li­ber­tés lo­cales laisse en­tendre que la hache de guerre entre Em­ma­nuel Ma­cron et les élus est loin d’être en­ter­rée. Après l’échec re­la­tif de la ten­ta­tive de contrac­tua­li­sa­tion entre l’État et les col­lec­ti­vi­tés lo­cales, les su­jets de conflits ne manquent pas: com­ment com­pen­ser la fin de la taxe d’ha­bi­ta­tion? Com­ment re­don­ner de l’au­to­no­mie fis­cale aux col­lec­ti­vi­tés ? Com­ment don­ner réa­li­té à la nou­velle vague de dé­cen­tra­li­sa­tion ini­tiée sous le pré­cé­dent quin­quen­nat? Notre en­quête le dé­montre: au-de­là des que­relles fi­nan­cières entre l’État et les élus, le bi­lan des lois NOTRe et Map­tam, qui ont créé les 13 nou­velles ré­gions et les 15 nou­velles mé­tro­poles, est en­core très mi­ti­gé et l’im­pact éco­no­mique très dé­ce­vant. La cla­ri­fi­ca­tion des com­pé­tences, des fi­nan­ce­ments et l’or­ga­ni­sa­tion même du mille-feuille ter­ri­to­rial res­tent une oeuvre in­ache­vée. Fran­çois Hol­lande vou­lait des ré­gions plus grandes aux com­pé­tences éco­no­miques ren­for­cées, des sortes de Län­der à l’al­le­mande, tra­vaillant de concert avec des in­ter­com­mu­na­li­tés elles-mêmes plus grandes, afin de court-cir­cui­ter d’une part les dé­par­te­ments, et d’autre part, les maires, au pro­fit de pré­si­dents de ré­gions et de mé­tro­poles plus puis­sants. Force est de consta­ter que ce pro­jet n’a pas en­core abou­ti et se heurte à la réa­li­té d’une frac­ture ter­ri­to­riale qui se creuse et nour­rit les po­pu­lismes. Il ap­par­tient dé­sor­mais au chef de l’État de re­gar­der cette réa­li­té en face et d’y ré­pondre, sans faux-sem­blants. L’heure est ve­nue de fi­nir le tra­vail et de dire qui fait quoi et pré­lève quoi. La proxi­mi­té des élec­tions mu­ni­ci­pales puis ré­gio­nales de 2020 et 2021 ne fa­ci­lite pas l’exer­cice, alors que la ma­jo­ri­té LRM ne dis­pose d’au­cun an­crage lo­cal. Mais faute d’une ini­tia­tive pré­si­den­tielle, à la­quelle Em­ma­nuel Ma­cron ne semble pas prêt comme en té­moignent ses ter­gi­ver­sa­tions sur le Grand Pa­ris, la France risque donc bien de conti­nuer à of­frir le triste spec­tacle d’un en­che­vê­tre­ment de col­lec­ti­vi­tés trop nom­breuses, trop dis­pen­dieuses et, sur­tout, très re­ven­di­ca­tives. La vraie op­po­si­tion à Ju­pi­ter n’est pas à cher­cher ailleurs...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.