Bre­tagne : ré­vo­lu­tion­ner les fi­lières, in­ven­ter de nou­velles so­li­da­ri­tés

Fière de son par­ti­cu­la­risme, tour­née vers l’océan, la Bre­tagne n’a pas chan­gé de pé­ri­mètre dans la ré­forme ter­ri­to­riale. Dé­fen­dant une iden­ti­té po­si­tive et ou­verte, elle avance ses pions en tra­vaillant en ré­seau et en in­no­vant tous azi­muts.

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - PAS­CALE PAOLI-LEBAILLY @ppl­me­dia35

Son dy­na­misme est un atout. En 2017, la crois­sance de la Bre­tagne a ca­ra­co­lé à 2,4%, contre 1,6% au ni­veau na­tio­nal, et son taux de chô­mage est des­cen­du à 7,4% (8,6% en France), au plus bas de­puis 2011. Pour au­tant, le main­tien de son pé­ri­mètre à quatre dé­par­te­ments, après la ré­forme ter­ri­to­riale de 2015, pousse la Ré­gion à éle­ver ses ob­jec­tifs pour faire la dif­fé­rence, voire à jouer la rup­ture dans cer­tains do­maines afin d’ac­croître son at­trac­ti­vi­té. Pre­mière ré­gion pour l’agri­cul­ture, la pêche et les bio­techs ma­rines, deuxième pour la R&D dans le nu­mé­rique, pre­mier pôle d’ex­cel­lence en cy­ber­sé­cu­ri­té, troi­sième ré­gion tou­ris­tique en terme de fré­quen­ta­tion en 2017 : la Bre­tagne dé­fend l’ini­tia­tive et l’in­no­va­tion col­lec­tive dans des sec­teurs comme l’ali­men­ta­tion, le nu­mé­rique, l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ou la sé­cu­ri­té des don­nées. Ap­puyant son ac­tion sur un contexte éco­no­mique plus fa­vo­rable, le con­seil ré­gio­nal joue à fond la carte de la tran­si­tion (économie, éco­lo­gie). Sur un bud­get pri­mi­tif de 1,538 mil­liard d’eu­ros pour 2018 (- 5,3% sur un an, mais en hausse par rap­port à 2016), il consacre 565 mil­lions d’eu­ros aux in­ves­tis­se­ments. « La Bre­tagne a de sé­rieux atouts à faire va­loir », lance son pré­sident, Loïg Ches­nais-Gi­rard, suc­ces­seur en juin 2017 de Jean-Yves Le Drian, ac­tuel mi­nistre de l’Eu­rope et des Af­faires étran­gères. « Pré­pa­rer l’ave­nir, c’est être vi­gi­lant, proac­tif, agile pour se sai­sir des op­por­tu­ni­tés of­fertes au­jourd’hui. Nous sommes at­ten­tifs aux be­soins des en­tre­prises en termes de res­sources hu­maines et de com­pé­tences nou­velles. Mais cet en­jeu ne doit pas faire ou­blier les sec­teurs et per­sonnes qui res­tent en marge de ce re­bond. »

FI­LIÈRES D’EX­CEL­LENCE ET EM­PLOI DU­RABLE

L’in­ven­tion de nou­velles so­li­da­ri­tés fait par­tie des orien­ta­tions prio­ri­taires du ter­ri­toire, de même que la ques­tion de la cen­tra­li­té. La politique d’amé­na­ge­ment vise à un meilleur équi­libre entre les dé­par­te­ments. Si l’Ille-etVi­laine bé­né­fi­cie de l’es­sor de la ca­pi­tale ren­naise, l’économie du Fi­nis­tère a été pé­na­li­sée en 2017 par les re­struc­tu­ra­tions dans l’in­dus­trie agroa­li­men­taire (TillySab­co, Doux). Outre l’édu­ca­tion et la for­ma­tion (41,8% du bud­get), les trans­ports et la mo­bi­li­té, y com­pris celles des don­nées (plan fibre de 2 mil­liards d’eu­ros), la tran­si­tion cli­ma­tique et éco­lo­gique s’ins­crit dans la dé­marche par­ti­ci­pa­tive Breizh Cop. Éco­no­mi­que­ment, la Ré­gion pa­rie aus­si sur une dy­na­mique au ser­vice de fi­lières d’ex­cel­lence, créatrices d’un em­ploi du­rable. En 2018, 12,8% du bud­get (soit 188 mil­lions d’eu­ros) iront à l’in­no­va­tion, l’économie, l’agri­cul­ture et la mer (15% du PIB bre­ton). Bap­ti­sée Glaz économie (« glaz » si­gni­fie « bleu-vert » en bre­ton, soit le bleu de l’économie ma­rine, le vert de l’agri-agro et le gris du nu­mé­rique et des mo­dèles col­la­bo­ra­tifs), la stra­té­gie éco­no­mique oeuvre pour le croi­se­ment des fi­lières et l’open in­no­va­tion. « Elle est pi­lo­tée par le con­seil ré­gio­nal et couvre onze sec­teurs ju­gés stra­té­giques (agri­cul­ture, au­to­mo­bile, agroa­li­men­taire, mer…) », ex­plique Loïg Ches­nais-Gi­rard. « L’agence Bre­tagne Dé­ve­lop­pe­ment In­no­va­tion in­ter­vient, elle, sur des pro­jets struc­tu­rants dans cinq sec­teurs clés, comme la voile de com­pé­ti­tion et les com­po­sites ou la cy­ber­sé­cu­ri­té, pôle qui s’est en­ri­chi de l’im­plan­ta­tion en juin à Rennes d’Air­bus Cy­ber­se­cu­ri­ty. » Sur les ré­seaux in­tel­li­gents, la Ré­gion am­bi­tionne de dé­ployer, via le pro­jet Smile, 50 ex­pé­ri­men­ta­tions (mo­bi­li­té, éner­gie, sto­ckage) d’ici à 2020. Dans le do­maine des éner­gies ma­rines re­nou­ve­lables (EMR), elle s’est do­tée d’un nou­vel ou­til de dé­ve­lop­pe­ment bap­ti­sé Bre­tagne Ocean Po­wer, au ser­vice de l’éco­sys­tème. À Brest, le con­seil ré­gio­nal in­ves­tit 220 mil­lions d’eu­ros pour la construc­tion du pol­der dé­dié aux ac­ti­vi­tés in­dus­trielles de pointe. Avec l’ob­jec­tif à l’ho­ri­zon 2030 de pro­duire l’équi­valent de 1,5 GW sur l’éo­lien flot­tant et 500 MW sur l’hy­dro­lien. Le croi­se­ment nu­mé­rique agri-agro est aus­si un en­jeu pour ac­com­pa­gner la tran­si­tion vers une agri­cul­ture in­no­vante, di­ver­si­fiée, moins in­ten­sive, qui pro­duit bien et bon. La Bre­tagne se pro­jette d’ailleurs en « lea­der eu­ro­péen du bien-man­ger ». Sa pre­mière en­trée au ca­pi­tal, à hau­teur de 20,9 mil­lions d’eu­ros, marque ain­si son sou­ci d’agir sur le pro­jet in­dus­triel du consor­tium choi­si pour la re­prise du vo­lailler Doux. À charge de trans­for­mer le mo­dèle, de s’orien­ter vers de nou­veaux mar­chés, de ré­duire l’ex­port. Outre l’ac­com­pa­gne­ment de la dé­cen­tra­li­sa­tion et du dé­ve­lop­pe­ment de ses ter­ri­toires, la Ré­gion en­gage 60 à 70 mil­lions par an d’aides aux TPE, PME et star­tups (300 en­tre­prises ac­com­pa­gnées par an en aides di­rectes), es­sen­tiel­le­ment en avances rem­bour­sables.

Pré­pa­rer l’ave­nir, c’est être vi­gi­lant, proac­tif, agile pour se sai­sir des op­por­tu­ni­tés of­fertes au­jourd’hui

La Bre­tagne est la troi­sième ré­gion pour la fré­quen­ta­tion tou­ris­tique (ici, Saint-Ma­lo in­tra mu­ros).

Pré­sident du con­seil ré­gio­nal Loïg Ches­nais-Gi­rard (PS)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.