Les Pays de la Loire re­lèvent le dé­fi des in­fra­struc­tures

Au len­de­main de l’aban­don du pro­jet d’aé­ro­port à Notre-Da­medes-Landes, les Pays de la Loire lancent l’étude pros­pec­tive « Ma ré­gion 2050 » pour re­dé­fi­nir leurs am­bi­tions ré­gio­nales et conser­ver leur at­trac­ti­vi­té.

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - FRÉ­DÉ­RIC THUAL @Fr­de­ricT­hual

Plus qu’à 2030, c’est à 2050 que pense la ré­gion des Pays de la Loire. « Les dé­ci­sions d’Oli­vier Gui­chard (1) ont struc­tu­ré et mar­qué la ré­gion jus­qu’à au­jourd’hui, il faut main­te­nant en­vi­sa­ger l’ave­nir des qua­rante pro­chaines an­nées », sou­ligne Ch­ris­telle Mo­ran­çais (LR), pré­si­dente de la Ré­gion, pro­pul­sée à la tête de la col­lec­ti­vi­té en sep­tembre 2017 par Bru­no Re­tailleau, tou­ché par le cu­mul des man­dats. Pour celle qui a vé­cu l’aban­don du pro­jet d’aé­ro­port de Notre-Dame-desLandes comme « un vé­ri­table coup de poi­gnard », le prin­ci­pal dé­fi à re­le­ver concerne les in­fra­struc­tures. Et pas seule­ment aé­ro­por­tuaires. D’où l’éla­bo­ra­tion d’un « contrat d’ave­nir », fi­ce­lé dans l’ur­gence, avec l’en­semble des col­lec­ti­vi­tés lo­cales pour mettre le gou­ver­ne­ment face à ses res­pon­sa­bi­li­tés et évi­ter à la ré­gion de dé­cro­cher. Au me­nu : le ré­amé­na­ge­ment de l’aé­ro­port Nantes-At­lan­tique pour ab­sor­ber les flux gran­dis­sants, l’amé­lio­ra­tion d’axes fer­ro­viaires, la connexion du Grand Ouest aux aé­ro­ports d’Île-de-France, le dé­ve­lop­pe­ment du Grand Port Ma­ri­time de Nantes-Saint-Na­zaire, l’amé­lio­ra­tion de des­sertes rou­tières, le sou­tien aux pro­jets de san­té et d’in­dus­trie du fu­tur, l’ac­com­pa­gne­ment des tran­si­tions nu­mé­rique, éco­lo­gique, éner­gé­tique… Des com­pen­sa­tions fi­nan­cières doivent être dis­cu­tées avec l’État d’ici à la fin de l’an­née.

UNE MO­BI­LI­TÉ DÉTERMINANTE

Les Pays de la Loire, qui, sous l’ère Gui­chard, furent la pre­mière ré­gion à ob­te­nir une liai­son TGV en moins de deux heures (Nantes-Pa­ris), voient au­jourd’hui la Bre­tagne voi­sine do­tée d’un Rennes-Pa­ris en 1h27, quand les Nan­tais touchent la ca­pi- tale en 2h15. « Sans être ob­sé­dé par No­tre­Dame-des-Landes, si l’on veut être per­ti­nent, il faut se re­po­ser la ques­tion de l’am­bi­tion ré­gio­nale en pro­fon­deur. Car de­puis des an­nées, le nou­vel aé­ro­port struc­tu­rait tous les sché­mas d’amé­na­ge­ment et de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique », in­dique An­toine Ché­reau, vice-pré­sident de la Ré­gion, char­gé de l’étude pros­pec­tive « Ma ré­gion 2050 » vou­lue par Ch­ris­telle Mo­ran­çais. Au point que la col­lec­ti­vi­té a ob­te­nu de la pré­fec­ture le re­port de l’ap­pro­ba­tion du sché­ma ré­gio­nal d’amé­na­ge­ment de dé­ve­lop­pe­ment du­rable et d’éga­li­té des ter­ri­toires (Sraddet) qui de­vait être adop­té en juillet pro­chain. D’ici à la fin no­vembre, An­toine Ché­reau va mul­ti­plier les consul­ta­tions avec les ac­teurs li­gé­riens et les élus lo­caux pour bâ­tir une mé­thode de tra­vail col­la­bo­ra­tive, qui se­ra dé­ployée en 2019 pour « po­ser les condi­tions de l’am­bi­tion ré­gio­nale ». À tra­vers elles, on abor­de­ra les ques­tions de la si­tua­tion géo­gra­phique ex­cen­trée, des liens avec la Bre­tagne et les ré­gions voi­sines, de ceux entre les grandes villes, de la place de la mer, de la Loire, des liai­sons avec Pa­ris, des in­fra­struc­tures…

GRENELLE DE L’AP­PREN­TIS­SAGE

À la qua­trième place des ré­gions fran­çaises qui at­tirent la plus forte po­pu­la­tion, les Pays de la Loire de­vraient comp­ter 4 mil­lions d’ha­bi­tants en 2030. Si la ré­gion gros­sit de 30000 per­sonnes par an en moyenne, le solde mi­gra­toire de­meure tou­te­fois très contras­té entre l’est et l’ouest du ter­ri­toire li­gé­rien. À l’image d’un taux de chô­mage par­mi les plus bas de France, qui des­cend sous les 5 % aux Her­biers, en Ven­dée, et dans la ré­gion d’An­ce­nis – siège de Ma­ni­tou, no­tam­ment –, en Loire-At­lan­tique, mais qui ta­quine les 10 % sur cer­tains ter­ri­toires de Mayenne et de Sarthe. « Mon dé­fi, c’est que nous n’ayons pas une ré­gion à deux vi­tesses », re­con­naît la pré­si­dente de Ré­gion. « Dans un ter­ri­toire si­tué à la pé­ri­phé­rie eu­ro­péenne, la ques­tion des mo­bi­li­tés est cru­ciale pour gar­der et at­ti­rer les en­tre­prises. » En ce sens, la col­lec­ti­vi­té a mis sur la table plus de 116 mil­lions d’eu­ros pour ac­com­pa­gner l’amé­lio­ra­tion du ré­seau rou­tier, 120 mil­lions d’eu­ros pour dé­ve­lop­per le haut dé­bit et la fibre op­tique sur son ter­ri­toire à l’ho­ri­zon 2020 et of­frir un avan­tage concur­ren­tiel par rap­port aux autres ré­gions, et in­ves­tit lour­de­ment dans les ly­cées (780 mil­lions d’eu­ros entre 2018-2024). Si la Banque de France constate de­puis deux ans une réelle em­bel­lie, la ques­tion des ta­lents de­meure pri­mor­diale. D’où le lan­ce­ment d’un Grenelle de l’ap­pren­tis­sage qui a per­mis de créer 3200 places en deux ans, d’un plan de ba­taille pour l’em­ploi in­édit, des­ti­né à rap­pro­cher les de­man­deurs d’em­plois et les en­tre­prises qui se plaignent du manque de can­di­dats. « Si les in­di­ca­teurs sont au vert, à l’ins­tar de la créa­tion d’en­tre­prises dont on a le meilleur taux de France, la crise de 2008 a fait des ra­vages. Il a fal­lu dé­ployer des ou­tils fi­nan­ciers pour ren­for­cer les fonds propres des en­tre­prises, dont beau­coup sont fa­mi­liales, et fa­vo­ri­ser l’in­ves­tis­se­ment no­tam­ment dans l’in­dus­trie du fu­tur, le nu­mé­rique, le tourisme, l’in­no­va­tion ou l’ex­port », af­firme Paul Jean­ne­teau, vice-pré­sident en charge du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et de l’international. Dans une ré­gion où l’en­det­te­ment est pas­sé de 400 mil­lions à 1,3 mil­liard d’eu­ros en dix ans avec la ma­jo­ri­té pré­cé­dente, « plus que ja­mais un eu­ro in­ves­ti doit per­mettre de le­ver plu­sieurs eu­ros », sou­ligne-til. En­det­tée, la Ré­gion vient de voir sa note fi­nan­cière re­haus­sée par Stan­dard & Poor’s de AA- à AA, en juin der­nier. Le maxi­mum pour une col­lec­ti­vi­té. De quoi la confor­ter dans sa stra­té­gie au long cours. (1) Ba­ron du gaul­lisme, il fut pré­sident du con­seil ré­gio­nal de 1974 à 1998.

La po­pu­la­tion li­gé­rienne aug­mente en moyenne de 30 000 per­sonnes par an.

Pré­si­dente du con­seil ré­gio­nal Ch­ris­telle Mo­ran­çais (LR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.