Au­vergne-Rhône-Alpes : l’équi­libre des ter­ri­toires pour pe­ser en Eu­rope

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - ROMAIN CHARBONNIER @rchar­bon­nier

Ima­gi­ner le fu­tur de la se­conde ré­gion de France, c’est de­voir prendre en compte la grande dis­pa­ri­té des ter­ri­toires qui la com­posent en of­frant une équi­té entre zones ru­rales et mon­tagne, mé­tro­poles et villes de taille moyenne. Un chan­tier com­plexe mais né­ces­saire si « AU­RA » veut conti­nuer de pe­ser en France et sur la scène eu­ro­péenne.

Entre les zones mon­ta­gneuses, les zones ru­rales, les villes de taille pe­tite et moyenne, les quatre mé­tro­poles (Lyon, Saint-Etienne, Cler­montFer­rand et Gre­noble), avec le dy­na­mique pôle mé­tro­po­li­tain du ge­ne­vois fran­çais, Au­vergne-Rhône-Alpes dis­pose de toutes les ty­pi­ci­tés géo­gra­phiques. Des ca­rac­té­ris­tiques qui com­po­saient dé­jà la ré­gion Rhône-Alpes et qui se sont ren­for­cées da­van­tage de­puis la fu­sion en une en­ti­té avec l’Au­vergne au 1er jan­vier 2015. Le rap­pro­che­ment a por­té AU­RA au se­cond rang des ré­gions fran­çaises tant pour son PIB et sa po­pu­la­tion (12 % de la po­pu­la­tion fran­çaise) que pour son at­trac­ti­vi­té. Un par­ti­cu­la­risme qui contri­bue à son rayon­ne­ment au­tant na­tio­nal qu’international. Et sur le­quel elle s’ap­puie pour bâ­tir son fu­tur dans le but de confir­mer son rang et de le faire évo­luer. Laurent Wau­quiez, pré­sident LR du con­seil ré­gio­nal, am­bi­tionne ain­si de faire d’AU­RA « un point cen­tral des échanges eu­ro­péens », et dit pour ce­la mi­ser sur le dé­ve­lop­pe­ment d’in­fra­struc­tures de trans­ports et l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire. Pour y par­ve­nir, Au­vergne-Rhône-Alpes fonde sa dé­marche sur une re­la­tion col­lec­tive entre les ac­teurs lo­caux afin qu’ils s’en­gagent dans une « vi­sion par­ta­gée de l’ave­nir ». En toile de fond, l’équi­libre des ter­ri­toires. Une di­men­sion fon­da­men­tale pour construire la ré­gion de 2030. « Il s’agit de l’une des pré­oc­cu­pa­tions pre­mières, une clé du fu­tur de la ré­gion, mais aus­si de toutes les ré­gions au sens plus large » , avance An­toine Qua­dri­ni, pré­sident du Ce­ser [Con­seil éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal ré­gio­nal, ndlr], qui a par­ti­ci­pé à la co-construc­tion, avec d’autres or­ga­ni­sa­tions pu­bliques et pri­vées, de la dé­marche « Am­bi­tion Ter­ri­toires 2030 » ini­tiée par la col­lec­ti­vi­té entre avril et oc­tobre 2017. Ce do­cu­ment dresse les grandes lignes du sché­ma ré­gio­nal d’amé­na­ge­ment, de dé­ve­lop­pe­ment du­rable et d’éga­li­té des ter­ri­toires (SRADDET) pré­vu par la loi NOTRe [Nou­velle or­ga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale de la Ré­pu­blique], et doit per­mettre de pré­pa­rer l’ave­nir des pro­chaines gé­né­ra­tions. La concer­ta­tion a fixé quatre ob­jec­tifs gé­né­raux : « Ga­ran­tir un cadre de vie de qua­li­té pour tous; in­no­ver pour réus­sir les tran­si­tions et mu­ta­tions; dé­ve­lop­per la ré­gion par l’at­trac­ti­vi­té et les spé­ci­fi­ci­tés de ses ter­ri­toires ; ins­crire la ré­gion dans le dy­na­misme trans­fron­ta­lier et eu­ro­péen. » Les deux der­niers points de­vront co­ha­bi­ter in­tel­li­gem­ment – les ac­teurs se disent vi­gi­lants. « Il faut te­nir les deux bouts de la chaîne. En d’autres termes, la Ré­gion dis­pose de toute la pa­no­plie pour de­ve­nir une grande col­lec­ti­vi­té eu­ro­péenne, et peut ren­for­cer son am­bi­tion avec, no­tam­ment, le sou­tien à des grands pro­jets d’in­fra­struc­ture, mais elle doit sur­tout me­ner ce chan­tier en te­nant compte de l’équi­libre des ter­ri­toires, ajoute le pré­sident du Ce­ser. Il s’agit d’un fil rouge. Il n’existe pas de ter­ri­toire sans ave­nir, il n’existe que des ter­ri­toires sans pro­jet » , sou­tient-il.

AN­TI­CI­PA­TION

Cette vi­sion de­mande un dia­logue cons­tant entre les élus et de­vra sur­tout se trans­for­mer con­crè­te­ment en ac­tions. La Ré­gion se veut mé­dia­trice et mo­trice en ce sens, et re­prend le rôle qui pou­vait in­com­ber à l’État. Le­quel, à ses yeux, « n’exerce plus son rôle de ga­rant de la so­li­da­ri­té ter­ri­to­riale et se désen­gage, par exemple sur le contour­ne­ment rou­tier de Lyon, aban­donne le Lyon-Tu­rin, ou en­core en­vi­sage la fer­me­ture de 9 000 km de pe­tites lignes SNCF », es­time la col­lec­ti­vi­té. Et elle an­nonce « son sou­hait de contri­buer di­rec­te­ment à cer­tains in­ves­tis­se­ments afin d’ac­cé­lé­rer leur réa­li­sa­tion comme sur des pro­jets rou­tiers, de trans­ports, et des voies vertes es­sen­tiels et struc­tu­rants pour les ter­ri­toires d’Au­vergne-Rhône-Alpes » . Au-de­là, et tou­jours dans le plan Am­bi­tion Ter­ri­toires 2030, la col­lec­ti­vi­té place l’en­vi­ron­ne­ment et l’éner­gie en tête de ses prio­ri­tés. Ain­si, elle a fait le choix de « sou­te­nir l’in­no­va­tion éco­lo­gique ap­por­tant un sou­tien aux fi­lières d’éco­con­cep­tion et d’éco­cons­truc­tion ». Et veut « dé­ployer de grandes fi­lières d’éner­gies re­nou­ve­lables comme les fi­lières de mé­tha­ni­sa­tion, du ther­mique et de l’hy­dro­gène vertes ». Au­tant de pro­jets « né­ces­saires au dé­ve­lop­pe­ment fu­tur » d’Au­vergne-Rhô­neAlpes, 20e ré­gion d’Eu­rope, mais qui ne pour­ront se réa­li­ser qu’« en co­hé­rence les uns avec les autres ».

Pré­sident du con­seil ré­gio­nal Laurent Wau­quiez (LR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.