L’Île-de-France pré­pare les trans­ports du fu­tur

Va­lé­rie Pé­cresse vise à l’échéance 2030 l’in­ter­dic­tion du die­sel, la créa­tion d’in­fra­struc­tures rou­tières connec­tées et la pro­duc­tion mas­sive d’éner­gies re­nou­ve­lables…

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - CÉSAR ARMAND @ce­sar­mand

Brexit qui fait re­ve­nir les in­ves­tis­seurs eu­ro­péens et asia­tiques, Jeux olym­piques et pa­ra­lym­piques de 2024 qui braquent les pro­jec­teurs sur la ré­gion, Grand Pa­ris Ex­press, sym­bole de la mo­bi­li­té in­tel­li­gente et dé­car­bo­née, qui de­vrait ar­ri­ver à des­ti­na­tion d’ici à 2030… L’Île-de-France a tous les voyants au vert. Pre­mière ré­gion de France, voire d’Eu­rope, en termes de po­pu­la­tion et de ri­chesse, elle re­vient de loin. Après dix-huit ans d’éco­lo-so­cia­lisme, JeanPaul Hu­chon a re­mis les clés des hô­tels par­ti­cu­liers du viie ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris à Va­lé­rie Pé­cresse en dé­cembre 2015. De­puis, la Ré­gion est en plein cham­bar­de­ment : dé­mé­na­ge­ment en Seine-Saint­De­nis, plans d’éco­no­mies, pro­jets d’in­ves­tis­se­ments, la ré­gion ca­pi­tale mul­ti­plie les ini­tia­tives. Le sché­ma di­rec­teur de l’Île-de-France (SDRIF) pour 2030 a été adop­té en oc­tobre 2013 par la ma­jo­ri­té pré­cé­dente. L’op­po­si­tion de droite a vo­té contre, consi­dé­rant que « le SDRIF re­pose sur un mal­en­ten­du ». « Toute l’ar­chi­tec­ture du pro­jet – lo­ge­ments, em­plois – se fonde sur le dé­ploie­ment ra­pide du Grand Pa­ris Ex­press, or tout porte à croire qu’il se­ra au mieux re­tar­dé, ou pire pas réa­li­sé dans sa glo­ba­li­té », cri­tique alors Va­lé­rie Pé­cresse.

DIX OB­JEC­TIFS PRÉ­CIS

Le SDRIF « a pour ob­jec­tif de maî­tri­ser la crois­sance ur­baine et dé­mo­gra­phique et l’uti­li­sa­tion de l’es­pace tout en ga­ran­tis­sant le rayon­ne­ment international de la ré­gion ». Il « pré­cise les moyens à mettre en oeuvre pour cor­ri­ger les dis­pa­ri­tés spa­tiales, so­ciales et éco­no­miques, co­or­don­ner l’offre de dé­pla­ce­ment et pré­ser­ver les zones ru­rales et na­tu­relles afin d’as­su­rer les condi­tions d’un dé­ve­lop­pe­ment du­rable ». Il re­cense dix ob­jec­tifs pré­cis : ré­soudre la crise du lo­ge­ment, re­fon­der le dy­na­misme éco­no­mique fran­ci­lien, ré­équi­li­brer l’Île-de-France, en­cou­ra­ger l’in­ten­si­fi­ca­tion, pré­ser­ver les es­paces ou­verts et les pay­sages, ga­ran­tir un sys­tème de trans­port por­teur d’at­trac­ti­vi­té, gé­rer du­ra­ble­ment les res­sources na­tu­relles, op­ti­mi­ser le fonc­tion­ne­ment lo­gis­tique mé­tro­po­li­tain, li­mi­ter les risques et nui­sances, et ré­duire les émis­sions de gaz à ef­fet de serre. Sa­chant que la Ré­gion a l’obli­ga­tion lé­gale de pré­sen­ter des ré­sul­tats pro­bants le 27 juin 2019 au plus tard, Va­lé­rie Pé­cresse a pré­sen­té, ces six der­niers mois, de nom­breuses me­sures al­lant en ce sens. Au cha­pitre lo­ge­ment, la com­pé­tence re­ve­nant à la Mé­tro­pole du Grand Pa­ris, la pré­si­dente (LR) du con­seil ré­gio­nal se bat pour la sup­pres­sion de cette in­ter­com­mu­na­li­té. Elle es­père en ré­cu­pé­rer les 60 mil­lions d’eu­ros de bud­get afin de créer un fonds ré­gio­nal d’aide aux maires bâ­tis­seurs. « Ces lo­ge­ments ont des charges : les crèches, les écoles, les équi­pe­ments pu­blics. Il faut qu’on aide les com­munes à les fi­nan­cer », a-t-elle l’ha­bi­tude de ré­pé­ter. Au vo­let trans­port, Va­lé­rie Pé­cresse a tou­jours dé­fen­du la réa­li­sa­tion en in­té­gra­li­té du Grand Pa­ris Ex­press. Le gou­ver­ne­ment a de­puis confir­mé la li­vrai­son des lignes 16, 17 et 18, mais en re­por­tant l’achè­ve­ment à l’ho­ri­zon 2030 au plus tard. « C’est une dé­cep­tion, confiait-elle à La Tri­bune avant l’été. Nous avons quelque chose de ma­gique à construire en Île-de-France. Il n’y a pas d’obs­tacle tech­nique, juste un pro­blème de comp­ta­bi­li­té. Pour un pro­jet por­teur d’au­tant de pro­messes, ce n’est pas pos­sible. » Alors, sans at­tendre cette échéance tar­dive, la pré­si­dente de Ré­gion, avec la Ville de Pa­ris et la Mé­tro­pole, a l an­cé une consul­ta­tion in­ter­na­tio­nale sur le de­ve­nir des au­to­routes, du pé­ri­phé­rique et des voies ra­pides du Grand Pa­ris à ho­ri­zon 2030. Outre les 100 mil­lions d’eu­ros qu’elle a dé­blo­qués pour le dé­ploie­ment des vé­hi­cules au­to­nomes, elle rêve d’in­fra­struc­tures nu­mé­ri­sées où roulent des voi­tures propres et connec­tées. De même, elle veut ban­nir le die­sel dans Pa­ris et la zone dense d’ici à 2025, avant d’étendre cette in­ter­dic­tion à l’en­semble de l’Île-de-France d’ici à 2030. Tou­jours dans cette lo­gique de ré­duire les émis­sions de gaz à ef­fet de serre et de tendre vers une ré­gion zé­ro car­bone, Va­lé­rie Pé­cresse a ré­cem­ment pré­sen­té une stra­té­gie éner­gie-cli­mat. Pro­mou­voir la so­brié­té éner­gé­tique, dé­ve­lop­per les éner­gies re­nou­ve­lables, dé­ployer de la mo­bi­li­té propre, dé­ve­lop­per l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique, en­cou­ra­ger l’in­no­va­tion sur les tech­no­lo­gies d’ave­nir et struc­tu­rer les fi­lières re­la­tives aux mé­tiers de la tran­si­tion éner­gé­tique sont au­tant d’axes de cette feuille de route cli­ma­tique. L’Île-deF­rance rêve ain­si d’at­teindre en 2030 25 % d’éner­gies re­nou­ve­lables pro­duites sur place, contre 8 % au­jourd’hui.

Le re­port de l’achè­ve­ment du Grand Pa­ris Ex­press est une dé­cep­tion

La ré­duc­tion des émis­sions de gaz à ef­fet de serre fi­gure par­mi les prio­ri­tés de la Ré­gion.

Pré­si­dente du con­seil ré­gio­nal Va­lé­rie Pé­cresse (LR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.