Daim­ler et BMW créent un géant

En fu­sion­nant leurs ac­ti­vi­tés dans les pla­te­formes de VTC, de voi­tures par­ta­gées, et dans les ap­pli­ca­tions nu­mé­riques dé­diées à la mo­bi­li­té, les lea­ders mon­diaux de l’au­to­mo­bile pre­mium s’im­posent comme un ac­teur es­sen­tiel de ce seg­ment très por­teur.

La Tribune Hebdomadaire - - ÉDITO - NA­BIL BOURASSI @Na­bilBou­ras­si

C’était très at­ten­du, voire un se­cret de po­li­chi­nelle, mais l’an­nonce n’est pas ano­dine pour au­tant. Au contraire, elle est très struc­tu­rante. Daim­ler et BMW ont an­non­cé la fu­sion de leurs ac­ti­vi­tés nou­velles mo­bi­li­tés. Le pre­mier est connu pour son ser­vice de voi­tures par­ta­gées Car2­Go, mais éga­le­ment pour les ap­pli­ca­tions My­taxi, Cle­ver Taxi ou en­core Chauf­feur Pri­vé, la pla­te­forme fran­çaise de VTC. De son cô­té, BMW a mis en place Dri­veNow, dont il a ré­cem­ment ra­che­té la part de Sixt, ain­si que ses dé­cli­nai­sons ParkNow (fa­ci­li­ta­teur de sta­tion­ne­ment) et Char­geNow (ré­seau de bornes de re­charge de voi­tures élec­triques).

DÉ­JÀ DES MIL­LIONS D’UTI­LI­SA­TEURS

Daim­ler et BMW sont ain­si par­ve­nus à per­cer dans ces ac­ti­vi­tés que d’au­cuns es­ti­maient dé­jà pré­emp­tés par de nou­veaux en­trants. BMW a réuni près d’un mil­lion d’abon­nés avec sa seule ap­pli­ca­tion Dri­veNow, un ser­vice de voi­tures par­ta­gées sans borne de sta­tion­ne­ment (free floa­ting) dans 13 mé­tro­poles. ParkNow compte plus de 16 mil­lions d’abon­nés dans 400 villes, dont la moi­tié aux États-Unis. De son cô­té, Car2­Go ( car­sha­ring, voi­ture par­ta­gée) est im­plan­té dans plus de 26 villes dans le monde, tan­dis que la branche taxi-VTC re­groupe une flotte de 140000 chauf­feurs et près de 13 mil­lions d’uti­li­sa­teurs. Der­nière dé­cla­ra­tion en date, la fi­liale de Mer­cedes a an­non­cé son im­plan­ta­tion à Pa­ris pour jan­vier pro­chain avec une flotte de 400 Smart élec­triques. Daim­ler es­time que la fin d’Au­to­lib à Pa­ris offre une fe­nêtre de tir in­té­res­sante pour s’ins­tal­ler dans une mé­tro­pole dense et com­pacte. Dri­veNow an­nonce éga­le­ment des dis­cus­sions avec la Ville de Pa­ris, et ce mal­gré le pro­jet de fu­sion. Dans son com­mu­ni­qué, le pa­tron de Daim­ler, Die­ter Zetsche, a dé­cla­ré qu’« en tant que pion­niers de la construc­tion au­to­mo­bile, nous ne lais­se­rons pas le champ libre à d’autres en ce qui concerne la mo­bi­li­té ur­baine du fu­tur ».

UNE VA­LO­RI­SA­TION AU MOINS ÉGALE AU MIL­LIARD D’EU­ROS

Cette nou­velle struc­ture, qui at­tend le feu vert des au­to­ri­tés de la concur­rence, se­ra rat­ta­chée à une co­en­tre­prise dé­te­nue à 50 % par cha­cune des deux par­ties. Se­lon le quo­ti­dien al­le­mand Han­dels­blatt, cette en­ti­té pour­rait être va­lo­ri­sée au­tour du mil­liard d’eu­ros. Le mon­tant pour­rait même être plus im­por­tant si l’on pense à la va­lo­ri­sa­tion de Dri­veNow. L’opé­ra­tion de ra­chat par BMW de la part de Sixt avait va­lo­ri­sé cette ac­ti­vi­té à près de 400 mil­lions d’eu­ros, alors que Car2­Go dé­tient qua­si­ment trois fois plus de clients. Daim­ler et BMW fondent ain­si une so­cié­té to­ta­le­ment tour­née vers les nou­velles mo­bi­li­tés. Avec les dif­fé­rents ser­vices in­té­grés, ils jettent les bases d’un éco­sys­tème qui reste néan­moins cir­cons­crit à l’uni­vers au­to­mo­bile, là où d’autres ac­teurs tra­vaillent sur des pro­jets qui en­glo­be­raient d’autres sup­ports comme les scoo­ters ou les mo­bi­li­tés douces (non mo­to­ri­sées). De plus, cet éco­sys­tème reste très ins­ti­tu­tion­na­li­sé, car tous les vé­hi­cules sont pos­sé­dés en propre, là où les star­tups tentent de par­ta­ger les biens des par­ti­cu­liers.

UNE LON­GUEUR D’AVANCE

Cette fu­sion struc­ture en tout cas le pay­sage des nou­velles mo­bi­li­tés, puis­qu’elle donne nais­sance à un géant. Les autres marques au­to­mo­biles ont toutes lan­cé des ini­tia­tives dans ce sens, mais au­cune n’a at­teint une telle taille cri­tique. PSA a créé Free2Move il y a moins de deux ans, Re­nault a in­ves­ti le champ l’an­née der­nière, et Volks­wa­gen vient à peine de s’y lan­cer. Quant à Au­di, la marque vient juste de théo­ri­ser sa ri­poste avec le « new pre­mium » , soit la mo­bi­li­té pre­mium, en­core à l’état de pro­jet. Tan­dis que Car2­Go a été lan­cé en 2009, et Dri­veNow en 2011… Sur la par­tie taxi-VTC, la nou­velle en­ti­té, dont on ignore en­core le nom, pour­rait s’en­gouf­frer dans la brèche d’un mar­ché très peu struc­tu­ré, où de nou­veaux ac­teurs peuvent en­core dé­sta­bi­li­ser des géants comme Uber. Ce der­nier ne cesse d’ailleurs d’ac­cu­mu­ler les re­vers (re­trait en Chine, en Rus­sie et en Asie du Sud-Est).

LA VOI­TURE AU­TO­NOME POUR­RAIT CAS­SER LE COÛT D’USAGE

Pour les construc­teurs, l’en­jeu consiste à s’im­po­ser dans l’uni­vers des nou­velles mo­bi­li­tés afin de gar­der un point de contact avec des clients qui pour­raient re­non­cer à la pro­prié­té au­to­mo­bile. L’ar­ri­vée de la voi­ture au­to­nome pour­rait ac­cen­tuer ce risque, puisque les so­cié­tés de VTC pro­mettent de cas­ser le coût d’usage au point de rendre la pro­prié­té com­pa­ra­ti­ve­ment pro­hi­bi­tive. Uber mais aus­si Apple et Google tra­vaillent sur des pro­jets de voi­tures au­to­nomes et connec­tées avec l’idée d’y in­cor­po­rer des ser­vices mul­ti­mé­dias, éven­tuel­le­ment mo­né­ti­sables. Des ex­perts ont émis l’hy­po­thèse que cer­tains construc­teurs se­raient sol­li­ci­tés pour pro­duire des voi­tures en marque blanche à des­ti­na­tion de ces ac­teurs. Au­tre­ment dit, la va­leur de de­main ré­si­de­ra dans la nou­velle confi­gu­ra­tion de l’uni­vers au­to­mo­bile, et pas seule­ment dans la pro­duc­tion de voi­tures. Daim­ler et BMW, qui l’ont com­pris avant les autres, ont bien l’in­ten­tion de conso­li­der leur avance dans le do­maine.

En tant que pion­nier de la construc­tion au­to­mo­bile, nous ne lais­se­rons pas le champ libre à d’autres

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.