Des sou­ri­ceaux naissent de deux sou­ris fe­melles

La Tribune Hebdomadaire - - ÈDITO -

Des cher­cheurs chi­nois ont réus­si à don­ner nais­sance à des sou­ri­ceaux en bonne san­té à par­tir de deux sou­ris fe­melles, rap­por­tait le 11 oc­tobre la re­vue spé­cia­li­sée amé­ri­caine Cell Stem Cell. Si de nom­breuses es­pèces sont ca­pables de se re­pro­duire sans un couple mâle/fe­melle – par exemple des rep­tiles, des am­phi­biens et des pois­sons avec un seul pa­rent –, le pro­ces­sus est plus com­pli­qué pour les mam­mi­fères. Pour fran­chir cette bar­rière, les cher­cheurs ont uti­li­sé des cel­lules souches mo­di­fiées afin d’éli­mi­ner cer­tains gènes. Mais l’ex­pé­rience n’a été concluante qu’avec des « pa­rents » fe­melles : la pro­gé­ni­ture d’un « couple » mâle n’a pas sur­vé­cu plus de qua­rante-huit heures. Théo­ri­que­ment, cette mé­thode pour­rait per­mettre la concep­tion pour les couples hu­mains ho­mo­sexuels. Mais, outre les consi­dé­ra­tions éthiques, cette pers­pec­tive se heurte à des obs­tacles tech­niques. « Le seul fait de gé­né­rer les cel­lules souches mo­di­fiées pren­drait un temps consi­dé­rable, avec une très faible pers­pec­tive de suc­cès à la fin », pré­vient le doc­teur Ch­ris­tophe Ga­li­chet, du Fran­cis Crick Ins­ti­tute, à Londres. « Le risque d’ano­ma­lies sé­vères est trop éle­vé, ren­ché­rit le doc­teur Dus­ko Ilic, du King’s Col­lege

de Londres. Et ce­la pren­drait des an­nées de re­cherche, sur dif­fé­rents types d’ani­maux. » n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.