UNE « JAU­NISSE »

SA­LU­TAIRE POUR MA­CRON

La Tribune Hebdomadaire - - NEWS - PAR PHI­LIPPE MA­BILLE DI­REC­TEUR DE LA RÉ­DAC­TION @phma­bille

On ne peut pas être le lun­di pour l’en­vi­ron­ne­ment et le mar­di contre l’aug­men­ta­tion du prix des car­bu­rants ». « Ce que dit cette crise, c’est le sens pro­fond du consen­te­ment à l’im­pôt ». « Au fond, ce que nous sommes en train de vivre peut-être utile et fa­vo­rable. Parce qu’il y a trop de pro­blèmes de frus­tra­tion, de non-dits qui traînent de­puis plu­sieurs dé­cen­nies et ils em­poi­sonnent la vie de la na­tion » … Ces quelques ex­traits du dis­cours pro­non­cé mar­di ma­tin par Em­ma­nuel Ma­cron montrent com­ment le chef de l’État a dé­ci­dé de contre-at­ta­quer face à la crise des « gi­lets jaunes » : ne re­non­cer en rien à la tran­si­tion éco­lo­gique et à la taxe car­bone, tout en pro­po­sant des amé­na­ge­ments ; re­prendre l’ini­tia­tive sous l’angle de la dé­pense pu­blique et de sa contre­par­tie, la pos­si­bi­li­té de bais­ser les im­pôts ; en­tendre la co­lère mais y op­po­ser une lec­ture à froid de la si­tua­tion, en se don­nant du temps, et en pro­po­sant de « chan­ger de mé­thode ». Ap­pa­rem­ment, la pa­role pré­si­den­tielle n’a pas suf­fi pour cal­mer la co­lère po­pu­laire. Les « gi­lets jaunes » ont an­non­cé un nou­veau mou­ve­ment sa­me­di 1er dé­cembre et leur in­ten­tion de mon­ter sur les Champs-Ély­sées. Le re­fus d’Édouard Phi­lippe de don­ner un coup de pouce au Smic en jan­vier risque de dur­cir en­core plus les re­ven­di­ca­tions sur le pou­voir d’achat. Mais la vio­lence qui s’est ex­pri­mée à Pa­ris sa­me­di 24 no­vembre a suf­fi­sam­ment ébran­lé le pou­voir pour l’obli­ger à chan­ger de mé­thode face à une contes­ta­tion mul­ti­forme qui de­vient un im­mense dé­fou­loir. Par chance, le re­flux de plus de 20 % des prix du pé­trole pour­rait of­frir un ré­pit au moins tem­po­raire au pré­sident de la Ré­pu­blique sur la ques­tion des coûts du car­bu­rant. Le Haut Conseil à l’ac­tion cli­ma­tique s’est vu confier la mis­sion de lan­cer une concer­ta­tion de trois mois pour « rendre plus in­tel­li­gente » la taxe car­bone ap­pli­quée aux car­bu­rants, qui frappe au­jourd’hui « à l’aveugle » . Em­ma­nuel Ma­cron semble vou­loir ré­ta­blir le mé­ca­nisme de « TIPP flot­tante » mis en oeuvre en 1998 par Lio­nel Jos­pin pour adap­ter la fis­ca­li­té aux fluc­tua­tions du cours du pé­trole. Le mé­ca­nisme était simple : il s’agis­sait de faire en sorte que l’État ne « s’en­ri­chisse » pas in­dû­ment sur le dos des au­to­mo­bi­listes parce que la taxe in­té­rieure sur les pro­duits pé­tro­liers sup­porte aus­si la TVA, ce qui am­pli­fie les re­cettes fis­cales en cas de brusque ten­sion des cours mon­diaux du car­bu­rant. Ce mé­ca­nisme a juste un dé­faut: re­la­ti­ve­ment coû­teux pour le bud­get, il ne fait qu’at­té­nuer de quelques cen­times le prix à la pompe. Ce n’est donc qu’un pis-al­ler. La ré­ponse du Haut Conseil à l’ac­tion cli­ma­tique se de­vra d’être plus glo­bale et plus so­ciale : il s’agit de faire de « l’éco­lo­gie po­pu­laire » pour la rendre ac­cep­table so­cia­le­ment. La concer­ta­tion qui s’ouvre de­vra donc dé­bou­cher sur des « so­lu­tions concrètes et ac­ces­sibles » pour ai­der les plus mo­destes à s’adap­ter, à chan­ger de voi­ture ou de chau­dière, à iso­ler leur lo­ge­ment dans une « nou­velle mé­thode » qui, au lieu, d’im­po­ser d’en haut des mé­ca­nismes conçus pour que les gens n’y com­prennent rien et donc les uti­lisent le moins pos­sible, de­vra « au plus près du ter­rain » et « avec les ac­teurs éco­no­miques, so­ciaux et les ter­ri­toires » de­ve­nir une « réa­li­té tan­gible » . Tra­dui­sons: le chef de l’État va contraindre Ber­cy à dé­pen­ser plus en pro­po­sant des mé­ca­nismes d’aide plus puis­sants que l’ac­tuel cré­dit d’im­pôt pour la tran­si­tion éco­lo­gique. Jus­qu’où de­vra cé­der Ber­cy? La pres­sion des « gi­lets jaunes », très mo­bi­li­sés et très dé­ter­mi­nés sur le ter­rain, pour­rait ame­ner l’État à dé­bour­ser da­van­tage que Ber­cy n’au­rait eu à le faire si le gou­ver­ne­ment avait an­ti­ci­pé cette crise, comme l’y avait in­vi­té Ni­co­las Hu­lot avant de dé­mis­sion­ner! Au-de­là de cette ré­ponse cir­cons­tan­cielle, le chef de l’État af­firme aus­si vou­loir ap­por­ter une ré­ponse plus glo­bale aux « gi­lets jaunes » sur le ter­rain fis­cal. Le pré­sident n’ap­porte certes au­cune ré­ponse à ceux qui lui en­joignent de ré­ta­blir l’ISF, pé­ché ori­gi­nel du dé­but de quin­quen­nat qu’il traîne comme un bou­let avec le so­bri­quet de « pré­sident des riches » . Em­ma­nuel Ma­cron re­fuse d’en­trer dans ce dé­bat-là mais il pro­pose de bâ­tir un « nou­veau contrat so­cial du xxie siècle » , qui consis­te­ra à re­mettre en face-à-face les choix de dé­penses pu­bliques et les re­cettes fis­cales per­met­tant de les fi­nan­cer. Cette pi­rouette lui per­met de re­lan­cer la ré­forme de l’État. En creux, Em­ma­nuel Ma­cron place les « gi­lets jaunes », mais aus­si toute la classe po­li­tique et ce qu’on ap­pelle aux États-Unis le « deep state » , l’al­liance de tous ceux qui ont in­té­rêt à ce que rien ne change, face à leurs contra­dic­tions. Tran­si­tion éco­lo­gique et nou­veau contrat so­cial, voi­là deux chan­tiers, « deux com­bats ju­meaux » qui, se­lon le chef de l’État, ont comme point com­mun d’être un même dé­fi dé­mo­cra­tique. D’un mal peut donc sor­tir un pos­sible bien : les « gi­lets jaunes », par leur exi­gence et leur vo­lon­té d’avoir un rap­port di­rect au chef de l’État – leur ob­jec­tif as­su­mé, c’est l’Ély­sée, soit pour le prendre, fa­çon 1789, soit pour l’obli­ger à ré­pondre à leur ma­laise – au­ront peut-être ren­du ser­vice à Em­ma­nuel Ma­cron, qui avait sans doute be­soin de re­ce­voir, dix-huit mois après son élec­tion, une sé­rieuse cor­rec­tion pour ré­ap­prendre à par­ler avec consi­dé­ra­tion à tous les Fran­çais, à com­men­cer par ceux qui souffrent le plus. Si c’est le cas, ce chan­ge­ment de mé­thode du chef de l’État est bon à prendre. Si Em­ma­nuel Ma­cron n’y par­vient pas, ce se­ra l’in­con­nu, et cer­tains voient dé­jà la France bas­cu­ler dans un scé­na­rio à l’ita­lienne d’al­liance des ex­trêmes. Au­tant dire qu’Em­ma­nuel Ma­cron a in­té­rêt à ne plus dé­ce­voir…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.