Mar­chés : « Apo­ca­lypse Dow » en at­ten­dant le « Big Low » ?

La Tribune Hebdomadaire - - PRÉVISIONS -

Le pire mois de dé­cembre du Dow Jones de­puis 1931! L’an­née 2018 s’est ter­mi­née dans le noir très noir pour l’in­dice phare de Wall Street, qui a per­du 8,9 % (et 5,6 % sur les douze mois). Des ventes mas­sives ont pro­vo­qué une « Apo­ca­lypse Dow » se­lon la for­mule du chef stra­té­giste en in­ves­tis­se­ment de Bank of Ame­ri­ca Mer­rill Lynch (BofA), Mi­chael Hart­nett, et la plus mau­vaise per­for­mance an­nuelle sur les mar­chés à New York, en Eu­rope et en Asie de­puis une dé­cen­nie. Les mar­chés d’ac­tions mon­diaux ont per­du près de 12000 mil­liards de dol­lars de va­leur l’an der­nier, les in­ves­tis­seurs se ré­fu­giant sur des va­leurs sûres telles que le dol­lar, l’or et le yen. « Les mar­chés sont ex­trê­me­ment vo­la­tils et vir­tuel­le­ment im­pos­sibles à an­ti­ci­per et na­vi­guer » re­lèvent les di­ri­geants du cour­tier Jef­fe­ries dans leur lettre à leurs clients et em­ployés du 2 jan­vier. A-t-on pour au­tant at­teint le « Big Low », le point bas, le plan­cher? L’ex­pert de BofA n’en est pas cer­tain, même s’il es­time que de nom­breux ac­tifs ont été « sur­ven­dus ». Le pes­si­misme des in­ves­tis­seurs est tom­bé à un ni­veau ex­trême, ex­ces­sif, se­lon la banque amé­ri­caine, qui y voit même le pre­mier si­gnal d’achat pour les ac­tifs à risque comme les ac­tions de­puis juin 2016, juste avant le vote sur le Brexit! « Il est temps d’ache­ter », se­lon Mi­chael Hart­nett, au moins pour un re­bond de court terme. À moyen terme, les in­cer­ti­tudes sont ce­pen­dant nom­breuses, avec les pre­miers signes de ra­len­tis­se­ment de la crois­sance mon­diale, le res­ser­re­ment des po­li­tiques mo­né­taires, de la Fed à la BCE, et la per­sis­tance des ten­sions com­mer­ciales, entre les États-Unis et la Chine mais aus­si l’Eu­rope. « Pour les mar­chés, il y a trois pièces im­por­tantes au puzzle: le cycle ma­croé­co­no­mique mon­dial, la li­qui­di­té mon­diale et la me­nace d’un po­pu­lisme crois­sant. En­semble, ces fac­teurs laissent pré­sa­ger une autre an­née vo­la­tile et dif­fi­cile pour les ac­tifs ris­qués mon­diaux » , re­lève Dar­ren Williams, le di­rec­teur de la re­cherche éco­no­mique monde chez Al­lian­ceBern­stein. Sans ou­blier le fac­teur Trump. À la ques­tion « Qu’est-ce qui vous em­pêche de dor­mir? », po­sée par la banque ca­na­dienne RBC Ca­pi­tal Mar­kets à un échan­tillon d’in­ves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels pré­sents sur les mar­chés amé­ri­cains, juste avant Noël, la ré­ponse nu­mé­ro 1 était Do­nald Trump, de­vant la po­li­tique mo­né­taire et la guerre com­mer­ciale. Les tweets du pré­sident amé­ri­cain sont en ef­fet de­ve­nus les nou­veaux oracles de mar­chés sans bous­sole. Après le « Trump Bump », l’en­vo­lée de Wall Street de re­cord en re­cord en dé­but d’an­née der­nière, sur fond de ca­deaux fis­caux pour les grandes en­tre­prises, cer­tains s’in­quiètent de la dé­grin­go­lade qui au­rait dé­jà com­men­cé, le « Trump Slump ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.