Banques cen­trales : la hausse des taux a dé­jà en par­tie eu lieu

La Tribune Hebdomadaire - - PRÉVISIONS - Gré­goire Nor­mand

Avec le re­tour de la crois­sance, les banques cen­trales des deux cô­tés de l’At­lan­tique ont dé­ci­dé de frei­ner pro­gres­si­ve­ment leur po­li­tique de sou­tien à l’éco­no­mie. De­puis 2015, la ré­serve fé­dé­rale amé­ri­caine (Fed) a re­le­vé ses taux di­rec­teurs en dé­pit des pres­sions po­li­tiques de Do­nald Trump. Nom­mé en no­vembre 2017, Je­rome Po­well, qui a suc­cé­dé à Ja­net Yel­len à la tête de l’éta­blis­se­ment ban­caire, a pour­sui­vi cette re­mon­tée des taux mais les re­la­tions entre le ban­quier et le chef d’État amé­ri­cain se sont dé­té­rio­rées. Au mois de dé­cembre, le Pré­sident amé­ri­cain avait as­su­ré que « le seul pro­blème de l’éco­no­mie amé­ri­caine, c’est la Fed. Elle ne sent pas le mar­ché. » Il a ju­gé « ri­di­cule » le re­lè­ve­ment des taux qui com­plique le fi­nan­ce­ment des dé­fi­cits creu­sés par sa po­li­tique fis­cale et éco­no­mique. De son cô­té, la banque cen­trale consi­dère que « le mar­ché du tra­vail conti­nue de s’amé­lio­rer et [que] l’éco­no­mie amé­ri­caine se ren­force » . Pour 2019, la banque cen­trale a pro­gram­mé deux hausses de taux d’un quart de point. Les taux d’in­té­rêt os­cil­lent ac­tuel­le­ment entre 2,25 et 2,5 après quatre hausses en 2018. Le di­rec­teur de la Fed a as­su­ré que la banque cen­trale res­te­rait « pa­tiente » concer­nant les taux d’in­té­rêt. De son cô­té, la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) a pro­cé­dé mi-dé­cembre à un tour­nant his­to­rique en en­té­ri­nant la fin de son pro­gramme de ra­chats de dettes (Quan­ti­ta­tive ea­sing) de 2600 mil­liards de dol­lars mis en place à par­tir de 2015. En re­vanche, l’ins­ti­tu­tion ba­sée à Franc­fort a main­te­nu ses taux d’in­té­rêt di­rec­teur à leur plus bas ni­veau his­to­rique. Le membre fran­çais du di­rec­toire de la BCE, Be­noît Coeu­ré, a pré­ci­sé ré­cem­ment que les taux « vont res­ter au ni­veau ac­tuel, c’est-à-dire à zé­ro et même en des­sous de zé­ro, jus­qu’après l’été de 2019 au moins et aus­si long­temps qu’il fau­dra pour que l’in­fla­tion re­vienne vers [l’ob­jec­tif de] 2%» .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.