Le Brexit au­ra bien lieu, mais le­quel ?

La Tribune Hebdomadaire - - PRÉVISIONS -

C’est un saut dans l’in­con­nu que s’ap­prête à faire cette an­née le Royaume-Uni. La pro­chaine étape se­ra le vote des dé­pu­tés, le 15 jan­vier se­lon la BBC, sur l’ac­cord la­bo­rieu­se­ment né­go­cié avec l’Union eu­ro­péenne de­puis un an et de­mi par The­re­sa May, la Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique. Mais le texte ne sa­tis­fai­sait pas pour le mo­ment une ma­jo­ri­té d’élus. Les par­ti­sans du Brexit y voient une tra­hi­son de l’es­prit du ré­fé­ren­dum, car le texte pré­voit l’ou­ver­ture d’une né­go­cia­tion qui, en cas d’échec, main­tien­drait l’Ir­lande du Nord dans le mar­ché unique et le Royaume-Uni dans l’union doua­nière. Quant aux par­ti­sans d’un main­tien dans l’Eu­rope, ils voient dans l’ac­cord moins d’avan­tages com­mer­ciaux qu’avant le ré­fé­ren­dum. Si The­re­sa May est mise en mi­no­ri­té, le Royaume-Uni quit­te­ra le 29 mars l’Union eu­ro­péenne sans feuille de route pré­cise, après plus de qua­rante ans d’ap­par­te­nance. C’est le scé­na­rio du « hard » Brexit que re­doute le monde

éco­no­mique bri­tan­nique, et en par­ti­cu­lier la Ci­ty, la Mecque de la fi­nance mon­diale. « Mal­gré des plans de contin­gence, l’ab­sence d’ac­cord ris­que­rait de cau­ser de telles per­tur­ba­tions dans le com­merce et la fi­nance que l’éco­no­mie plon­ge­rait en ré­ces­sion » , sou­ligne Bru­no Ca­va­lier, éco­no­miste chez Od­do Se­cu­ri­ties. Le FMI es­time que si l’ac­cord est en­té­ri­né, la crois­sance du PIB se­rait de 1,5 %. En re­vanche, en cas de « no deal », la Banque d’An­gle­terre pré­voit une contrac­tion de l’ac­ti­vi­té de 3 %. Qui a in­té­rêt à vivre le pire des scé­na­rios, dont les Bri­tan­niques se­raient les pre­mières vic­times?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.