L’ÎLE-DE-FRANCE EST-ELLE EN­CORE AT­TRAC­TIVE ?

Com­ment of­frir une qua­li­té de vie abordable à toutes les po­pu­la­tions"?

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - CÉ­SAR ARMAND

La maîtrise des loyers et la constructi­on de loge- ments so­ciaux fi­gurent ef­fec­ti­ve­ment en tête des re­ven­di­ca­tions ex­pri­mées dans les 3"000 contri­bu­tions re­cen­sées dans les 500 mai­ries fran­ci­liennes ayant ou­vert des « ca­hiers ci­toyens ». « Le lo­ge­ment ap­pa­raît comme une réelle source de ten­sion, ce su­jet étant net­te­ment plus ci­té en Île-de-France qu’ailleurs par­mi les su­jets de pré­oc­cu­pa­tion », est-il éga­le­ment écrit dans l’en­quête « Ba­ro­mètre des ter­ri­toires » réa­li­sé par Elabe au­près de 1"202 Fran­ci­liens pour l’ins­ti­tut Mon­taigne.

L’ÉQUA­TION INSOLUBLE

Avec 720"000 fa­milles en at­tente de lo­ge­ment so­cial (dont un tiers dé­jà lo­gées), 60"000 ha­bi­tants sup­plé­men­taires chaque an­née et un prix moyen du mètre car­ré de 5"000 eu­ros, dont un pic à 10"000 eu­ros à Pa­ris, l’équa­tion entre la de­mande et l’offre semble insoluble. À l’ap­proche des élections mu­ni­ci­pales, qui freinent sou­vent les maires dans la dé­li­vrance de per­mis de construire, les pro­fes­sion­nels pensent pour­tant avoir trou­vé le re­mède : la den­si­fi­ca­tion en lieu et place de l’éta­le­ment ur­bain. « Il faut don

ner à la po­pu­la­tion la pos­si­bi­li­té de re­ve­nir dans

les centres ur­bains », ex­horte Alexan­dra François-Cuxac, la pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion des pro­mo­teurs im­mo­bi­liers (FPI) . La sup­pres­sion de l’APL ac­ces­sion fin 2017 fait, elle aus­si, en­core dé­bat, y com­pris dans le monde HLM. « C’était une er­reur monumental­e, se sou­vient Ma­rianne Louis, di­rec­trice gé­né­rale de l’Union so­ciale pour l’ha­bi­tat (USH) qui re­pré­sente 720 or­ga­nismes. Elle per­met­tait à des lo­ca­taires d’ac­cé­der au neuf. » Dans ce cas, la ré­ponse vien­dra peut-être de l’Opé­ra­teur na­tio­nal de vente HLM d’Ac­tion Lo­ge­ment (ex 1"% lo­ge­ment). Cette struc­ture de por­tage per­met­tra dès la mi-avril à ce groupe d’ac­qué­rir des lo­ge­ments en bloc avant de les vendre en­suite un par un aux lo­ca­taires in­té­res­sés. « Chaque lo­ge­ment ven­du per­met­tra la constructi­on de 2,5 ou de 3 lo­ge­ments ré­ha­bi­li­tés ou construits », as­sure ain­si son pré­sident Bru­no Ar­ca­di­pane. 2"000 ha­bi­tats au­raient dé­jà été

iden­ti­fiés en Île-de-France. « Les bailleurs font des listes de ceux sus­cep­tibles d’être mis à la vente avec des lo­ca­taires in­té­res­sés, et nous, nous re­gar­dons com­ment nous pou­vons ai­der ces der­niers », ex­plique à La Tri­bune Lei­la Djar­mou­ni, di­rec­trice ré­gio­nale. Outre le lo­ge­ment, avec 40 mil­lions de tra­jets quo­ti­diens, la ques­tion des mo­bi­li­tés a été le point de dé­part de la crise so­ciale ac­tuelle. Se­lon une en­quête consa­crée à la ville de de­main com­man­dée cet hi­ver par Grand Pa­ris Amé­na­ge­ment à Har­ris in­ter­ac­tive, 88"% des 2"000 Fran­ci­liens son­dés es­pèrent ef­fec­ti­ve­ment des trans­ports en com­mun à l’heure et 80"% un for­fait unique pour les trans­ports pu­blics et in­di­vi­duels. UNE GRA­TUI­TÉ INCOMPLÈTE Ce n’est pas pour tout de suite, néan­moins. En oc­tobre 2018, l’étude sur la gra­tui­té des trans­ports en com­mun, de­man­dée par le Con­seil ré­gio­nal, a conclu à une baisse de 2"% de la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile, à une sa­tu­ra­tion des trans­ports en com­mun et à un manque à ga­gner de 3,3 mil­liards d’eu­ros sur la billet­te­rie. Pour au­tant, en jan­vier der­nier,An­neHi­dal­go,la­mai­re­dePa­ris,aan­non­cé, pour sep­tembre 2019 et pour cer­tains pu­blics, la gra­tui­té to­tale, le rem­bour­se­ment de 50"% de la carte Na­vi­go ain­si que la gra­tui­té de l’abon­ne­ment Vé­lib’. Par ailleurs, dès le 1er juillet pro­chain, la mé­tro­pole du Grand Pa­ris (MGP) met­tra en place la zone à faibles émis­sions (ZFE). En théo­rie, les vé­hi­cules die­sel de plus de dix-huit ans et es­sence de plus de vingt et un ans ne pour­ront plus cir­cu­ler à l’intérieur de l’A86 fran­ci­lienne, mais, dans la pra­tique, son pré­sident Pa­trick Ol­lier doit en­core ob­te­nir l’aval de ses col­lègues maires. À l’heure où les em­bou­teillages cu­mu­lés at­teignent par­fois les 500 ki­lo­mètres, la MGP va de­voir faire preuve de pé­da­go­gie pour rap­pe­ler à ses ha­bi­tants qu’ils peuvent bé­né­fi­cier de 9"000 à 16"000 eu­ros d’aides cu­mu­lées pour chan­ger de voi­ture. Pour dé­con­ges­tion­ner les routes, la pré­si­dente de la ré­gion mise, elle, sur le co­voi­tu­rage. Va­lé­rie Pé­cresse a an­non­cé le 7 avril dans le Jour­nal du

di­manche qu’une aide pla­fon­née à 150 eu­ros par mois et par conduc­teur se­ra sou­mise au vote le 17 avril. Le 20, l’au­to­ri­té or­ga­ni­sa­trice de trans­port Île-de-France Mo­bi­li­tés lan­ce­ra le Grand Pa­ris des bus : 4 nou­velles lignes se­ront dé­ployées, 52 ont vu leur iti­né­raire mo­di­fié et 250 ar­rêts sup­plé­men­taires sont sur le point d’être créés. Mal­gré ce­la, l’in­quié­tude des usa­gers se fo­ca­lise sur le CDG Ex­press, la liai­son di­recte entre la gare de l’Est et le ter­mi­nal 2 de l’aé­ro­port de Rois­sy-Charles-de-Gaulle, pré­vue pour le 1er jan­vier 2024. Après des réunions de concer­ta­tion, le pré­fet d’Île-de-France, Mi­chel Ca­dot, doit re­mettre dans les pro­chains jours son rap­port sur le ca­len­drier des tra­vaux, mais les res­pon­sables po­li­tiques, à com­men­cer par Va­lé­rie Pé­cresse et Anne Hi­dal­go, re­doutent une dé­gra­da­tion des condi­tions de voyage des 1,6 mil­lion de voya­geurs quo­ti­diens, dont 900"000 qui em­pruntent le RER B sur cet axe. En réa­li­té, élus comme ha­bi­tants at­tendent avec im­pa­tience un autre grand pro­jet d’in­fra­struc­ture : le Grand Pa­ris Ex­press. Le super-mé­tro se­ra bien li­vré en 2024 pour les Jeux olym­piques (lignes 14, 16 et 17 à quelques ex­cep­tions près), 2025 (ligne 16 Est), 2027 (ligne 18 Or­ly-Mas­sy) et 2030 (lignes 15 Est, Nord et Ouest, ligne 17 Nord et ligne 18 Sa­clay-Ver­sailles). Cer­taines par­ties pour­raient même être mises en ser­vice plus vite que pré­vu. La por­tion entre Mas­sy et Sa­clay de la ligne 18, at­ten­due pour 2024 en vue de l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle de 2025, avant d’être dé­ca­lée à 2027 suite à l’an­nu­la­tion de cette ma­ni­fes­ta­tion, pour­rait être prête pour le se­cond se­mestre 2026. Tous les modes, col­lec­tifs et in­di­vi­duels, étant dé­jà sa­tu­rés dans cette zone, l’éta­blis­se­ment pu­blic d’amé­na­ge­ment de Pa­ris-Sa­clay tra­vaille à de nou­velles formes de mo­bi­li­tés en at­ten­dant cette échéance. L’in­ter­com­mu­na­li­té a can­di­da­té à un ap­pel à pro­jets de l’Agence de l’environnem­ent et de la maîtrise de l’éner­gie (Ademe) sur les vé­hi­cules au­to­nomes avec Trans­dev, Re­nault et No­kia. De même, elle mise sur un agré­ga­teur de don­nées pri­vées et pu­bliques pour bâ­tir un al­go­rithme qui re­com­man­de­rait le meilleur trans­port se­lon l’horaire et l’iti­né­raire. Voi­là donc la so­lu­tion : l’in­no­va­tion. « Il faut don­ner à la po­pu­la­tion la pos­si­bi­li­té de re­ve­nir dans les centres ur­bains » ALEXAN­DRA FRANÇOIS-CUXAC, PRÉ­SI­DENTE DE LA FÉ­DÉ­RA­TION DES PRO­MO­TEURS IM­MO­BI­LIERS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.