FRÉQUENCES 5G : UNE CA­GNOTTE POUR L’ÉTAT

La Tribune Hebdomadaire - - TECHNOLOGI­ES -

Dans un en­tre­tien au quo­ti­dien Le Monde, le 10 avril, Agnès Pan­nier-Ru­na­cher, se­cré­taire d’État en charge des télécoms, a don­né le coup d’en­voi du pro­ces­sus d’at­tri­bu­tion des fréquences 5G aux opé­ra­teurs. Elle a i ndi­qué que l e gou­ver­ne­ment pro­cé­de­ra à des enchères fi­nan­cières, et compte bien uti­li­ser la manne des fréquences pour ren­flouer les caisses de l’État. Les ana­lystes fi­nan­ciers son­dés par La Tribune es­timent que, lors de ce pro­ces­sus, qui dé­bu­te­ra à l’au­tomne pour s’ache­ver d’ici à la fin de l’an­née, l’exé­cu­tif pour­rait ré­col­ter entre 2,6 et 3 mil­liards d’euros. Il y a « un ob­jec­tif d’équi­libre des re­cettes pour l’État », a af­fir­mé la se­cré­taire d’État. « Sur ce point, l’en­jeu est de trou­ver le juste mi­lieu avec l’am­pleur des in­ves­tis­se­ments à réa­li­ser par les opé­ra­teurs », a-t-elle ajou­té. L’équa­tion pa­raît simple sur le pa­pier, mais de­meure ô com­bien dé­li­cate à ré­soudre : si le gou­ver­ne­ment ponc­tionne trop d’argent aux opé­ra­teurs, ceux-ci in­ves­ti­ront moins dans les ré­seaux. Au­tre­ment dit, dans ce cas, Orange, SFR, Bouygues Te­le­com et Free dé­ploie­ront leurs an­tennes et in­fra­struc­tures de ma­nière prio­ri­taire dans les ter­ri­toires les plus denses (car les plus ren­tables), au risque de dé­lais­ser les zones ru­rales et les ter­ri­toires les moins peu­plés. Il est donc cru­cial, pour l’État, de pla­cer le cur­seur au bon en­droit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.