« Les ac­tions de groupe sont une chance car elles ré­duisent l’ato­mi­sa­tion de l’in­di­vi­du et donnent une di­men­sion so­ciale à la pro­tec­tion des don­nées »

La Tribune Hebdomadaire - - TECHNOLOGI­ES -

Le RGPD in­tro­duit la no­tion du consen­te­ment libre et éclai­ré. Mais, dans les faits, beau­coup de sites forcent ce consen­te­ment en imposant à l’in­ter­naute d’ac­cep­ter les trai­te­ments de don­nées sous peine de ne plus pou­voir ac­cé­der au ser­vice. Allez-vous sé­vir!? La sanc­tion contre Google illustre la vo­lon­té de la Cnil d’exi­ger un consen­te­ment réel­le­ment éclai­ré. Dans ce cas, nous avons sanc­tion­né le manque de clar­té : les in­for­ma­tions étaient trop dis­sé­mi­nées, il y avait des cases pré-co­chées... Il est clair que la ma­nière dont cer­tains sites ob­tiennent le consen­te­ment de l’uti­li­sa­teur pose pro­blème. On a tous été confron­tés à la « fa­tigue du consen­te­ment », le mo­ment où on ap­puie sur le bou­ton « J’ac­cepte » par las­si­tude. Mais on doit pou­voir ac­cé­der au ser­vice tout en re­fu­sant l’ex­ploi­ta­tion des don­nées à des fins pu­bli­ci­taires. Il faut veiller à ce qu’à terme ces pra­tiques ne fa­vo­risent pas un In­ter­net à deux vi­tesses : d’un cô­té un In­ter­net gra­tuit, où les uti­li­sa­teurs sont tra­cés et où le consen­te­ment est for­cé, et de l’autre un In­ter­net payant, sûr en ma­tière de pro­tec­tion des don­nées. Par ailleurs, il faut pri­vi­lé­gier au­tant que pos­sible le pri­va­cy by de­si­gn, qui amène les ac­teurs à prendre en compte les en­jeux au­tour des don­nées dès la concep­tion des ser­vices nu­mé­riques. Pour­quoi ne pas rendre pu­bliques toutes les mises en de­meure et les sanc­tions que vous pro­non­cez!? Le but n’est pas de faire du name and shame. Si le man­que­ment cesse, s’il concerne une pe­tite en­tre­prise, avec un im­pact li­mi­té, pour­quoi le mé­dia­ti­ser#? Mais, si le man­que­ment concerne des cen­taines de mil­liers de per­sonnes, si l’or­ga­nisme n’a pas fait preuve de beau­coup de bonne foi ou de vo­lon­té d’y re­mé­dier, et si la pu­bli­ci­té peut avoir un im­pact sur toute une pro­fes­sion, alors il est im­por­tant de mé­dia­ti­ser. La pu­bli­ca­tion des sanc­tions doit avoir un but pé­da­go­gique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.