Loin de se ré­duire aux ventes de year­lings, la ré­gion abrite tout un « équi­sys­tème » lu­cra­tif et unique au monde.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - NATHALIE JOUR­DAN

NOR­MAN­DIE De la ré­gion, on connaît les courses, le ha­ras de l’Aga Khan et les spec­ta­cu­laires ventes de year­lings. Mais l’image est ré­duc­trice. Au­tour du che­val, gra­vite tout un « équi­sys­tème » lu­cra­tif et unique au monde par sa di­ver­si­té. 1863. La date trône au fron­ton de l’hip­po­drome de Deau­villeLa Touques, dont le pa­tron, Franck Le Mestre, se plaît à rap­pe­ler qu’il a été construit « avant l’église et avant la sta­tion bal­néaire ». L’his­toire, pour être anec­do­tique, n’en est pas moins vraie. Cent cin­quante ans que la Nor­man­die s’af­fiche comme une terre bé­nie pour le deuxième meilleur ami de l’homme. Cette ré­pu­ta­tion n’est pas usur­pée. Au­cune autre ré­gion n’abrite au­tant de ha­ras, d’éle­vages et d’hip­po­dromes au ki­lo­mètre car­ré. Ques­tion de to­po­gra­phie. L’équi­dé aime à pâ­tu­rer et à ga­lo­per dans les vastes plaines sans dé­ni­ve­lés qui abondent dans ce coin de France!; il ap­pré­cie les bains de mer sou­ve­rains pour ses jar­rets. Mais on au­rait tort de ne consi­dé­rer que la carte pos­tale. Der­rière cette image ro­man­tique s’épa­nouit une fi­lière forte de près d’un mil­liard et de­mi de chiffre d’af­faires. « Dans le Cal­va­dos, elle gé­nère plus d’em­plois que le tou­risme », pré­cise Lau­rence Meu­nier, pré­si­dente du Con­seil des che­vaux. Plus de 6!500 en­tre­prises gra­vitent au­tour de l’ani­mal à cri­nière : construc­teurs de vans ou de ca­mions, ca­bi­nets vé­té­ri­naires, centres de for­ma­tions, sel­liers, fa­bri­cants d’ali­ments, de pro­duits de soins, né­go­ciants… « Même les ca­va­liers comme moi sont des en­tre­pre­neurs puis­qu’ils en­traînent des cracks en vue de les vendre », ren­ché­rit As­tier Nicolas, ca­dor du concours com­plet qui a po­sé ses va­lises dans le pays d’Auge. C’est aus­si dans le Cal­va­dos que sont ins­tal­lés les deux pre­miers éle­veurs fran­çais de che­vaux de sport : Em­ma­nuèle Per­ron-Pette, pro­prié­taire du ha­ras des Cou­drettes et vice-pré­si­dente du groupe NGE, et le couple Me­gret, Do­mi­nique et Ge­ne­viève, à la tête du ha­ras de Clar­bec.

UNE FI­LIÈRE AU GRAND GALOP

Rien d’éton­nant à ce que soit né, dans ce creu­set, le seul pôle de com­pé­ti­ti­vi­té voué à la fi­lière équine. Dis­cret mais ef­fi­cace, Hip­po­lia a ac­com­pa­gné, de­puis 2005, 180 pro­jets « avec pour cha­cun au moins un titre de pro­prié­té in­dus­trielle », in­dique sa res­pon­sable, Audrey Aus­si­bal. Re­con­duit lors de la phase IV, il est no­tam­ment à l’ori­gine de la créa­tion d’Equi­res­sources, le Pôle em­ploi du che­val. Le clus­ter a aus­si pris le vi­rage du di­gi­tal, plu­sieurs star­tups spé­cia­li­sées dans les objets connec­tés (sangles, selles, cap­teurs…) ayant vu le jour sous son aile. Les élus ont bien com­pris le par­ti qu’ils pou­vaient ti­rer de cet ADN équin. Sous l’im­pul­sion de son maire, Philippe Au­gier, Deau­ville a fi­nan­cé, avec quelques pas­sion­nés for­tu­nés dont Gérard Mes­tral­let, un Pôle In­ter­na­tio­nal du che­val (PIC), à la fois centre d’en­traî­ne­ment et site de concours in­ter­na­tio­naux. « Le PIC sti­mule la créa­tion de nou­velles ac­ti­vi­tés, as­sure son di­rec­teur, An­toine Si­nin­ger. Le ruis­sel­le­ment fonc­tionne très bien. » De son cô­té, la Ré­gion in­ves­tit 35 mil­lions dans l’ex­ten­sion du Ci­rale, un centre de re­cherche, de diag­nos­tic et de ré­édu­ca­tion pour les af­fec­tions lo­co­mo­trices pré­sen­té comme « unique au monde » et dont les énormes scan­ners et IRM voient pas­ser plus d’un mil­lier de che­vaux par an, sou­vent des pur-sang va­lant plu­sieurs mil­lions de dol­lars. « La pré­sence de cet équi­pe­ment ras­sure les pro­prié­taires qui s’im­plantent aux alen­tours », souligne Fa­brice Au­di­gié, co­di­rec­teur. Le site ac­cueille­ra en 2023 une pe­tite cen­taine d’étu­diants, ain­si que toutes les ac­ti­vi­tés de mé­de­cine et de chirurgie équine de l’école vé­té­ri­naire qui étaient à l’étroit à Mai­sons-Al­fort. Sur place, une immense pis­cine de bal­néo­thé­ra­pie a com­men­cé à sor­tir de terre. Rien n’est trop beau pour le roi che­val.

[SCOOPDYGA]

Seule Ré­gion à ac­cueillir un pôle de com­pé­ti­ti­vi­té voué à la fi­lière équine, la Nor­man­die compte plus de 6!500 en­tre­prises gra­vi­tant au­tour du che­val, du construc­teur de vans au ha­ras.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.