LYON

La Tribune Hebdomadaire - - SOMMAIRE - STÉ­PHA­NIE BORG

L’aé­ro­port SaintExu­pé­ry af­fiche une forte baisse de ses émis­sions de CO2.

CO­LOM­BIER-SAUGNIEU Alors qu’il s’est lar­ge­ment dé­ve­lop­pé ces der­nières an­nées, l’aé­ro­port Lyon-Saint-Exu­pé­ry af­fiche une forte baisse de ses émis­sions de CO2. Le fruit d’un tra­vail de ré­duc­tion de son im­pact en­vi­ron­ne­men­tal me­né sur plu­sieurs fronts. Par­ti sur de bonnes bases pour battre à nou­veau son re­cord an­nuel de fré­quen­ta­tion, le troi­sième aé­ro­port fran­çais, der­rière Pa­ris et Nice, avec plus de 11 mil­lions de pas­sa­gers en­re­gis­trés en 2018, en­tend al­lier crois­sance de son tra­fic et res­pon­sa­bi­li­té en­vi­ron­ne­men­tale. « Alors que le tra­fic aé­rien est mon­tré du doigt pour sa contri­bu­tion au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, l’aé­ro­port Saint-Exu­pé­ry a mis en place une po­li­tique ac­tive de ré­duc­tion de son im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment, no­tam­ment en termes d’émis­sions de CO2. Nous sommes cons­cients de notre double res­pon­sa­bi­li­té : le dé­ve­lop­pe­ment du ter­ri­toire et la ré­duc­tion de notre im­pact né­ga­tif », ex­pose Tan­guy Ber­to­lus, le pré­sident du di­rec­toire de l’aé­ro­port lyon­nais gé­ré par Vin­ci Air­ports de­puis fin 2016. Il pré­sente des ré­sul­tats, chiffres à l’ap­pui : entre 2013 et 2018, les émis­sions de CO2 sont pas­sées de 5,6 tonnes à 4,3 tonnes, soit une ré­duc­tion de 23!% quand, dans le même temps, le tra­fic pas­sa­gers a pro­gres­sé de près de 30!%. « D’ex­cel­lents ré­sul­tats », se­lon Tan­guy Ber­to­lus, ob­te­nus par des ac­tions – dont cer­taines ini­tiées avant la pri­va­ti­sa­tion – me­nées dans trois grands do­maines. Tout d’abord, au ni­veau des in­fra­struc­tures de l’aé­ro­port. Outre une cer­ti­fi­ca­tion HQE de l’en­semble des nou­veaux bâ­ti­ments construits, l’ali­men­ta­tion des avions au sol se fait dé­sor­mais par ali­men­ta­tion élec­trique (100!% verte four­nie par la Com­pa­gnie na­tio­nale du Rhône), les trois chauf­fe­ries ont été mo­der­ni­sées pour 5 mil­lions d’eu­ros, un plan de dé­pla­ce­ment in­ter­en­tre­prises a été mis en place… « De 2009 à 2018, avec 52!% de tra­fic pas­sa­ger sup­plé­men­taire et 46!% de sur­face construite en plus, la consom­ma­tion d’éner­gie a été conte­nue à 14!% », sou­ligne l’aé­ro­port. En­suite, c’est le tra­fic des avions qui a été re­pen­sé, avec des tra­vaux sur les pistes pour rac­cour­cir le temps de rou­lage et la mise en place d’un pro­gramme col­la­bo­ra­tif de co­or­di­na­tion entre les com­pa­gnies aé­riennes pour évi­ter les temps d’at­tentes avant le dé­col­lage.

DÉSSERTE RE­PEN­SÉE

En­fin, l’aé­ro­port Saint-Exu­pé­ry en­tend éga­le­ment fa­vo­ri­ser l’ac­ces­si­bi­li­té de ses pas­sa­gers par les trans­ports en com­mun, que ce soit par la gare TGV, la liai­son tram­way Rhô­nex­press ou en­core la gare rou­tière qui a af­fi­ché une crois­sance de 34!% l’an der­nier sous l’ef­fet de l’es­sor des « cars Ma­cron ». D’autres ser­vices tels que l’au­to­par­tage de voi­tures élec­triques Blue­ly ou le sou­tien au co­voi­tu­rage sont éga­le­ment dé­ployés. Au­tant d’élé­ments qui lui ont per­mis d’ob­te­nir « la cer­ti­fi­ca­tion neu­tra­li­té car­bone », pour­suit le pré­sident du di­rec­toire, en ré­fé­rence au par­te­na­riat, en­ga­gé de­puis 2008, avec l’ONG fran­çaise Geres qui a dé­ve­lop­pé le concept de so­li­da­ri­té cli­ma­tique. Le CO2 émis a ain­si pu, par exemple, être « com­pen­sé » par le ver­se­ment d’un don à des­ti­na­tion d’un pro­gramme d’op­ti­mi­sa­tion éner­gé­tique en Afghanista­n.

[PIXA­BAY]

Les nou­velles in­fra­struc­tures de l’aé­ro­port ont ob­te­nu une cer­ti­fi­ca­tion Haute qua­li­té en­vi­ron­ne­men­tale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.