LES PION­NIERS

La Tribune Hebdomadaire - - SOMMAIRE - SAÏD BENCHÉRIF

60 rôles mo­dèles (20 di­ri­geants et di­ri­geantes LGBT+, 20 lea­ders LGBT+, 20 al­liés et al­liées) ont été sé­lec­tion­nés par L’Autre Cercle pour leur en­ga­ge­ment.

Bra­him Naït-Balk, 55 ans, di­rec­teur dé­par­te­men­tal du co­mi­té Han­di­sport des Hauts-de-Seine, se ré­jouit de sa no­mi­na­tion en tant que rôle mo­dèle. « C’est une ré­com­pense après tant d’an­nées à être ca­ché et iso­lé. Au­jourd’hui, ce type d’ac­tion ap­porte de la vi­si­bi­li­té pour faire évo­luer les men­ta­li­tés dans notre so­cié­té », dit-il. Aî­né d’une fra­trie (huit frères et soeurs), dont il a eu, après le re­tour de ses pa­rents au Ma­roc, la charge très jeune, il a gran­di dans une ci­té de Sei­neSaint-De­nis. « Je dé­ga­geais quelque chose de non-ac­cep­té dans ces quar­tiers, car l’ho­mo­sexua­li­té y est re­fou­lée et zone in­ter­dite. J’ai dû m’écra­ser », se sou­vient-il. C’est dans une au­to­bio­gra­phie choc, in­ti­tu­lée Un Ho­mo dans la ci­té (Cal­mann-Lé­vy, 144 pages, 14,90 eu­ros), pu­bliée en 2009, qu’il a ra­con­té sans dé­tour les agres­sions, y com­pris sexuelles, qu’il a su­bies à cette époque. Une fa­çon aus­si de faire pas­ser un mes­sage à ses proches, et à ses agres­seurs… Poi­gnante, ré­vol­tante, son his­toire a été adap­tée au théâtre. La pièce se­ra jouée cette an­née. Sa vie pro­fes­sion­nelle, d’édu­ca­teur spé­cia­li­sé et spor­tif, n’a pas été fa­cile non plus… « En rai­son de l’at­mo­sphère ho­mo­phobe, c’était très dif­fi­cile de s’épa­nouir et de s’as­su­mer, pour­suit-il. J’avais même peur d’être vi­ré. » Peu sou­te­nu par sa hié­rar­chie face aux in­sultes des jeunes qu’il en­ca­drait, il a fi­ni pla­car­di­sé. Au tour­nant des an­nées 2000, il com­mence à mi­li­ter dans les as­so­cia­tions LGBT+ et de­vient l’en­traî­neur du Pa­ris Foot Gay, qui réunis­sait des joueurs ho­mos et hé­té­ros. Il a pu en­fin s’épa­nouir. « Au dé­part, le club a bé­né­fi­cié d’un large sou­tien du PSG, mais de­puis l’ar­ri­vée des Qa­ta­ris à sa tête en 2011, il n’y a plus rien », regrette-t-il. Au­jourd’hui, Bra­him Naït-Balk in­ter­vient ré­gu­liè­re­ment dans les col­lec­ti­vi­tés et les écoles pour dé­cons­truire les pré­ju­gés envers les LGBT+. De­puis 2000, il anime une fois par se­maine « Ho­mo mi­cro », sur les ondes de Fré­quence Pa­ris Plu­rielle (106.3 FM), et am­bi­tionne de lan­cer une émis­sion à des­ti­na­tion de l’Afrique et du Magh­reb pour ai­der à com­battre l’ho­mo­pho­bie.

« Je dé­ga­geais quelque chose de non-ac­cep­té dans ces quar­tiers, car l’ho­mo­sexua­li­té y est re­fou­lée et zone in­ter­dite » BRA­HIM NAÏT-BALK, DI­REC­TEUR DÉ­PAR­TE­MEN­TAL HAN­DI­SPORT DES HAUTS-DE-SEINE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.