Com­ment As­sys­tem pros­père au sein d’Iter

La Tribune Hebdomadaire - - TRANSITION­S ÉCOLOGIQUE­S - D. P.

« Quand on s’en­gage dans un pro­gramme nu­cléaire, on sait qu’on est là pour qua­tre­vingts ans » STÉ­PHANE AUBARBIER, COO & CEO ENER­GY IN­FRA­STRUC­TURE AS­SYS­TEM

Avec un chiffre d’af­faires de 444 mil­lions d’eu­ros en 2018 et plus de 5"700 em­ployés dans 13 pays, As­sys­tem n’est plus exac­te­ment une en­tre­prise fa­mi­liale. À l’ori­gine spin off de l’équipe d’in­gé­nieurs du CEA ayant créé la pre­mière usine d’en­ri­chis­se­ment de l’ura­nium en 1966 à Pier­re­latte, ce groupe d’in­gé­nie­rie in­ter­na­tio­nal, dont une par­tie de la di­rec­tion gé­né­rale est ba­sée à Dubaï, est même co­té à la Bourse de Pa­ris. C’est néan­moins pour évi­ter la di­lu­tion que son fon­da­teur et PDG Do­mi­nique Louis dé­cide en 2017 de cé­der une par­tie de ses ac­ti­vi­tés, pour se re­cen­trer sur le fer­ro­viaire, la phar­ma­cie, les in­fra­struc­tures et le nu­cléaire. Ce der­nier sec­teur pèse en 2018, 251 mil­lions de chiffre d’af­faires, en hausse de 22"%. En 2017, aux cô­tés d’EDF (75,5"%) et de Mit­su­bi­shi Hea­vy In­dus­tries (19,5"%), As­sys­tem prend 5"% du ca­pi­tal de New NP, fi­liale d’Are­va NP de­ve­nue Fra­ma­tome. Cette par­ti­ci­pa­tion lui per­met de pou­voir concou­rir avec EDF (comme en Inde pour six EPR à Jai­ta­pur) mais aus­si de se po­si­tion­ner sur cer­tains ap­pels d’offres dont EDF est ab­sent. As­sys­tem tra­vaille no­tam­ment sur les cen­trales d’Ak­kuyu en Tur­quie et d’El Da­baa en Égypte, construite­s par Ro­sa­tom, pour l’au­to­ri­té saou­dienne char­gée du dé­ve­lop­pe­ment des éner­gies re­nou­ve­lables et nu­cléaires et pour les dif­fé­rents EPR en cours de construc­tion. Mais Iter oc­cupe une place à part dans son por­te­feuille. « Si Iter fonc­tionne, s’en­thou­siasme Sté­phane Aubarbier, ce­la mo­di­fie­ra fon­da­men­ta­le­ment la ques­tion de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en éner­gie au ni­veau mon­dial » . Le COO & CEO Ener­gy In­fra­struc­ture d’As­sys­tem, en­tré dans l’en­tre­prise en 1995, y a fait toute sa car­rière, à l’ex­cep­tion d’une escapade de deux ans chez ABB. Au­jourd’hui, 170 sa­la­riés d’As­sys­tem tra­vaillent sur le site d’Iter, ce qui en fait le sous-trai­tant dont la pré­sence est à la fois la plus an­cienne et la plus im­por­tante. La du­rée du pro­jet n’ef­fraie pas Sté­phane Aubarbier. « Quand on s’en­gage dans un nou­veau pro­gramme nu­cléaire, on sait qu’on est là pour quatre-vingts ans », re­con­naît-il. Ce qui n’a rien de rédhi­bi­toire, au contraire, au vu du chiffre d’af­faires de 10 à 15 mil­lions d’eu­ros que le pro­jet lui rap­porte chaque an­née. D’au­tant plus que cette pré­sence ne cesse de s’étendre. De­puis la si­gna­ture en 2005 d’un contrat d’in­gé­nié­rie de sû­re­té nu­cléaire avec l’agence EFDA (Eu­ro­pean fu­sion de­ve­lop­ment agree­ment), As­sys­tem a conclu en 2010 un contrat de maî­trise d’oeuvre de 150 mil­lions d’eu­ros pour la concep­tion, la construc­tion et la su­per­vi­sion de l’en­semble des bâ­ti­ments du site avant d’être char­gée en 2011 de la construc­tion du to­ko­mak, le ré­ac­teur d’Iter puis de rem­por­ter en 2016 avec le consor­tium Mo­men­tum dont elle est membre, le contrat d’as­sem­blage du mil­lion de pièces qui le com­posent. Au­tant dire qu’As­sys­tem est prête à ac­com­pa­gner le che­min d’Iter pour quelques dé­cen­nies en­core…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.