Smash : le ser­vice de par­tage de fi­chiers qui veut conqué­rir les en­tre­prises

La Tribune Hebdomadaire - - INNOVATION­S -

LYON

Fort d’une so­lu­tion de par­tage de fi­chiers op­ti­mi­sée, Smash veut de­ve­nir in­con­tour­nable pour les en­tre­prises.

L’offre tech­nique est simple : per­mettre, via une pla­te­forme sé­cu­ri­sée, l’échange de fi­chiers entre plu­sieurs uti­li­sa­teurs. Mais le fran­çais Smash va plus loin que son illustre concur­rent WeT­rans­fer : taille des fi­chiers illi­mi­tée, don­nées sto­ckées au plus près des uti­li­sa­teurs (ce qui op­ti­mise la du­rée théo­rique de té­lé­char­ge­ment), dis­po­ni­bi­li­té du lien de té­lé­char­ge­ment pro­lon­gée et sans pu­bli­ci­té. Si la so­lu­tion gra­tuite du lyon­nais, dis­po­nible en 6 langues, a dé­jà sé­duit 300 000 uti­li­sa­teurs dans le monde (la France, la Grande-Bre­tagne et les États-Unis en priorité), Smash en fait sur­tout un le­vier pour pé­né­trer le mar­ché des en­tre­prises. « Un des­ti­na­taire sur cinq se trans­forme en uti­li­sa­teur de de­main. Ce sont les col­la­bo­ra­teurs qui in­tro­duisent la tech­no­lo­gie dans leurs or­ga­ni­sa­tions. Quand on dé­tecte un usage éle­vé, on contacte les DSI [Di­rec­tion des sys­tèmes d’in­for­ma­tion, ndlr]. Elles sont à la re­cherche de solutions sé­cu­ri­sées, confi­den­tielles sur les­quelles elles peuvent gar­der le contrôle de leurs don­nées et de leur image à l’ex­té­rieur », ex­plique Ro­ma­ric Goue­dard-Comte, co­fon­da­teur de Smash avec son père, Oli­vier, son frère Ré­mi et Ti­mo­thée Fleu­ry. Une offre payante, base du bu­si­ness mo­del de la star­tup, qui lui per­met d’of­frir son ser­vice sans pu­bli­ci­té, si ce n’est celle que l’émet­teur sou­haite mettre en avant. «Les ser­vices com­mu­ni­ca­tion peuvent per­son­na­li­ser la page de té­lé­char­ge­ment à leur cou­leur ou faire connaître leur ac­tua­li­té. Une fonc­tion­na­li­té très ap­pré­ciée du sec­teur ar­tis­tique, par exemple». Lan­cée en dé­but d’an­née, cette offre per­son­na­li­sée a dé­jà sé­duit une di­zaine de grands comptes. Elle vient com­plé­ter l’offre pre­mium, un sys­tème d’abonnement men­suel des­ti­né aux in­dé­pen­dants et aux TPE (10 eu­ros par mois, 3!000 abon­nés en unan)qui­leur­per­met­sur­tout­de­fai­re­con­naître leur tra­vail. Avec cette «offre unique sur le mar­ché des en­tre­prises», la jeune pousse de six sa­la­riés en­tend de­ve­nir « un ac­teur ma­jeur du trans­fert de fi­chier dans le monde » et vise les deux mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires d’ici à 2021 pour 40 mil­lions d’uti­li­sa­teurs ac­tifs. Pour y parvenir, elle a ini­tié une pre­mière le­vée de fonds dont la clô­ture de­vrait in­ter­ve­nir mi-juin 2019. Mon­tant es­pé­ré : entre 1,3 et 1,5 mil­lion d’eu­ros des­ti­nés à ren­for­cer son dé­ploie­ment com­mer­cial et tech­nique.

[DR]

Pour ren­for­cer son dé­ploie­ment com­mer­cial, Smash a lan­cé une pre­mière le­vée de fonds.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.