« L’AR­MA­DA SE­RA UN RÉ­VÉ­LA­TEUR DE LA DY­NA­MIQUE MÉ­TRO­PO­LI­TAINE »

La Tribune Hebdomadaire - - TERRITOIRE­S -

Frédéric San­chez, pré­sident de la Mé­tro­pole Rouen Nor­man­die Oui, parce qu’elle in­ter­vient juste après un cycle de re­nou­veau de l’es­pace pu­blic et d’in­ves­tis­se­ments d’une in­ten­si­té ja­mais éga­lée, qui ma­té­ria­lise la dy­na­mique mé­tro­po­li­taine en­clen­chée de­puis quatre ans. Les chan­ge­ments sont ex­trê­me­ment spec­ta­cu­laires, en par­ti­cu­lier en bord de Seine. Au­jourd’hui, je sens re­fluer le sen­ti­ment de dé­clin, lié à la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, qu’ont pu res­sen­tir les Rouen­nais. L’oc­ca­sion nous est don­née de ré­vé­ler la concré­tude de cette trans­for­ma­tion d’abord à nos propres yeux, en­suite à ceux des vi­si­teurs.

Com­ment comp­tez-vous ca­pi­ta­li­ser sur l’évé­ne­ment ?

Comme beau­coup de mé­tro­poles, mises à part Lyon et Marseille, le dé­fi qui se pré­sente à nous est de trou­ver des re­lais par l’in­ves­tis­se­ment pri­vé, no­tam­ment pour confor­ter la mu­ta­tion vers le ter­tiaire et la nouvelle éco­no­mie. De ce point de vue, l ‘Ar­ma­da, à l’ins­tar de la COP21 lo­cale ou de la can­di­da­ture pour de­ve­nir ca­pi­tale eu­ro­péenne de la culture, est un trem­plin, même si je ne lui prête pas des ver­tus ma­giques. C’est la rai­son pour la­quelle l’Agence de dé­ve­lop­pe­ment s’est mo­bi­li­sée en amont pour pous­ser les ac­teurs éco­no­miques à battre le rap­pel. Il faut croire que leur ac­tion a été ef­fi­cace, mon agenda est plein pour les dix jours.

Cette édi­tion est la pre­mière de­puis que Rouen a ga­gné ses ga­lons de Mé­tro­pole. Ne re­vêt-elle pour vous une im­por­tance toute par­ti­cu­lière ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.