VILLEURBAN­NE

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - VINCENT LONCHAMPT

Mis­ter Au­to, spé­cia­liste de la vente en ligne de pièces dé­ta­chées, vise da­van­tage les pro­fes­sion­nels.

VILLEURBAN­NE Un mo­dèle aty­pique pour re­nouer avec la crois­sance et dé­jouer la concur­rence!: l’e-com­mer­çant de pièces au­to­mo­biles veut s’ou­vrir da­van­tage aux pro­fes­sion­nels.

Après une pé­riode de re­po­si­tion­ne­ment stra­té­gique, qui a ra­len­ti sa crois­sance, le site lyon­nais d’e-com­merce de pièces au­tos (un chiffre d’af­faires de 205 mil­lions d’eu­ros, 220 sa­la­riés) en­tend re­nouer avec « une pro­gres­sion à deux chiffres » , in­dique Sé­bas­tien Ro­hart, di­rec­teur gé­né­ral de Mis­ter Au­to. Outre son mé­tier his­to­rique de vente sur In­ter­net de pièces dé­ta­chées aux « mé­ca­ni­ciens du di­manche », Mis­ter Au­to, ra­che­té en 2015 par le groupe PSA à son pa­tron fon­da­teur, est un ac­teur « B to B », avec la dé­cli­nai­son de son ser­vice à des­ti­na­tion des pro­fes­sion­nels. Un mar­ché ou­vert en 2016 qui a sa propre équipe in­terne dé­diée, per­çu comme un im­por­tant le­vier de crois­sance. « Mis­ter Au­to n’a pas vocation à de­ve­nir le four­nis­seur prin­ci­pal des ga­ra­gistes – nos dé­lais de li­vrai­son sont de J+1 ou J+2 alors que les ré­seaux tra­di­tion­nels livrent dans la jour­née. En re­vanche, lorsque le pro­fes­sion­nel n’est pas sous pres­sion pour re­ce­voir une pièce, il peut bas­cu­ler sur In­ter­net avec des prix de –!40 % à –!50 % pour un ca­ta­logue équi­valent », ex­plique Sé­bas­tien Ro­hart, sans dé­voi­ler la part du chiffre d’af­faires re­pré­sen­tée par cette offre « B to B ». En com­plé­ment, Mis­ter Au­to ac­com­pagne les marques du groupe PSA dans la créa­tion d’e-bou­tiques avec le dé­ve­lop­pe­ment de pla­te­formes en marque blanche qui pro­posent des ac­ces­soires ne né­ces­si­tant pas de mon­tage par un pro­fes­sion­nel. « Les clients com­mandent leurs pièces di­rec­te­ment sur le site In­ter­net du construc­teur, puis viennent les ré­cu­pé­rer en conces­sion. Nous ap­por­tons notre ex­per­tise dans le sec­teur di­gi­tal et notre ca­pa­ci­té à gé­né­rer du tra­fic », dé­taille Sé­bas­tien Ro­hart. Après avoir dé­ployé ce ser­vice pour le compte d’Opel en oc­tobre der­nier, Mis­ter Au­to ré­édite l’opé­ra­tion avec les autres marques du groupe, Peu­geot, Ci­troën et DS Au­to­mo­biles. Il se­ra pro­chai­ne­ment en ligne.

MU­TA­TION DU MAR­CHÉ

Cette di­ver­si­fi­ca­tion à des­ti­na­tion des pro­fes­sion­nels et di­rec­te­ment au­près des marques du groupe PSA s’ins­crit dans une pro­fonde mu­ta­tion de son mar­ché à l’ori­gine des­ti­né aux par­ti­cu­liers. Outre l’ar­ri­vée de nou­veaux ac­teurs es­tam­pillés « low cost » ba­sés en Eu­rope de l’Est ou en Chine, Mis­ter Au­to, nu­mé­ro 2 fran­çais du sec­teur der­rière Os­ca­ro, doit aus­si faire face à la concur­rence des places de mar­ché (Ama­zon, eBay…). « Face à la com­plexi­té du parc rou­lant, nous fai­sons le pa­ri que la qua­li­té du conseil se­ra une vé­ri­table va­leur ajou­tée. Etre un spé­cia­liste de l’au­to­mo­bile re­pré­sente un vrai atout », pour­suit Sé­bas­tien Ro­hart, qui compte sur son puis­sant pro­prié­taire pour « de­ve­nir un ac­teur mon­dial » de la vente de pièces dé­ta­chées. Alors que l’in­ter­na­tio­nal (Bré­sil, Ma­roc…) re­pré­sente en­vi­ron 35 % de ses ventes, Mis­ter Au­to veut, là aus­si, re­prendre sa marche en avant. « Notre vo­lon­té est dé­sor­mais d’ac­croître notre vi­si­bi­li­té dans cha­cun des pays où nous sommes pré­sents », af­firme le di­rec­teur gé­né­ral. En met­tant en avant son « mo­dèle aty­pique » qui mêle clients grand pu­blic et pro­fes­sion­nels.

[DR]

Le site Mis­ter Au­to ac­com­pagne dé­sor­mais les pro­fes­sion­nels du sec­teur au­to­mo­bile, en par­ti­cu­lier le groupe PSA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.