Le bu­si­ness est en vogue du­rant l’Ar­ma­da

La Tribune Hebdomadaire - - MON LUNDI - NATHALIE JOURDAN

BA­TEAUX Jus­qu’au 16 juin, les plus beaux na­vires du monde prennent leurs quar­tiers à Rouen. L’évé­ne­ment at­tire des mil­lions de tou­ristes mais est aus­si un lieu de ren­dez-vous du monde des af­faires.

ROUEN Jus­qu’au 16 juin, les plus beaux na­vires du monde prennent leurs quar­tiers à Rouen. Ces géants des mers ai­mantent des mil­lions de tou­ristes, mais pas seule­ment. Il s’échange aus­si beau­coup de cartes de vi­site entre bas­tin­gages et ca­bes­tans.

Le ri­tuel est im­muable à chaque édi­tion. Tous les soirs avant le cou­cher du so­leil, des of­fi­ciers de bord en grand ap­pa­reil mous­que­tonnent un cor­dage au bas des pas­se­relles des grands voi­liers amar­rés sur sept ki­lo­mètres, de part et d’autre des quais de Seine. Ou­verts à la vi­site pen­dant la jour­née, les somptueux ponts en teck se ferment à la foule des cu­rieux à la nuit tom­bante. Ne sont plus ad­mis sur l’eau que des trai­teurs les­tés de caisses de champagne et de car­tons de pe­tits fours, les dé­ten­teurs d’un lais­sez-pas­ser et, çà et là, quelques res­quilleurs, amis d’amis. Fin de la sé­quence tou­ris­tique, l’heure est aux ren­dez-vous d’af­faires et aux séances de team buil­ding.

SA­LONS NAUTIQUES

Moyen­nant quelques mil­liers d’ e uros, les en­tre­prises s’offrent une pa­ren­thèse en­chan­tée sur des ba­teaux lé­gen­daires, sur fond de feu d’ar­ti­fice. Le jeune opé­ra­teur té­lé­coms « B to B » Linkt, fi­liale du groupe Al­ti­tude, a ain­si af­fré­té une na­vette de­puis la Dé­fense pour trans­por­ter ses clients avec la pro­messe « d’une soi­rée d’ex­cep­tion » à bord du Kru­sens­tern, « deuxième plus grand quatre-mâts du monde », pré­cise l’in­vi­ta­tion. Le CIC a aus­si je­té son dé­vo­lu sur le voi­lier russe, un des plus cou­rus. L’ordre des ex­perts-comp­tables lui a pré­fé­ré le Gul­den Leeuw, une goé­lette danoise à hu­nier de 70 mètres. La com­pa­gnie la France Mu­tua­liste convie par­te­naires et jour­na­listes sur le pont de l’Her­mione, la Caisse d’Épargne as­sure sa pro­mo­tion sur ce­lui du Be­lem… Pour ce sep­tième opus, l’as­so­cia­tion ges­tion­naire de l’Ar­ma­da a sa­tu­ré son carnet de ré­ser­va­tions avec près de 200 ré­cep­tions. Un re­cord et un sou­la­ge­ment pour son in­oxy­dable pré­sident, Pa­trick Herr .« Pas de dé­fi­cit à craindre », souffle l’an­cien dé­pu­té, à la barre de­puis trente ans.

CONSER­VER LA GRATUITÉ

C’est lui qui a ima­gi­né cette trou­vaille consis­tant à pri­va­ti­ser les ba­teaux quelques heures par jour : un moyen d’ho­no­rer les re­de­vances de­man­dées par leurs pro­prié­taires – beau­coup de fon­da­tions, mais aus­si des États – pour prix de leur dé­pla­ce­ment. La fac­ture n’est pas don­née, in­dique-t-il. « Les pro­duits dé­ri­vés et les sub­ven­tions des col­lec­ti­vi­tés n’au­raient pas suf­fi à main­te­nir la gratuité de la ma­ni­fes­ta­tion pour le grand pu­blic, qui vaut à Rouen des mil­lions de vi­si­teurs. » Et aux en­tre­prises lo­cales de ro­bo­ra­tives re­tom­bées.

[ISTOCK]

La France Mu­tua­liste a choi­si de convier par­te­naires et jour­na­listes sur l’Her­mione, un trois-mâts car­ré de 65 mètres de long.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.