Les can­di­dats « mar­cheurs » se marchent des­sus pour Pa­ris

La Tribune Hebdomadaire - - POLITIQUE - CÉ­SAR AR­MAND

SON­DAGE Se­lon BVA, Ben­ja­min Gri­veaux et Cé­dric Villa­ni sont, au coude à coude, en tête des in­ten­tions de vote au pre­mier tour, avec une lé­gère avance sur Mou­nir Ma­j­hou­bi. La liste LREM, por­tée par la dy­na­mique des Eu­ro­péennes, de­van­ce­rait dans tous les cas Anne Hi­dal­go. Mais la po­pu­la­ri­té d’Édouard Philippe en fe­rait un can­di­dat plus ras­sem­bleur pour emporter la mairie. Sauf que le Pre­mier mi­nistre n’est of­fi­ciel­le­ment pas sur les rangs.

Un CV dé­taillé, une note de pro­jet et un en­ga­ge­ment sur l’hon­neur. Ce­la res­semble à la pré­pa­ra­tion d’un en­tre­tien d’em­bauche, mais en réalité, ce sont les pièces que doivent four­nir les can­di­dats de La Ré­pu­blique en marche (LREM) avant le 5 juillet pro­chain. Le 9, ils se­ront, cha­cun leur tour, au­di­tion­nés pen­dant qua­rante-cinq mi­nutes par la com­mis­sion na­tio­nale d’in­ves­ti­ture (CNI) du par­ti, avant que cette der­nière ne tranche. Dans une lettre da­tée du 13 juin, les deux co­pré­si­dents de la CNI, Marie Gué­ve­noux (dé­pu­tée de l’Es­sonne) et Alain Richard (sé­na­teur du Val-d’Oise), écrivent qu’ « il ne s’agit en au­cun cas d’une pri­maire », in­vi­tant les can­di­dats à « la plus grande me­sure dans [leur] ex­pres­sion médiatique » .

LREM EN TÊTE AU PRE­MIER TOUR

Peine per­due, dans le JDD du 16 juin, quatre des six can­di­dats, Anne Le­bre­ton, Cé­dric Villa­ni, Hugues Ren­son (ces deux der­niers plai­dant pour une dé­ci­sio­nen­sep­tembre)etMou­nirMah­jou­bi ont de­man­dé « un pro­ces­sus fait de dé­bat se­rein et de consul­ta­tion ci­toyenne » en lieu et place d’« une dé­si­gna­tion pré­ci­pi­tée prise entre les quatre murs d’un mou­ve­ment po­li­tique », tout en ré­cu­sant « une pri­maire qui dé­chire ». Ha­sard du ca­len­drier, le len­de­main, le dé­lé­gué gé­né­ral de LREM, Sta­nis­las Gue­ri­ni, a pré­sen­té les 19 premiers can­di­dats of­fi­ciel­le­ment in­ves­tis par le par­ti ma­jo­ri­taire aux élec­tions mu­ni­ci­pales. In­ter­ro­gé sur le cas de la ca­pi­tale, le dé­pu­té de Pa­ris a fer­mé le ban#: « Le bu­reau exé­cu­tif a vo­té pour créer une com­mis­sion na­tio­nale de 16 membres char­gée d’in­ves­tir les can­di­dats ».

En at­ten­dant la fu­mée blanche de la CNI, notre son­dage BVA montre que, quelle que soit sa tête de liste, La Ré­pu­blique en marche ar­ri­ve­rait lar­ge­ment en tête au pre­mier tour, de­vant Anne Hi­dal­go. Ben­ja­min Gri­veaux et Cé­dric Villa­ni font jeu égal, avec 25 % des in­ten­tions de vote en leur fa­veur, contre 21 % pour Anne Hi­dal­go, quelle que soit l’hy­po­thèse. Le pre­mier est tou­te­fois consi­dé­ré­comme« cli­vant », 39 % des son­dés ayant une mau­vaise opinion de lui. Quant au se­cond, il manque de no­to­rié­té#: 43 % disent ne pas le connaître as­sez pour se pro­non­cer. En fait, Ben­ja­min Gri­veaux pâ­tit de son image d’ex­porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, condam­né à la langue de bois pen­dant un an et de­mi. Villa­ni, lui, est iden­ti­fié par le grand pu­blic comme le ma­thé­ma­ti­cien à l’arai­gnée fixée à la veste, mais son tra­vail de dé­pu­té de l’Es­sonne, spé­cia­liste de l’IA, est mé­con­nu. Par ailleurs, quand Mou­nir Mah­jou­bi est tes­té, il n’ob­tient que 22 % des voix, contre 21 % pour la maire sor­tante. Un peu moins mé­con­nu que Cé­dric Villa­ni (39 % contre 43 %), presque aus­si cli­vant que Ben­ja­min Gri­veaux (35 % contre 39 %), l’ex-se­cré­taire d’État au Nu­mé­rique em­porte moins l’adhé­sion des élec­teurs de droite que ses deux concur­rents (26 % de ceux qui ont vo­té UMP en 2014, contre un tiers pour les deux autres). Il a néan­moins sur­pris tout le monde fin avril avec des an­nonces très sé­cu­ri­taires, une thé­ma­tique chère à la droite pa­ri­sienne. Le dé­pu­té sou­haite en ef­fet un Pa­ris de 240 quar­tiers, avec deux agents dé­diés à la sé­cu­ri­té 24 heures sur 24 dans cha­cun d’entre eux, 240 drones et 20#000 bou­tons bleus d’ur­gence pour ap­pe­ler les forces de l’ordre en cas de pro­blème. Autre per­son­na­li­té testée#: le Pre­mier mi­nistre, Édouard Philippe. L’an­cien dé­pu­té et maire du Havre n’est pas of­fi­ciel­le­ment can­di­dat à l’Hô­tel de Ville de Pa­ris, mais son nom re­vient avec in­sis­tance de­puis qu’il est lo­ca­taire de

« Le bu­reau exé­cu­tif a vo­té pour créer une com­mis­sion na­tio­nale de 16 membres char­gée d’in­ves­tir les can­di­dats »

STA­NIS­LAS GUE­RI­NI,

DÉ­LÉ­GUÉ GÉ­NÉ­RAL DE LA RÉ­PU­BLIQUE EN MARCHE

Ma­ti­gnon.Non­seu­le­ment31 %desPa­ri­siens in­ter­ro­gés sou­haitent ain­si qu’il soit élu maire, mais, en outre, quelle que soit leur sen­si­bi­li­té po­li­tique, 15 % des ré­pon­dants le placent en tête des can­di­dats de La Ré­pu­blique en marche, et il est sou­te­nu par 24 % des sym­pa­thi­sants Les Ré­pu­bli­cains. Com­pa­ré avec les can­di­dats du par­ti ma­jo­ri­taire, le chef du gou­ver­ne­ment est ju­gé plus com­pé­tent (22 % contre 7 % cha­cun pour Gri­veaux et Villa­ni), plus ras­sem­bleur (12 % contre 7 % pour les deux autres), da­van­tage à l’image de la ville (10 % contre 9 % et 8 %) et sur­tout plus ca­pable de di­ri­ger la mu­ni­ci­pa­li­té (19 % contre 9 % pour Ben­ja­min Gri­veaux et 5 % pour Cé­dric Villa­ni). Le tech­no-énarque n’est pas pour autant ju­gé proche des gens#: Philippe culmine à 9 %, ta­lon­né par Gri­veaux à 8 % et Villa­ni à 7 %. Et, au­près des sym­pa­thi­sants LREM, c’est Ben­ja­min Gri­veaux, par­ti très tôt à la conquête de la ca­pi­tale avec un dis­cours très axé sur le Pa­ris du quo­ti­dien, qui ar­rive en tête, avec 20 % qui le disent proche des gens.

Ces ré­sul­tats s’ex­pliquent par deux phé­no­mènes#: d’une part, la droite pa­ri­sienne, qui avait vo­té pour Fran­çois Fillon au pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle, s’est mas­si­ve­ment tour­née vers la liste Renaissanc­e aux élec­tions eu­ro­péennes et pour­rait, si l’on en croit notre son­dage, ré­ité­rer ce choix en 2020. D’autre part, Édouard Philippe a di­ri­gé pen­dant sept ans (20102017) une mé­tro­pole de 270#000 ha­bi­tants tour­née vers l’in­ter­na­tio­nal, la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion du Havre. Autant de mo­tifs qui lui confèrent cette re­con­nais­sance au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.