Vé­los en libre-ser­vice : même la Chine les ré­gule

La Tribune Hebdomadaire - - ANTICIPATI­ONS -

La Chine a long­temps été « le grand pays des vé­los », no­tam­ment dans les an­nées 1980.

De­puis 2015, les vé­los en libre-ser­vice sans borne d’at­tache sont de­ve­nus un nou­veau phé­no­mène dans le pays. De 2016 à 2017, on est pas­sé de 2 à 23 mil­lions de vé­los par­ta­gés, et de 19 à 221 mil­lions d’uti­li­sa­teurs!! Ce nou­veau bu­si­ness mo­del, in­no­vant et res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment, a vite at­ti­ré de nom­breux in­ves­tis­seurs et en­tre­prises. Ofo, le pion­nier de ce mar­ché, a lan­cé ses premiers vé­los sur le cam­pus de l’uni­ver­si­té de Pé­kin en 2015, puis a le­vé pro­gres­si­ve­ment des fonds. En mars 2018, il a bou­clé un tour de table de 866 mil­lions de dol­lars, me­né par Ali­ba­ba. Ofo est alors très vite en­tré dans un mode d’ex­pan­sion ful­gu­rante. Pour te­nir le rythme, l’en­tre­prise a choi­si de brû­ler du cash et de ré­duire le coût de ses vé­los : pas as­sez per­for­mants, ils étaient équi­pés d’une ser­rure mécanique qui ne po­sait pas de vraies dif­fi­cul­tés aux vo­leurs. De plus, au moins 20!% de ses vé­los tom­baient en panne chaque se­maine. L’ex­pé­rience des uti­li­sa­teurs sem­blait être plus sa­tis­fai­sante avec Mo­bike, qui pro­po­sait des vé­los de meilleure qua­li­té do­tés d’une ser­rure élec­tro­nique.

En 2017, Ofo et Mo­bike se par­ta­geaient en­vi­ron 90!% du mar­ché chinois du vé­lo en libre-ser­vice.

Pour­tant, dans ce nou­veau sec­teur, l’ac­qui­si­tion ra­pide de parts de mar­ché n’a pas suf­fi à ga­ran­tir des pro­fits. Les coûts to­taux liés à la fa­bri­ca­tion, la ges­tion, la main­te­nance et la ré­pa­ra­tion des vé­los se sont ré­vé­lés as­sez im­por­tants. Mal­gré un ta­rif re­la­ti­ve­ment bas et la pra­tique d’« es­sais gra­tuits », le taux d’uti­li­sa­tion n’a pas été aus­si éle­vé que pré­vu. Ré­sul­tat : un nombre ex­ces­sif de vé­los ont été mis en cir­cu­la­tion, oc­cu­pant l’es­pace pu­blic en étant par­fois mal ran­gés, voire em­pi­lés les uns sur les autres, ou car­ré­ment aban­don­nés… En fé­vrier 2018, par­mi les 77 so­cié­tés du sec­teur, plus de 20 avaient fer­mé ou ces­sé leurs ac­ti­vi­tés. À tout ce­la se sont ajou­tées les dif­fi­cul­tés ré­cur­rentes des clients pour ob­te­nir le rem­bour­se­ment de leur cau­tion après s’être désa­bon­nés du ser­vice. En dé­cembre der­nier, les images de cen­taines de consom­ma­teurs fai­sant la queue de­vant le siège d’Ofo, mal­gré le froid gla­cial, dans l’es­poir de ré­cu­pé­rer leur cau­tion, ont beau­coup cir­cu­lé sur les ré­seaux so­ciaux chinois. Ofo a dû rem­bour­ser plus de dix mil­lions d’abon­nés tout en su­bis­sant une énorme pres­sion fi­nan­cière. Le pire, c’est que plus per­sonne ne vou­lait y in­ves­tir… À ce jour, les attentes de rem­bour­se­ment en ligne pour­raient en­core prendre plu­sieurs an­nées!! Au bord de la faillite, l’en­tre­prise s’est re­ti­rée de la plupart des mar­chés in­ter­na­tio­naux.

Quant à Mo­bike, ra­che­té par le chinois Mei­tuan (vente en ligne) en avril 2018, il per­dait plus de 50 mil­lions de dol­lars par mois l’an der­nier. Ce mar­ché, au­jourd’hui da­van­tage ré­gu­lé par le gou­ver­ne­ment, nous rap­pelle que la qua­li­té des pro­duits et l’ex­pé­rience client ne doivent ja­mais cé­der à la fré­né­sie des ca­pi­taux ou de la vitesse. Ne dit-on pas, en chinois, « Ce n’est qu’avec la paix in­té­rieure que vous pour­rez al­ler loin » ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.