Dis-moi qui tu biaises et je te di­rai qui tu es

La Tribune Hebdomadaire - - TRIBUNES - RO­BERT JULES DI­REC­TEUR AD­JOINT DE LA RÉ­DAC­TION

Les neu­ros­ciences sont en train de nous in­fli­ger une bles­sure nar

cis­sique, comme l’avait fait Darwin en mon­trant que l’homme n’avait pas été créé par Dieu mais des­cen­dait plu­tôt du singe. Car, nous l’igno­rons sou­vent, mais cha­cun de nous est pris dans un en­semble de pré­ju­gés, dont l’un des plus cou­rants est ce­lui du fi­na­lisme. Nous sommes en ef­fet per­sua­dés que toutes les choses sont dis­po­sées au­tour de nous en vue d’une fin. Le pro­blème est que nous pen­sons nos in­tui­tions gé­niales, et cette attitude se re­trouve tant pour or­ga­ni­ser nos vies, gé­rer une en­tre­prise, in­ves­tir en Bourse, ou prendre une dé­ci­sion. De­puis les tra­vaux de Da­niel Kah­ne­man, Prix No­bel d’éco­no­mie en 2002 , no­tam­ment son livre Sys­tème1, Sys­tème 2, Les deux vi­tesses de la pen­sée (éd. Flam­ma­rion, coll. Champs), nous en sa­vons un peu plus sur la fa­çon dont nous pre­nons nos dé­ci­sions. Le dé­ve­lop­pe­ment im­por­tant de l’étude du cer­veau et le re­nou­veau de la psy­cho­lo­gie, en par­ti­cu­lier la psy­cho­lo­gie évo­lu­tive, qui s’ins­pire de la théo­rie de la sé­lec­tion na­tu­relle de Charles Darwin, per­mettent de mon­trer le fonc­tion­ne­ment de cer­tains de nos com­por­te­ments, que l’on dé­signe aus­si par des biais. C’est ce qu’ex­plique très clai­re­ment et avec hu­mour le bio­lo­giste Tho­mas C. Du­rand dans son ou­vrage Quand est-ce qu’on biaise!? (1). Par exemple, le biais de confir­ma­tion nous fait choi­sir plu­tôt les faits qui confirment notre opinion que ceux qui l’in­firment, le biais des sé­ries voit des coïn­ci­dences là où il n’y a que du ha­sard. Le plus uti­li­sé est l’ « es­sen­tia­lisme » qui « prend des évi­dences pour des vé­ri­tés alors que ces évi­dences sont bien sou­vent des pré­ju­gés!: des ju­ge­ments im­mé­diats, af­fec­tifs, in­tui­tifs… C’est-à-dire l’exact opposé d’un avis fon­dé sur le rai­son­ne­ment » , ex­plique Tho­mas C. Du­rand. Ce biais est d’autant plus te­nace qu’il pré­sup­pose « un ordre na­tu­rel des choses » . Or, « les tra­vaux scien­ti­fiques montrent que l’es­sen­tia­lisme est l’une des prin­ci­pales sources de la pen­sée ra­ciste et de sa grosse cou­sine la pen­sée com­mu­nau­ta­riste » .

De fait, si, en cette époque, fleu­rissent de nou­veaux con­cepts comme « fake news » , « post-vérité », « vérité al­ter­na­tive », sur fond de pen­sée re­la­ti­viste et de « politiquem­ent cor­rect », c’est parce que

les in­di­vi­dus éprouvent un be­soin de ra­tio­na­li­sa­tion qui ren­voie « au be­soin de trou­ver une ex­pli­ca­tion à nos actes et de pro­duire le récit d’une dé­ci­sion consciente et congruente avec l’image que nous avons de nous-mêmes et de nos mo­ti­va­tions » .

L’ori­gi­na­li­té de l’ou­vrage, qui se veut « une au­to­dé­fense in­tel­lec

tuelle » est qu’il est la trans­crip­tion d’épi­sodes is­sus d’une chaîne Youtube, « La tronche en biais ». L’offre de conte­nus de Tho­mas C. Du­rand et ses amis, bien mis en scène, très di­dac­tiques, leur a ame­né quelque 150$000 abon­nés, avec des épi­sodes dont les vues os­cil­lent entre 10$000 et 100$000 vues. Ils ne sont pas les seuls sur ce cré­neau à vou­loir dé­bus­quer les pseu­do-sciences, les su­per­sti­tions, les rai­son­ne­ments fal­la­cieux... Leur point com­mun est de se re­ven­di­quer de la « zé­té­tique », du grec « ze­te­ti­kos » , qui si­gni­fie « qui aime cher­cher » nous dit Tho­mas C. Du­rand. Le mot a été in­tro­duit il y a quelque vingt ans par un pro­fes­seur de phy­sique de l’uni­ver­si­té de Nice, Hen­ri Broch, qui le tra­duit lui par « l’art du doute », qui ne consiste pas évi­dem­ment à dou­ter de tout mais dans l’art de ques­tion­ner nos af­fir­ma­tions. Tho­mas C. Du­rand, lui, plaide pour une « hu­mi­li­té épis­té

mique » . Et on peut pen­ser que si elle était ap­pli­quée dans nombre de dé­bats, on y gagnerait en com­pré­hen­sion. n (1) Tho­mas C. Du­rand Quand est-ce qu’on biaise!? Éd. Hu­menS­ciences, 326 pages, 19,90 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.