Les Vil­lages by CA sont une marque d’ac­cé­lé­ra­tion, em­blé­ma­tique du re­nou­veau du Cré­dit Agri­cole.

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC THUAL

LLa der­nière nais­sance d’un Vil­lage by CA date d’il y a deux mois. Le 8 mai der­nier, à Marne-La-Val­lée, Syl­vie Brion, ex-responsabl­e de la banque pri­vée de la caisse ré­gio­nale Brie-Pi­car­die, re­vê­tait son écharpe de maire – une ap­pel­la­tion at­tri­buée à Alain Jup­pé lors de la vi­site de l’ac­cé­lé­ra­teur pa­ri­sien – et ou­vrait son Vil­lage by CA sur 1"500 mètres car­rés. « J’avais sou­mis l’idée à ma di­rec­tion et puis un jour on m’a dit “Il y a quelque chose à faire au­tour d’un vil­lage de l’innovation à Marne-la Val­lée. Étu­die le pro­jet”. » Le 31e. Sui­vront Niort et La Martinique d’ici à la fin de l’an­née. Biar­ritz et quelques autres en 2020, pour bou­cler un pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment vou­lu pour col­ler aux 39 caisses ré­gio­nales pré­sentes sur le ter­ri­toire.

« Il nous en manque cinq ou six. Nous cou­vri­rons l’en­semble des caisses d’ici à dix-huit mois. L’objectif est aus­si de pour­suivre notre dé­ve­lop­pe­ment internatio­nal avec l’ou­ver­ture d’un deuxième Vil­lage en Ita­lie, à Parme, puis de prendre pied dans cinq ou six ca­pi­tales eu­ro­péennes où nous sommes pré­sents », pro­jette Ju­liette Ni­grel­li, di­rec­trice de l’innovation de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale du Cré­dit Agri­cole (FNCA). Avec ses 40"000 mètres car­rés cu­mu­lés, le ré­seau des Vil­lages dis­pute à Sta­tion F (34"000 mètres car­rés), créé par Xa­vier Niel, pa­tron d’Il­liad, mai­son mère de Free, le titre de pre­mier ac­cé­lé­ra­teur fran­çais. En sur­face seule­ment. Avec 600 star­tups ac­com­pa­gnées à travers la France, l’ac­cé­lé­ra­teur es­time avoir per­mis de le­ver plus de 400 mil­lions d’eu­ros, dont les trois quarts à Pa­ris.

« Ces star­tups al­laient nous per­mettre de nous trans­for­mer, et à nos col­la­bo­ra­teurs d’évo­luer et de créer de nou­veaux pro­duits, ser­vices » EDOUARD BELY,

CHEF DE PRO­JET DES VIL­LAGES BY CA

On est loin des ca­pa­ci­tés de Sta­tion F, créé pour être le plus grand cam­pus de star­tups du monde, di­men­sion­né pour ac­cueillir 1 013 star­tups, re­pré­sen­tant 317 mil­lions d’eu­ros de le­vées, et 3$000 en­tre­pre­neurs. Dans un pay­sage de l’ac­cé­lé­ra­tion mar­qué par les pi­vots de The Fa­mi­ly, du Nu­ma vers l’éducation, la créa­tion de La Bous­sole, agré­ga­teur de com­pé­tences au ser­vice des en­tre­pre­neurs né à l’ini­tia­tive d’une di­zaine de struc­tures d’ac­com­pa­gne­ment – dont le Vil­lage by CA– pour le Cré­dit Agri­cole, l’en­jeu est peut-être ailleurs.

« À l’ori­gine, les star­tups ve­naient nous voir avec des de­mandes de fi­nan­ce­ment. Nous ne sa­vions même pas ce qu’était une startup. Alors pour mieux les connaître, on les a hé­ber­gées », ex­plique Édouard Bely, chef de pro­jet Dé­ploie­ment et ani­ma­tion du ré­seau à la FNCA. Comme toute en­tre­prise, la banque verte res­sen­tait aus­si le be­soin de chan­ger en in­terne et de re­nou­ve­ler son image. « Ces star­tups al­laient nous per­mettre de nous trans­for­mer, et à nos col­la­bo­ra­teurs de réfléchir à l’innovation, d’évo­luer eux-mêmes et de créer de nou­veaux pro­duits, ser­vices… Être au fait de tout ce qui se passe sur les Fin­tech in­té­res­sait aus­si nos clients », ré­sume le chef de pro­jet des Vil­lages. Pro­po­sés à un co­mi­té de la­bel­li­sa­tion, les pro­jets ont com­men­cé à fleu­rir. À Pa­ris, rue de la Boé­tie, sur 5$000 mètres car­rés, dans un lieu de­ve­nu em­blé­ma­tique pour le ré­seau, puis en pro­vince, à Lille, Montpellie­r, So­fia An­ti­po­lis… en s’ap­puyant sur le ré­seau des caisses ré­gio­nales et un guide des bonnes pra­tiques four­nis­sant les grandes lignes du mo­dèle à dé­ve­lop­per, où chaque caisse ré­gio­nale reste au­to­nome et libre dans ses ar­bi­trages. « Pour les pe­tites lignes, les maires viennent nous voir… et s’im­mergent pen­dant un jour, deux jours ou une se­maine pour consta­ter les condi­tions de fonc­tion­ne­ment d’un Vil­lage », re­marque Na­tha­lie Mas­sé, maire du Vil­lage by CA At­lan­tique Ven­dée à Nantes, de­ve­nu un mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment (voir l’en­ca­dré page sui­vante). « Nantes fait ré­fé­rence sur la com­mu­ni­ca­tion et sa ca­pa­ci­té à cap­ter les par­te­naires. C’est un lieu qui res­semble plus aux vil­lages de France que Pa­ris. Nous y avons em­me­né les cadres, le con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la caisse ré­gio­nale, des par­te­naires po­ten­tiels pour dé­mys­ti­fier ce qui peut pa­raître un peu né­bu­leux… », ex­plique Fa­bien Elie, fu­tur maire du Vil­lage by CA de Cha­rente-Ma­ri­time DeuxSèvres, qui ou­vri­ra le 16 sep­tembre pro­chain à Niort. « Convaincre les par­te­naires de ve­nir, c’est bien, leur don­ner en­vie de res­ter c’est fon­da­men­tal. La pro­blé­ma­tique, c’est com­ment gé­né­rer du bu­si­ness entre star­tups et par­te­naires#? », dit-il.

LA VI­GIE DU GROUPE SUR L’INNOVATION

« Le Vil­lage, c’est the place to be. Rien qu’en y ve­nant dé­jeu­ner, on as­siste au pitch de deux star­tups » , re­con­naissent Ma­ri­lène Flei­tour, chef de pro­jet Innovation chez Fleu­ry Mi­chon, par­te­naire de longue date du Vil­lage nan­tais, et Aline Je­gou, responsabl­e du Lab Innovation, créé il y a deux ans par le géant de l’agroa­li­men­taire, ba­sé en Ven­dée (3$800 per­sonnes), pour iden­ti­fier des re­lais de crois­sance, pro­mou­voir le « man­ger sain » et l’innovation en in­terne. « Nous sommes la vi­gie du groupe. L’objectif est d’être en veille sur les ten­dances et la pros­pec­tive, de com­mu­ni­quer en in­terne pour ou­vrir et em­bar­quer les col­la­bo­ra­teurs au-de­là des ser­vices mar­ke­ting et R&D jus­qu’à abou­tir à la mise en oeuvre de pla­te­formes d’innovation, et à l’in­verse nous met­tons notre ex­per­tise et notre ré­seau au ser­vice des star­tups » . C’est un des atouts du ré­seau. Se­lon une étude du ré­seau des Vil­lages by CA et de Cap­ge­mi­ni, 86 % des star­tups in­ter­ro­gées in­diquent avoir pu me­ner des ex­pé­ri­men­ta­tions au sein de grands groupes. Ces der­niers se fé­li­ci­tant à 88 % de la clar­té des ob­jec­tifs de col­la­bo­ra­tion. Chez Fleu­ry Mi­chon, des jour­nées ont été or­ga­ni­sées, en in­terne, pour dé­mys­ti­fier la food­tech, ce qu’est une startup ou dé­cou­vrir Good Mor­ning, une startup spé­cia­li­sée dans la li­vrai­son de pe­tits dé­jeu­ners en en­tre­prise, ré­cem­ment ac­quise par Fleu­ry Mi­chon. « On est chal­len­gé par les star­tups. C’est de l’ac­cul­tu­ra­tion, pour cer­tains, une ré­vé­la­tion et un moyen d’ac­cé­lé­rer notre bu­si­ness », in­dique Ma­ri­lène Flei­tour. Ré­sul­tat, on n’hé­site plus à pré­sen­ter des idées. À la suite d’une cam­pagne d’idéa­tion où 15 % de l’ef­fec­tif a par­ti­ci­pé,

[ Star­tups : le ré­seau des Vil­lages by CA veut en­core ac­cé­lé­rer ]

cer­taines ont été re­prises pour une jour­née Ha­cka­thon où l’on a écrit les con­cepts, réa­li­sé des

pro­to­types… « Le lab, c’est une autre fa­çon de pen­ser. Avec le Vil­lage, on vou­drait main­te­nant al­ler plus loin avec des pro­mo­tions agro-agri sur des thé­ma­tiques an­nuelles en lien avec nos pro­blé­ma­tiques pour dé­ve­lop­per l’in­tra­pre­neu­riat », es­quisse la chef de pro­jet Innovation. Chal­len­gée par la mul­ti­pli­ca­tion des paie­ments sans contact et le be­soin de faire évo­luer ses pro

cess pour res­ter com­pé­ti­tif, la Brink’s vient, à son tour, de dé­ci­der de re­joindre le Vil­lage nan­tais.

Pour un test. « Ce par­te­na­riat nous per­met de nous rap­pro­cher des star­tups, d’être en veille sur les nou­velles solutions de paie­ment, les caisses au­to­ma­ti­sées, les bornes connec­tées, la mobilité… L’en­jeu, c’est aus­si la trans­for­ma­tion de l’en­tre­prise, la créa­tion d’une marque em­ployeur au­tour des mo­bi­li­tés géo­gra­phiques, de la po­ly­va­lence des sa­la­riés, du bien-être au tra­vail », es­quisse Sté­pha­nie Cour­tois, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion

de la Brink’s. Pour les trois quarts des grands groupes, il s’agit avant tout de boos­ter leur ex­pé­rience uti­li­sa­teur « tan­dis que les star­tups de plus de six mois me­surent à 74 % la créa­tion de va­leur par l’aug­men­ta­tion de leur chiffre d’af­faires »,

ob­serve l’en­quête de Cap­ge­mi­ni.

À Rennes, où Le Vil­lage by CA est ve­nu, en 2017, com­bler un « trou dans la ra­quette » dans le monde de l’ac­com­pa­gne­ment, le chiffre d’af­faires moyen des 28 star­tups ac­cé­lé­rées au­rait été mul­ti­plié par quatre en deux ans, passant de 150#000 à 525#000 eu­ros. « On cherche main­te­nant

à in­dus­tria­li­ser nos pro­cess, à mettre en place des ou­tils pour au­to­ma­ti­ser le sui­vi et les diag­nos­tics et perdre moins de temps dans les lo­giques d’ac­com­pa­gne­ment » , pro­jette François Cormier, maire du Vil­lage ren­nais. PourÉ­douardBe­ly, « la­sau­ce­prend.Nous­sommes de­ve­nus une marque dif­fé­ren­ciante. Avant lors­qu’on sor­tait un nou­veau pro­duit, on avait ten­dance à le lan­cer un cen­time moins cher que nos

concur­rents. Au­jourd’hui, avec nos clients, on parle innovation, stra­té­gie, be­soin d’ac­com­pa­gne­ment… Nos star­tup­peurs portent des tee-shirts Le Vil­lage by CA et collent des au­to­col­lants sur leur scoo­ter, alors qu’il y a quelques an­nées on n’au­rait pas po­sé un adhé­sif du Cré­dit Agri­cole sur sa voi­ture ». Et pour­tant, l’étude me­née avec Cap­ge­mi­ni laisse ap­pa­raître une dé­gra­da­tion (– 15 %) des re­la­tions entre grands groupes et star­tups, qui pour 54 % d’entre elles, se sont sen­ties peu

ou pas du tout ac­com­pa­gnées. « Pro­gres­si­ve­ment, l’offre va évo­luer. Nous al­lons mettre en oeuvre des Lear­ning ex­pe­di­tions pour al­ler dé­cou­vrir les éco­sys­tèmes à l’étran­ger, pro­po­ser plus de pro­grammes de dé­cou­verte, des ate­liers de créa­ti­vi­té, mul­ti­plier notre pré­sence sur les ren­dez-vous in­ter­na­tio­naux… Main­te­nant que l’on at­teint une taille cri­tique, on va es­sayer de créer notre propre salon où tous les ac­teurs, star­tups et par­te­naires, se­ront pré­sents… au­tour d’une place de vil­lage » , es­quisse-t-il.

[DR]

Avec 600 star­tups, Vil­lage by CA a per­mis de le­ver plus de 400 mil­lions d’eu­ros.

[DR]

Le Vil­lage nan­tais (1!000 mètres car­rés) a, de­puis sa créa­tion, ac­com­pa­gné 28 star­tups (Wee­nat, Vel­co, Ma­ki­doo, Co­mer­so…) re­pré­sen­tant une cen­taine de sa­la­riés.

[DR]

Le Vil­lage by CA At­lan­tique Ven­dée à Nantes est consi­dé­ré comme une ré­fé­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.