Ky­ri­ba, une pre­mière li­corne... fran­coa­mé­ri­caine

SUC­CÈS L’éco­sys­tème fin­tech fran­çais est foi­son­nant mais peine à faire émer­ger des en­tre­prises va­lo­ri­sées plus d’un mil­liard. A l’ex­cep­tion de Ky­ri­ba, une amé­ri­caine aux liens très étroits avec la France.

La Tribune Hebdomadaire - - FINANCE - DEL­PHINE CUNY

« Ça y est ! On a notre pre­mière li­corne": Ky­ri­ba"! » Alain Clot, le pré­sident de France Fin­tech, ne ca­chait pas sa fier­té lors de la soi­rée d’été de l’as­so­cia­tion pro­fes­sion­nelles des star­tups de la fi­nance, mer­cre­di 19 juin. Edi­trice de lo­gi­ciels de ges­tion de tré­so­re­rie, la dis­crète Ky­ri­ba a an­non­cé fin mars un tour de table de 160 mil­lions de dol­lars ce qui la va­lo­rise à 1,2 mil­liard de dol­lars, la fai­sant ain­si en­trer dans le club des « li­cornes ». Mais Ky­ri­ba n’est pas tout à fait fran­çaise!: son siège so­cial se trouve à San Die­go, en Ca­li­for­nie, et elle pos­sède « des bu­reaux à New York, Pa­ris, Londres, To­kyo, Du­baï », pré­cise-t-elle dans sa com­mu­ni­ca­tion. Ses liens avec l’Hexa­gone sont mul­tiples!: elle est née en France en 2004 comme un spin off de l’édi­teur de lo­gi­ciels fi­nan­ciers XRT ra­che­té par le bri­tan­nique Sage. Son prin­ci­pal centre de R&D est à SaintC­loud, près de Pa­ris, où elle em­ploie en­vi­ron un tiers de ses 650 col­la­bo­ra­teurs. Son PDG, Jean-Luc Ro­bert, et une par­tie des di­ri­geants sont fran­çais, tout comme cer­tains grands clients (Au­chan, LVMH, Yo­plait). Le fonds fran­çais Iris Ca­pi­tal fait par­tie de ses ac­tion­naires, et c’est l’équipe fran­çaise du fonds de private equi­ty Brid­ge­point qui a me­né l’opération de mars der­nier. En in­cluant Ky­ri­ba, France Fin­tech fait va­loir que l’éco­sys­tème fran­çais a le­vé « plus de 500 mil­lions d’eu­ros au pre­mier se­mestre 2019 ». Sur la qua­ran­taine de li­cornes fin­tech re­cen­sée par CB In­sights, cabinet de ré­fé­rence sur les le­vées de fonds de star­tups, à la fin du pre­mier tri­mestre 2019, on trouve une di­zaine d’eu­ro­péennes, es­sen­tiel­le­ment des bri­tan­niques comme OakNorth (prêts aux PME) ou les néobanques Re­vo­lut et Mon­zo, une al­le­mande (N26) et une sué­doise (Klar­na) mais

au­cune fran­çaise. Ky­ri­ba n’y fi­gure pas en­core mais CB In­sights ne la classe pas comme une fin­tech fran­çaise. Si les ti­ckets moyens ont aug­men­té, et les tours de table de plu­sieurs di­zaines de mil­lions d’eu­ros se font plus fré­quents, les star­tups fran­çaises de la fi­nance n’ont pas dé­cro­ché de mé­ga-le­vée à neuf chiffres qui va gé­né­ra­le­ment de pair avec une va­lo­ri­sa­tion mil­liar­daire. « La fin­tech fran­çaise va mieux, en termes de mon­tants de le­vées de fonds, mais quand on re­garde la course à l’ar­me­ment au ni­veau mon­dial, ce que lèvent les Chi­nois et les Amé­ri­cains, elle reste pe­tite », a consta­té Ben Marrel, as­so­cié-fon­da­teur du fonds de ca­pi­tal-risque Breega Ca­pi­tal, ac­tion­naire du fran

« Quand on re­garde ce que lèvent les Chi­nois et les Amé­ri­cains, la fin­tech fran­çaise reste pe­tite » BEN MARREL,

AS­SO­CIÉ-FON­DA­TEUR DE BREEGA CA­PI­TAL

çais Lemon Way et du belge iBanFirst, lors d’une table ronde de Fin&Tech Com­mu­ni­ty le 19 juin. Rien qu’au pre­mier tri­mestre, l’en­semble des star­tups de la fi­nance ont le­vé 6,3 mil­liards de dol­lars dans le monde, dont 1,7 mil­liard en Eu­rope se­lon CB In­sights.

« L’écart sur la taille des tours de table s’ex­plique par un dé­ca­lage du mar­ché de la fin­tech fran­çaise de deux ou trois ans par rap­port au mar­ché bri­tan­nique. Outre-Manche, les pé­pites de la fi­nance se sont créées plus tôt, vers 2012, tan­dis qu’une startup comme Alan est née en 2016 », ana­lyse Mi­kaël Pta­chek, du cabinet KPMG. Il est cer­tain que l’éco­sys­tème fran­çais peut en­gen­drer une « li­corne », sou­li­gnant le po­ten­tiel des cinq en­tre­prises ayant le­vé plus de 30 mil­lions. Cer­taines sont dé­jà des « de­mi-li­cornes » (va­lo­ri­sées plus de 500 mil­lions) se­lon plu­sieurs sources du sec­teur.

[ISTOCK]

L’édi­trice de lo­gi­ciels de ges­tion de tré­so­re­rie, née en France et ba­sée à San Die­go, est va­lo­ri­sée à 1,2 mil­liard de dol­lars.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.